Próximo Partido
Sábado 22 de Julio 2017
VS.

Partido Anterior
1 - 0

Les Tigres ne pensent qu’à la finale de la CONCACAF

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 24 avril 2017.- Bien qu’il reste quelques traces de la défaite lors du Clásico, le derby de Monterrey disputé samedi, l’entraîneur des Tigres Ricardo Ferretti a clairement indiqué que l’équipe est entièrement concentrée sur le match retour de la Finale de la CONCACAF :

« Il reste quelques traces, mais je les trouve assez en forme. Aujourd’hui on s’est entraînés et, la vérité, comme je vous l’ai toujours dit, c’est que c’est une équipe professionnelle, très mûre, et quand on a de bons résultats, on pense toujours à faire mieux, et quand ce n’est pas le cas, on en assume les conséquences.

« Quand on gagne des Clásicos, le lendemain, on pense déjà au rendez-vous suivant. On ne se paye le luxe de célébrer ou de se reposer qu’au dernier match. »

Assumer les choses

« Pourquoi exagérer toujours tout, amplifier les choses, voir les choses en noir ? Il faut continuer à vivre, assumer les choses, et c’est tout. Vous les médias, vous voulez chercher la petite bête. Attendez un peu, c’est toujours pareil, que les choses se passent bien ou non, vous êtes comme ça.

« On sait que si on se qualifie, si on devient champions, vous allez dire des choses qui n’existent pas et aussi que, si ça ne se passe pas comme ça, vous allez dire des choses encore pires. Moi, j’ai une équipe dirigeante et eux prennent leurs décisions. Heureusement, dans ce club, on ne prend pas de décisions à la légère, mais des décisions très précises ».

Guido Pizarro sur le terrain mercredi ?

« Savoir aujourd’hui si Guido sera sur le terrain, c’est très difficile à dire. Il récupère, il est en thérapie, comme vous le précisez. Pour le match de mercredi soir, il nous reste à peu près deux jours et on va voir comment il évolue. Il a travaillé sur d’autres choses, en plus de la thérapie, et il s’améliore à ce niveau-là, mais ce n’est pas une grippe.

« Il faut patienter jusqu’à demain et une partie de mercredi, avant le match, pour prendre une décision collective avec le joueur lui-même ».

Ouvert aux critiques depuis 51 ans

« Tous ceux qui me critiquent montent sur un podium sympa. Dis-moi quel autre entraîneur peut te donner plus d’audience et de célébrité quand tu le critiques.

« En 26 ans (d’entraîneur, plus 25 en tant que joueur), il y a beaucoup de gens qui m’ont critiqué et c’est dommage qu’ils doivent parfois patienter autant pour le faire, peut-être qu’ils aimeraient le faire plus souvent. La vérité, c’est que ça ne m’inquiète pas. Ils sont là pour ça ».

À propos de la possibilité que les arbitres de la finale retour de la CONCACAF soient mexicains

« Je ne crois pas, non. Ça me semble difficile à croire. Ce ne serait pas une bonne chose parce qu’ici, sur notre terrain, tu mets des équipes arbitrales étrangères et là-bas, tu mets des arbitres mexicains. Je sais que personne ne va me donner d’explication, mais moi je me demande pourquoi. Je ne suis pas sûr que quelqu’un puisse m’expliquer ».