Les Tigres ne peuvent pas se payer le luxe de spéculer .- Damián Álvarez

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Mardi 15 août 2017.- Les Tigres ne doivent pas se mettre à spéculer, selon leur joueur Damián Álvarez, qui a ajouté que, même si l’équipe a l’habitude de bien terminer les phases régulières de tournois et de se qualifier pour les Play-Offs, il n’existe aucune garantie que ce soit encore une fois le cas :

« Espérer bien terminer et pouvoir se qualifier, ce serait de la spéculation. Cette équipe ne peut pas se payer le luxe de spéculer. En effet, c’est arrivé, mais rien ne garantit que cela arrive de nouveau. Tu ne peux pas te permettre de spéculer et d’affirmer que tu vas jouer à 50%, te qualifier de justesse et te retrouver en finale. C’est arrivé une fois, mais ce n’est pas une garantie. On ne fait pas de spéculation là-dessus. Le moment est venu d’évacuer tous ces doutes qui nous font du mal ».

Le nouveau système de positionnement de l’équipe peut-il être plus compact ?

« Il arrive que les choses se passent comme ça. On essaie systématiquement d’être l’équipe compacte dont ont parlé beaucoup de mes coéquipiers et ‘Tuca’ [Ferretti, entraîneur des Tigres]. Le thème des systèmes n’a rien à voir avec le fait d’être compact ou pas.

« Il s’agit d’une opinion personnelle, mais le regroupement va toujours être meilleur pour tout le monde. Il y a des moments où ce n’est pas le cas mais les choses fonctionnent quand même, et il y en a d’autres où même le regroupement ne donne pas de résultat bénéfique. C’est le simple fait d’être en union les uns avec les autres. Je sens qu’il nous manque un peu quelque chose comme ça et c’est ce qui suscite toute cette incertitude au niveau du classement, du nombre de points empochés jusqu’à maintenant. Il n’est pas trop tard pour inverser la tendance, et je ne parle pas de changer les choses du tout au tout, mais simplement de faire les choses qu’on a l’habitude de bien faire ».

Le départ de Pizarro et le changement de schéma tactique ont un rapport avec ces mauvais débuts ?

« Je crois que prendre la vente d’un joueur pour motif est une mauvaise excuse, prendre un changement de système de jeu pour motif est une autre mauvaise excuse. Je ne crois pas que le véritable motif ait à voir avec le moment actuel. Chacun d’entre nous peut avoir de meilleures dispositions, faire preuve d’un peu plus de capacité individuelle pour générer des actions et récupérer la balle. C’est un thème qui a à voir avec les initiatives et la volonté de mieux faire les choses ».

Mais est-ce que vous pouvez vous payer le luxe de ne pas marquer de points en ce moment et de terminer le Tournoi en trombe ?

« Non, on ne devrait pas se le permettre, il n’y a aucune raison de ne pas avoir plus de points. Il faut qu’on satisfasse les exigences suscitées, qu’on remplisse les objectifs fixés et, si on a peu de points en ce moment, il faut qu’on en tienne compte samedi et qu’on joue comme on l’a si souvent fait, pour démontrer que cette équipe est réellement faite pour réussir de grandes choses ».

Il faut être compétitifs…

« Les Tigres ont tout pour être compétitifs. On est les premiers à vouloir lutter, à être systématiquement les meilleurs. C’est l’une des exigences de cette équipe depuis longtemps. C’est pour ça qu’on a engagé des joueurs prestigieux, pour ça que beaucoup de joueurs qui s’intéressent au Mexique veulent venir jouer aux Tigres.

« C’est quelque chose dont on sait qu’il est dû au niveau dont on a fait preuve sur le terrain. On ne peut pas se permettre de ne plus se sentir comme une équipe importante qui doit se battre, dont les exigences doivent être de plus en plus élevées, et c’est cela qui nous oblige à être à la hauteur ».