La clé d’un bon Tournoi pour Ricardo Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 18 mars 2019.- La clé permettant de totaliser 26 points en 11 matches joués n’est pas unique. Selon l’entraîneur des Tigres, Ricardo « Tuca » Ferretti, c’est un ensemble de choses qui vont depuis la honte de l’élimination de l’équipe dans la passé jusqu’au fait de maintenir le but inviolé plus de matches qu’avant :

Directement interrogé sur le secret de cette clé ce lundi 18 mars en conférence de presse, l’entraîneur d’origine brésilienne a répondu de la manière suivante : « Il y a beaucoup de choses, à commencer par la honte d’avoir été éliminés aussi honteusement du Tournoi passé et le fait de ne pas être allés plus loin, et aussi le fait de se montrer plus modestes, plus consciencieux, plus concentrés.

« Un meilleur positionnement, moins de buts encaissés, c’est toute une gamme de choses que je pourrais te mentionner, parce que être là où nous sommes, ce n’est pas si simple que ça, c’est ce à quoi toutes les équipes aspirent et, ce Tournoi, les choses se passent de manière correcte.

« il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais on est en bonne position dans les deux tournois [Liga MX et Ligue des Champions de la Concacaf], avec une bonne quantité de points dans l’un d’entre eux, sans pour autant être complètement satisfaits. Il faut qu’on continue à engranger des points pour terminer le mieux placé possible. En ce qui concerne l’autre, ce qu’on a en tête, c’est la qualification pour la finale, pour aller chercher cette victoire qui nous a toujours échappé jusqu’à maintenant ».

La pause dans la Liga MX à cause de la date FIFA sera-t-elle un problème ?

« Je ne crois pas, non. Il ne faut pas penser négativement, c’est une date programmée depuis longtemps  et il faut en tirer le plus grand profit possible. Pour nous, qui avons des joueurs blessés, c’est une excellente occasion de leur donner le temps de récupérer. La mentalité doit être la même que jusqu’à maintenant ».

Vous avez réussi à démontrer que l’équipe ne dépend pas de Gignac…

« C’est une chose qu’André-Pierre soit important, comme tous les autres. Mais ce qui une source de tranquillité pour nous, c’est qu’indépendamment du joueur qui puise venir à manquer, l’équipe ne s’en trouve pas affaiblie. Bien sûr qu’on aimerait avoir une équipe au complet, ne pas avoir de joueurs blessés ni suspendus. Mais comme on mène tous un travail de base, tout l’effectif sait ce qu’il doit faire et ça, c’est une chose rassurante. Chaque joueur qui entre sur le terrain sait ce que l’on attend de lui et est évidemment prêt à tout donner pour le bénéfice de l’équipe ».

À votre avis, d’autre Tigres devraient être en équipe nationale du Mexique cette semaine ?

« Tous ceux dont l’entraîneur de la sélection du Mexique a besoin sont là-bas avec lui. Le soutien à son travail est total de notre part et, s’il pense qu’il doit y en avoir un ou deux autres, on respectera ses décisions ».

Quelles suggestions donneriez-vous à Gerardo Martino [le nouvel entraîneur de l’équipe nationale du Mexique] en ce début d’activité ?

« Je ne suis pas en position, et je n’ai pas l’obligation, de lui dire ce qu’il doit ou pas faire. C’est quelqu’un qui est parfaitement habitué à ce genre de choses, il a été entraîneur de l’Argentine. Il en sait plus long que moi à ce sujet, quels sont les obstacles, ce qu’il doit faire, etc. Quoi qu’il fasse, il aura notre soutien ».

Travailler pour partir à la conquête du titre…

« C’est pour cela qu’on travaille, aller chercher la qualification en play-offs, et puis le titre. On est une institution qui se caractérise par ça. Je n’ai pas vérifié les statistiques, mais je crois que ça fait un bon paquet d’années qu’on se qualifie en phase finale, je n’ai pas de doute là-dessus. Reste à voir à quelle place ; le Tournoi dernier, on a terminé cinquièmes, et maintenant on se bat pour être dans les toutes premières places, alors c’est à nous de conserver cette mentalité »

Le respect des hiérarchies…

« J’ai toujours respecté les hiérarchies, parce que les joueurs parviennent là où ils sont au gré des années, grâce à leur rendement. Je les ai toujours respectées et je les respecte toujours. Mais une chose est claire, si un joueur n’est pas à 100%, il y en a un autre qui est prêt à prendre sa place ».

L’intensification de la concurrence interne…

« C’est une très bonne chose, la concurrence est toujours une chose saine. Comme je vous l’ai dit, on a deux bons joueurs à chaque position. Je dois en choisir 11 au total, mais tout le monde est préparé. J’ai toujours la sécurité que celui que je vais envoyer jouer ne diminuera en rien l’équipe ».