Je ne suis pas satisfait.- Ricardo « Tuca » Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 11 mars 2019.- Les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) partagent la tête du classement général de la Liga MX avec l’équipe de León et viennent de faire match nul à l’extérieur à l’issue du clásico, le derby de Monterrey, mais ces résultats ne satisfont pas pour autant Ricardo « Tuca » Ferretti, qui trouve que l’évolution de ses pupilles sur le terrain laisse encore à désirer :

« Je ne suis satisfait ni par l’évolution de mon équipe pendant les 90 minutes du match, ni par le résultat final. Ça fait plusieurs semaines que je répète qu’il faut qu’on soit plus réguliers », a indiqué le directeur technique des Félins au cours de sa traditionnelle conférence de presse du lundi.

En ce qui concerne le classement général, où les Universitaires ne sont devancés par León qu’à la différence de buts, Ferretti a indiqué que les autres équipes en lice faisaient elles aussi les choses bien :

« L’équipe de León en ce moment est la formation à vaincre, elle fait les choses très bien, elle joue très bien tout au long du match, elle est très solide défensivement, elle marque, c’est vraiment l’équipe du championnat et elle mérite d’être à nos côtés au nombre de points, mais aussi de nous dominer en ce qui concerne la différence de buts », a expliqué « Tuca ».

À propos de l’état de santé d’André-Pierre Gignac…

« Sa récupération se poursuit, mais tant qu’il n’est pas à 100%, il ne va pas jouer. C’est un joueur qui s’est déjà trop sacrifié et c’est pour cela que cette blessure s’est aggravée. C’est ce qu’on tente de récupérer en ce moment et on l’utilisera quand il aura complètement récupéré. C’est un joueur conscient de ce qu’il fait pour l’équipe, chaque fois que j’ai discuté avec lui, il disait qu’il voulait et qu’il pouvait jouer, et c’est pour cela qu’il a joué, mais il est arrivé un moment où ce n’était plus possible. Alors quand André sera à 100%, il retournera sur le terrain ».

Du respect pour le rival…

« La vérité, c’est que je ne voudrais pas spéculer sur ce que les Rayados [l’autre équipe de Monterrey] ont fait ou pas. Moi, je pense que mon équipe a fait une bonne seconde mi-temps, le reste ne me concerne pas. Je n’ai pas l’intention de faire de déclaration à ce sujet. Pas la peine d’essayer de me tirer les vers du nez ».

Sa philosophie par rapport au clásico de samedi…

« Nous autres, les entraîneurs, quand on fait une chose illogique et qu’on gagne, personne ne dit rien. Il arrive aussi qu’on fasse des choses logiques, qui découlent de ce qu’on pense, et qui ne donnent pas de résultat, et c’est nous qui sommes la cible des critiques. C’est pour cela que je dis que ce sont les joueurs qui gagnent, nous tous qui faisons match nul et l’entraîneur qui perd ».