Le public a le droit de se montrer exigeant.- Jorge Torres Nilo

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Jeudi 10 janvier 2019.- Le public a absolument le droit se de se montrer exigeant, parce que les Tigres eux-mêmes sont une formation exigeante, a indiqué jeudi Jorge Torres Nilo, qui a réintégré cette semaine les rangs de l’équipe dont une blessure l’avait tenu éloigné :

 

« On joue dans un club exigeant, alors le public a tout à fait le droit de se montrer exigeant quant aux victoires obtenues. Il n’y pas d’autre formule que le travail, on est professionnels et c’est ce dont est fait chaque jour », a rappelé le défenseur champion du Mexique avec les Félins en 2011, 2015, 2016 et 2017.

 

En ce qui concerne sa blessure, une entorse du ligament latéral du genou droit, Torres Nilo a déclaré qu’elle n’était plus qu’un mauvais souvenir, mais qu’il fallait maintenant qu’il retrouve son rythme. Pour ce faire, il participe aux matches internes de l’équipe dans le camp des remplaçants.

 

« Il me manque ce rythme, mais j’espère, grâce à Dieu et au travail, être à cent pour cent pour me battre de nouveau pour un poste de titulaire ».

 

Son point de vue personnel de l’équipe…

« Je trouve qu’elle va bien, chaque match est différent du suivant, ; le but, c’est de se qualifier. Je suis sûr qu’on va améliorer le résultat du match nul qu’on a obtenu la semaine dernière, sûr qu’on va corriger ce qui doit encore l’être. On travaille dur pour obtenir ce niveau que le public exige de nous ».

 

À propos de son retour sur le terrain…

« Il y a une quinzaine de jours, je pensais que ça y était, je me sentais déjà mieux, c’est une question de retrouver le rythme. C’est difficile de fixer telle ou telle date, je fais tout ce que je peux faire pour être d’attaque le plus vite possible. Mais, à part ce que je fais ici, le reste est une question de patience. Les joueurs n’aiment pas beaucoup les blessures, mais je tente de récupérer le plus intelligemment possible en ce moment ».

 

Le thème de la rivalité interne…

« Je suis sûr de retrouver vite ce niveau que je désire avoir et, une fois que je serai à cent pour cent, Tuca [Ferretti] prendra ses décisions. Nous, on le soutient en sachant qu’il y a des règles à suivre, je trouve Jair (Diaz) en forme, je crois qu’il a beaucoup de futur. Mise à part la règle de temps de jeu des jeunes joueurs, c’est mon principal rival, mais il n’y a pas le moindre doute que c’est un joueur capable et c’est une bonne chose aussi bien pour moi que pour l’équipe ».

 

À propos des critiques de Tuca Ferretti…

« Les critiques ne sont pas adressées à Tuca, elles nous sont adressées à nous tous, les gens ont tout à fait le droit de se montrer exigeants. Tuca n’est pas tout seul, c’est lui qui dirige l’orchestre, mais ça vaut pour nous tous. On est conscients des exigences auxquelles on est soumis et c’est pour ça qu’on travaille. C’est grâce au travail qu’ils auront confiance en Tuca et en nous ».

 

L’ambiance au sein de l’’équipe…

« On fait partie d’un club où jouent de grandes personnalités, des professionnels, tout le monde veut jouer, ça fait des années qu’on passe du temps ensemble, alors, indépendamment du fait d’être préparés pour les occasion qui se présentent, il s’agit de se rendre compte de l’endroit où on est et de travailler pour y arriver. Tout le monde veut réussir, mais la décision finale ne peut pas être prise à la légère. Mais passer du temps ensemble est une bonne chose, indépendamment des spéculations, je considère qu’on forme tous une grande famille ».