Les Tigres reviennent de Puebla avec un match nul

PUEBLA (MEXIQUE), Dimanche 20 mars 2016.- Les buts continuent à se refuser aux Tigres de l’Université Autonome du Nuevo León, qui ont dû se contenter de rapporter de Puebla le point d’un match nul et vierge, qui leur permet toutefois de se maintenir en zone de qualification.

Le Stade Cuauhtémoc de la ville du centre du Mexique semblait s’être paré du bleu et du jaune des félins en ce dimanche après-midi, grâce à la présence de près de 12.000 supporters des Tigres qui avaient fait le déplacement depuis Monterrey.

Mais les problèmes ne se faisaient pas attendre pour l’entraîneur des Universitaires, Ricardo Ferretti : à la 4ème minute, Iván Estrada se blessait au genou gauche et devait être remplacé par Antonio Briseño en position latérale.

Cependant, le nouveau venu offrait une très bonne prestation, grâce notamment à son excellente entente avec Hugo Ayala et Juninho, qui permettaient de maintenir inviolés les filets de l’équipe de Monterrey durant trois matches consécutifs, l’un d’entre eux comptant pour la Ligue des Champions de la Concacaf.

Les Tigres se ménageaient des options, mais butaient sur une équipe qui ne baissait les bras à aucun moment, pas même après l’expulsion de leur joueur Christian Bermúdez, à quelque 21 minutes de la fin de la rencontre.

À la 21ème minute de jeu en première mi-temps, Gustavo Alustiza décochait une frappe puissante que repoussait Nahuel Guzmán, mais qui ne manquait pas de faire réagir les tribunes.

À la 23ème minute, Rafael Sobis répliquait pour le compte des Tigres, par un tir qui passait au-dessus du but de Puebla.

En seconde mi-temps, les Tigres cherchaient à faire avancer leurs lignes, mais Puebla commettait de plus en plus de fautes, lesquelles valaient à ses joueurs nombre de cartons jaunes et, finalement l’expulsion de Bermúdez à la 69ème minute.

Un peu plus tôt, un tir d’Alustiza s’écrasait sur la transversale de Guzmán à la 48ème minute et, trois minutes plus tard, Lucas Zelarayán ripostait pour les Tigres sur coup de pied arrêté, mais voyait son tir passer à distance du montant gauche de Puebla.

Puebla insistait mais, malgré une certaine difficulté à se dégager, les Tigres résistaient. Un solide coup de tête de Toledo à la 54ème minute près du poteau gauche établissait toutefois que Puebla n’avait pas dit son dernier mot.

André-Pierre Gignac, dont c’était le dernier match avant son incorporation à la sélection nationale française, expédiait son tir au-dessus de la barre transversale adverse à la 55ème minute.

Cinq minutes plus tard, Guzmán repoussait un ballon dans la surface de réparation pour sauver des Tigres qui, à partir de l’expulsion de Bermúdez, devenaient de plus en plus maîtres de la situation.

Ferretti prenait alors la décision de remplacer Sobis par Jorge Espiricueta, et de donner une chance à Fernando Fernández de jouer en lieu et place de Briseño. Javier Aquino, lui aussi sur le point de rejoindre son équipe nationale, glissait du coup du côté droit.

C’est depuis cette position que le joueur originaire de Oaxaca bénéficiait de deux occasions de but, d’abord à la 74ème, sur un tir qui passait à côté du montant droit de l’équipe locale, puis, neuf minutes plus tard, en pénétrant dans la surface adverse, où il perdait le duel qui l’opposait au gardien de Puebla.

Ce point glané à Puebla par les Tigres n’est pas une si mauvaise affaire, puisqu’il leur permet de demeurer en zone de qualification de ce Tournoi de Clôture 2016 du championnat mexicain.

COMPOSITION DES ÉQUIPES :

PUEBLA : Cristian Campestrini; Edgar Dueñas, Luis Robles, Christian Bermúdez, Gustavo Alustiza, Oscar Rojas, David Toledo, Flavio Santos (Carlos Orrantia à la 63ème minute), Ramón Arias, Christian Valdez (Damián Escudero à la 68ème minute) et Alberto Acosta (Jerónimo Amione à la 88ème minute).

TIGRES : Nahuel Guzmán; Iván Estrada (Antonio Briseño à la 4ème minute et Fernando Fernández à la 77ème minute), Hugo Ayala, Juninho, José Rivas, Guido Pizarro, José Francisco Torres, Lucas Zelarayan, Javier Aquino, Rafael Sobis (Jorge Espericueta à la 63ème minute) et André-Pierre Gignac.