Les Tigres ramènent un match nul de Puebla

PUEBLA (MEXIQUE), Vendredi 27 avril 2019.- À l’issue d’un match fait d’incessantes allées et venues, les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) ont obtenu le match nul sur la pelouse du Stade Cuauhtémoc de Puebla, un résultat qui pourrait leur permettre de conserver la deuxième place finale du classement général de la Liga MX.

Les Félins prenaient l’avantage après quelques minutes de jeu, grâce à un but contre son camp de Vladimir Loroña. Près d’une heure de jeu plus tard, Gustavo Alustiza permettait à Puebla d’égaliser, un nul final qui permet aux Universitaires de totaliser 34 points au classement général du Tournoi de Clôture 2019, dont la phase régulière est sur le point de s’achever.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Tigres prenaient d’assaut la pelouse de leurs adversaires du soir bien décidés à attaquer et à s’imposer. Et dès la 3e minute, ils ouvraient le score sur un centre venu de la droite de Jürgen Damm que Vladimir Loroña expédiait au fond de ses propres filets.

 

Les Félins ne se contentaient cependant pas de cet avantage partiel, d’autant qu’en ce début de match, ils dominaient leurs adversaires en termes de récupération de balle et de déploiement offensif sur les ailes, où Damm et Javier Aquino faisaient passer un mauvais moment à l’équipe adverse.

De fait, à la 9e minute, Aquino s’ouvrait l’espace suffisant pour expédier un tir qui heurtait le poteau gauche du but de Nicolás Vikonis. André-Pierre Gignac avait bien suivi, mais voyait sa reprise passer inexplicablement au-dessus de la barre transversale de Puebla.

La pluie faisait alors son apparition au-dessus de Puebla et semblait quelque peu inhiber les velléités offensives et les envies de buts des pupilles de Ricardo « Tuca » Ferretti.

L’équipe locale en profitait et allait de l’avant, notamment à la 18e minute de jeu, par l’entremise de Francisco Acuña, joueur issu du centre de formation des Tigres, qui se ménageait l’espace suffisant sur l’aile droite pour décocher une frappe que Carlos Salcedo déviait à quelques mètres à peine des cages de Nahuel Guzmán.

Plus tard, c’est Guido Pizarro qui se retrouvait en bonne position pour tirer à mi-distance. Mais sa frappe passait juste au-dessus de la transversale de Puebla.

Damm continuait à tenter par tous les moyens possibles de déborder sur le côté droit, où l’accompagnait Luis Rodríguez, et il parvenait par deux reprises à faire arriver le ballon dans la surface de Vikonis. Mais celui-ci veillait au grain et mettait fin aux tentatives de Monterrey d’accroître son avance au tableau d’affichage.

Un peu plus tard, à la demi-heure de jeu, Guzmán intervenait de manière spectaculaire pour éviter l’égalisation de Puebla : malgré une erreur de Jesús Dueñas qui laissait Gustavo Alustiza en excellente position, le gardien argentin des Félins parvenait à dévier en corner.

 

SECONDE PÉRIODE

Les Universitaires continuaient à aller de l’avant au retour des vestiaires, obligeant leurs rivaux à se jeter eux aussi à l’attaque s’ils voulaient tenter de refaire leur retard à domicile.

À la 48e minute, Gignac tentait l’action individuelle, pénétrait dans la surface de réparation de Puebla et semblait se diriger droit vers le but, mais il était finalement bloqué par un défenseur local.

Un peu plus tard, à la 56e minute de jeu, Lucas Zelarayán, entré au retour du repos à la place d’Eduardo Vargas, avait la possibilité de marquer le deuxième but des Tigres, quand il arrivait seul pour reprendre un centre de Javier Aquino. Mais il manquait inexplicablement son tir.

 

Et les erreurs des Tigres allaient leur coûter cher à l’heure de jeu : à la 61e minute, Alustiza surgissait dans la surface de Guzmán et ne manquait pas, lui, l’occasion de ramener Puebla à hauteur de Monterrey, pour la plus grande joie des supporters locaux.

C’est le moment que choisissait « Tuca » Ferretti pour procéder à son deuxième changement de la soirée : Jorge Torres Nilo cédait alors sa place à Rafael de Souza « Carioca », chargé de renforcer la défense latérale gauche des Tigres, mise sous la responsabilité de Dueñas.

À la 67e minute, Guzmán, s’avérait une nouvelle fois providentiel pour son équipe, en s’étirant au maximum pour dévier un tir de Lucas Cavallini en conclusion d’une action qui aurait pu permettre à l’équipe locale de faire basculer le score à son avantage.

À la 75e minute, Damm s’échappait sur l’aile droite, et expédiait un long centre à destination de Gignac, mais le ballon était un peu long et le Français arrivait trop tard pour pouvoir l’exploiter.

Ferretti réalisait alors sa dernière permutation autorisée et Damm sortait au profit d’Enner Valencia, sans doute dans le but de redonner un peu de fraicheur à l’offensive des Universitaires.

Alors que l’on jouait la 80e minute de la rencontre. Guzmán refaisait parler de lui en parvenant à dévier d’extrême justesse un nouveau tir d’Alustiza qui semblait prendre le chemin de ses filets.

Valencia avait lui aussi une occasion à la 84e minute, sur un ballon long qu’il semblait capable de conquérir, mais le gardien de but local le devançait et écartait une nouvelle fois le danger.

Deux minutes plus tard, ce sont les Tigres qui avaient une excellente occasion de reprendre l’avantage, sur une échappée de Dueñas, qui cédait pour Gignac. Mais la défense de Puebla s’interposait. À peine 45 secondes plus tard, le Français s’échappait sur l’aile droite et centrait à l’intention de Valencia, mais la défense locale contrait une nouvelle fois.

Gignac se montrait de nouveau menaçant à la 87e minute, sur un tir qui passait à gauche du but gardé par Vikonis.

À la 96e minute de jeu effectif, Salcedo tentait sa chance sur un tir à mi-distance que le gardien local déviait de justesse en corner. Et sur l’action suivante, le même Salcedo bénéficiait encore d’une belle occasion. Mais Vikonis renvoyait une nouvelle fois en coup de pied de coin.

Lors de la minute de jeu suivante, les Tigres se sauvaient in extremis d’une nouvelle occasion d’Alustiza, dont le tir heurtait le montant du but d’un Guzmán qui était pourtant battu sur cette action.

Et dans les toutes dernières secondes de ces longs arrêts de jeu, Gignac, puis le joueur de Puebla Néstor Vidrio, bénéficiaient chacun d’une occasion qui ne donnait aucun résultat.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

PUEBLA : 34 Nicolás Vikonis ; 2 Bryan Angulo, 5 Daniel Arreola, 7 Pablo González, 8 Francisco Acuña (11 Christián Tabó à la 46e minute), 9 Lucas Cavallini, 22 Omar Fernández (20 Pablo Gómez à la 78e), 30 Jesús Zavala, 32 Gustavo Alustiza, 33 Néstor Vidrio et 300 Vladimir Loroña

Entraîneur : José Sánchez

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 6 Jorge Torres Nilo (5 Rafael de Souza à la 62e minute), 9 Eduardo Vargas (8 Lucas Zelarayán à la 46e), 10 André-Pierre Gignac, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 21 Francisco Meza, 25 Jürgen Damm (13 Enner Valencia à la 78e), 28 Luis Rodríguez et 29 Jesús Dueñas

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

 

BUTS INSCRITS

0-1 (3e minute) Sur un centre Jürgen Damm, Vladimir Loroña intervient et dévie au fond de ses propres filets.

1-1 (61e) Gustavo Alustiza tire dans la surface de réparation des Tigres et permet à Puebla d’égaliser.

 

JOUEURS AVERTIS

PUEBLA : Vladimir Loroña (9e minute) et Pablo Gómez (94e)

TIGRES : Carlos Salcedo (73e minute), Jesús Dueñas (89e) et Rafael de Souza (94e)

JOUEURS EXPULSÉS

PUEBLA : José Sánchez (Entraîneur, 94e minute)

TIGRES : Ricardo Ferretti (Entraîneur, 94e)

 

ARBITRE : Francisco Chacón

Juge de touche nº1 : Alejandro Ayala

Juge de touche nº2 : Karen Janett Díaz

Quatrième arbitre : Edgar Morales