On n’a pas joué à notre meilleur niveau. - Ricardo « Tuca » Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 20 mai 2019.- Interrogé par les médias, l’entraîneur des Tigres de l’UANL Ricardo Ferretti a reconnu avec honnêteté ce lundi midi que son équipe n’avait pas encore joué à son meilleur niveau, mais qu’il espérait que ce serait le cas à l’occasion de la finale de la Liga MX, qui se disputera jeudi et dimanche.

« Je crois que l’équipe n’a pas encore joué au niveau de son potentiel, ll faut être honnêtes, mais on est quand même parvenus en finale, alors j’espère vraiment qu’à l’occasion de ces deux matches, on sera capables de jouer au niveau auquel nous-mêmes on aspire.

« Il n’y a pas deux rencontres qui se ressemblent : en ce qui concerne les matches joués contre Pachuca et les Rayados, on n’en espérait pas moins de leur part, principalement en ce qui concerne les Rayados, du fait de l’effectif qui est le leur, et des investissements qu’ils ont réalisés ces dernières années. Ça aurait été totalement illogique de penser que ce serait des rencontres faciles.

« C’est une chose qui leur est restée sur l’estomac, mais c’est nous qui avons réussi à nous qualifier, et ça signifie qu’on a aussi de la valeur, parce que, honnêtement, et j’en suis conscient, ce que j’ai vu n’est pas au niveau du football qu’on prétend atteindre. Malgré ça, on les a battus, et quelle que soit la raison de cette victoire, que ce soit du fait du classement général ou de quoi que ce soit d’autre, le fait est qu’on est en finale ».

À propos de l’équipe de León…

« L’équipe de León a fait une excellente saison régulière et a été devant. J’ai été le premier à reconnaître que c’était l’équipe qui avait déployé le meilleur football lors des 18 journées de la phase régulière. En plus, ils peuvent compter sur Nacho (Ambriz), un ami à moi, un excellent entraîneur et quelqu’un qui dispose de joueurs de qualité ».

Comment vont les joueurs ?

« Très bien, le fait de se retrouver de nouveau en finale est une raison de se sentir heureux, mais pas satisfaits. On n’est pas encore au bout, on sait ce qu’on doit améliorer, on n’a pas beaucoup de temps pour s’entraîner, mais on va faire tout ce qui est possible pour aborder idéalement ce match ».

León est à la hauteur de sa réputation…

« Oui, c’est une très bonne équipe, c’est celle qui a le mieux joué au football, celle qui nous a tous impressionnés. Je crois que l’équipe ne s’était pas qualifiée lors du dernier tournoi et, durant ce semestre, ils ont presque tout gagné, pas tout à fait depuis le début puisque, lors du premier match, on a réussi à faire match nul sur leur terrain, et c’est ce qui a empêché qu’ils soient premiers au classement général de bout en bout ».

À propos d’André Pierre Gignac et de Carlos Salcedo…

« Aujourd’hui, ils sont tous les deux en rééducation, au gymnase, mais demain ils seront là avec nous ».

Est-ce que le fait que votre gardien de but soit la personnalité la plus dominante de l’équipe dans ces play-offs vous inquiète ?

« C’est toujours inquiétant que mon gardien de but soit celui qui nous sauve, mais c’est à cela qu’il sert. En ce moment, tout le monde parle élogieusement de Nahuel, mais tu te rappelles probablement quand tout le monde le critiquait. Il est là pour ça, c’est pour ça que c’est un joueur qu’on a fait venir d’Argentine, sachant qu’il est joueur de cette équipe nationale, et tout le reste. Je crois que beaucoup voudraient l’avoir dans leur équipe et nous sommes heureux qu’il fasse partie de la nôtre ».

L’expérience des Tigres en play-offs représente un avantage ?

« C’est un des nombreux éléments qui doivent entrer en ligne de compte. Le simple fait de bénéficier de plus d’expérience en ayant joué plus de play-offs n’est pas en soi suffisant. Le plus important, c’est la forme de l’équipe en termes de football, le genre de choses auxquelles on aspire ».

Le jeu collectif…

« Ce sur quoi on peut compter, avant tout, c’est un jeu collectif avec de grandes individualités. Le jeu collectif nous a sauvés et, si tout le monde améliore son niveau individuel en même temps que le niveau collectif, nous ne devrions pas avoir de problème face à León ».

L’entraîneur en activité le plus titré au Mexique…

« Moi, je ne figure pas. Nous, on travaille pour les joueurs, on travaille pour qu’ils fassent bien leur travail et c’est à nous de mener cela à bien. Je n’ai jamais pensé à ça, à ce que j’ai réussi ou à ce que je serai appelé à réussir. Pour moi, cela ne compte pas. Il me semble que c’est un ensemble de choses, ce qu’on a réussi, et l’aspect personnel sur lequel tu m’interroges.

« La seule chose qui compte, c’est d’être reconnaissant envers les dirigeants qui m’ont soutenu et les joueurs qui m’ont aidé à obtenir ces résultats. Mais ce n’est pas une chose que je garde pour moi, c’est une chose qui revient au club, le fait que le club atteigne l’objectif fixé, que le public soit satisfait. Si après ça, il reste un peu de place pour moi personnellement, tant mieux ».