Il y a des détails à améliorer.- Ricardo « Tuca » Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Mardi 29 janvier 2019.- Ricardo « Tuca » Ferretti, entraîneur des Tigres, considère excellent le triomphe de ses pupilles dimanche après-midi sur la pelouse de Toluca, mais n’en pense pas moins que certains détails doivent être améliorés afin de ne pas « souffrir » autant que contre les Diables Rouges :

« On est satisfaits de la victoire, d’autant plus que ça faisait un bon bout de temps qu’on ne ramenait pas un bon résultat de ce stade, parce que Toluca a une très bonne équipe, de bons joueurs. C’est pour ça que je considère le triomphe excellent, même s’il y a certains détails qui doivent être améliorés pour ne pas souffrir autant, parce que ça a été une victoire difficile, on s’est défendus avec chacune des griffes qu’a le Tigre », a déclaré Ferretti aux médias.

En ce qui concerne les critiques reçues par la formation du fait de sa manière de jouer et d’empocher les trois points de la victoire, le directeur technique d’origine brésilienne quatre fois champion du Mexique avec les Tigres a indiqué que son équipe avait le droit de gagner comme ça, de la même manière que d’autres clubs avaient triomphé sur la pelouse du Stade Universitaire :

« Ce n’est pas un problème, je crois que nous aussi, on a le droit de gagner comme ça, comme il nous arrive souvent de perdre comme ça ; il n’y a pas de raison qu’on doive toujours gagner sur des scores de 4-0, 5-0 ou 3-0.

« C’est comme ça qu’on devrait gagner, et ça arrive et, de toutes manières il y a des critiques. Moi aussi, je critique et j’essaie toujours d’être meilleurs, mais je crois aussi que les choses se sont présentées comme ça et on a su résoudre cette situation, parce que les trois points qu’on a obtenus sont excellents ».

Toutes les équipes sont dures à jouer…

« Toutes les équipes sont dures à jouer, c’est le même problème qu’on affronte toujours quand on joue dans notre stade. On connaît le manière de jouer des équipes qui se présentent sur notre pelouse.

« On sait qu’elles viennent profiter d’un contre, d’un coup de pied arrêté ; ce n’est pas un problème pour moi, chacun développe sa stratégie comme il l’entend et nous, on doit être très attentifs pour que ce qui s’est passé contre Cruz Azul ne se reproduise pas ».

À propos de la présence de Gerardo « Tata » Martino, entraîneur de l’équipe nationale du Mexique…

« Je crois que ça part d’une bonne intention et que c’est nécessaire qu’il vienne discuter avec nous tous. Je l’ai toujours dit, le Mexique est la priorité et, si à un moment donné, il a l’intention de s’appuyer sur nous ou de solliciter la présence de l’un d’entre nous, c’est à nous d’être à sa disposition.

« Je n’ai aucun problème à lui céder tous les joueurs dont il considère qu’ils puissent être intéressants pour jouer dans l’équipe nationale qui est sous sa responsabilité, le temps qu’il voudra, aussi souvent qu’il le voudra, aucun problème, il a tout mon soutien. D’un autre côté, c’est quelqu’un qui a fait ses preuves au niveau international, quelqu’un qui a à ses côtés une équipe technique, je ne crois pas qu’il ait besoin que je lui dise quoi que ce soit, si lui juge à un moment donné que nous pouvons lui être utiles, nous sommes à sa disposition ».

Le fait que des Mexicains reviennent d’Europe n’est pas une régression…

« Il me semble que les deux choses sont positives, les joueurs qui y sont allés ont eu un bon rendement, mais je ne considère pas comme une régression qu’ils reviennent jouer au Mexique.

« Notre Ligue n’est pas non plus n’importe quelle ligue, il faut le dire. Et puis, qu’est-ce qui se passe si le Mexique continue à produire des joueurs capables d’aller jouer en Europe, quand ils quittent le Mexique et vont jouer en Europe ? Eh bien, ils s’améliorent et, quand ils reviennent ici, ils enseignent ce qu’ils ont appris à ceux qui sont ici, alors je vois cette chose d’un œil très positif, il ne faut pas en faire un monde. Qu’est-ce qui s’est passé avec notre propre joueur français ? Il laisse derrière lui le championnat français, vient au Mexique et qu’est-ce qui se passe ici ? Pourquoi ne pas penser que la même chose puisse arriver avec un joueur mexicain ? »

Aucune rivalité entre clubs en matière de recrutement…

« En ce qui me concerne, je ne vois pas la moindre rivalité entre les équipes. Si les Rayados veulent engager Messi, tant mieux pour eux. Ce n’est pas pour cela que, moi, je vais me mettre à essayer de recruter Cristiano Ronaldo, parce que je n’ai pas besoin de lui.

« Il y a des projets à court, à moyen et à long terme. C’est là-dessus qu’on travaille, mais ils n’ont rien à voir avec nos voisins. On ne va pas se mettre à engager des gens parce que notre voisin se met à recruter, et je crois que c’est une chose qui a été très claire. Il y a eu trois processus de sélection de joueurs (drafts) où l’on n’avait besoin de personne. Maintenant, un joueur arrive parmi nous (Carlos Salcedo), parce qu’on a des projets pour lui à long terme ».