Pour Ricardo Ferretti, encore beaucoup de choses à améliorer

ZUAZUA (MEXIQUE), Lundi 29 août 2016.- Bien que les Tigres occupent actuellement la troisième place du classement général du Tournoi d’Ouverture 2016, demeurent invaincus et comptent la défense la plus solide du Championnat, Ricardo « Tuca » Ferretti n’est pas complètement satisfait des résultats obtenus et sait qu’il faut continuer à travailler en vue des objectifs à atteindre.

« Au nombre de points, on n’est pas mal, naturellement on se montre toujours ambitieux, mais il faut être conscients qu’il existe certains aspects dans lesquels on n’est pas à 100% et on doit s’améliorer en travaillant. Si on arrive à maintenir cette base, et en plus à construire autour de ce qui nous manque encore, je crois que la possibilité qu’on se maintienne dans ces premières places est élevée ».

A chaque match, ses conclusions

« Qu’est-ce qui manque? Beaucoup de choses. Chaque semaine où il y a un match, tu en tires des conclusions, tu fais une autocritique. Tu dégages les choses positives, celles qu’il faut améliorer, et on se met à travailler. Même si ce sont deux semaines (sans match pour cause de date FIFA) et que six de nos joueurs sont sélectionnés, on va essayer de faire le travail le plus approprié possible. Je crois que la base de l’équipe est bonne, mais on doit améliorer certaines choses ».

Pas inquiet par l’interruption à cause de la date FIFA

« Je ne crois pas que ce soit très compliqué d’éviter le relâchement si tu travailles avec des professionnels, des gens conscients. Évidemment, la concentration va baisser fortement cette semaine, le travail. Je crois qu’on est bien physiquement et on va chercher à aller encore mieux. La semaine prochaine, tout le monde reviendra pour préparer au maximum le week-end. Nous aussi sommes professionnels et ça ne veut pas dire qu’on va passer la semaine à faire la sieste et à se tourner les pouces. On a du travail à faire et on va le faire comme il faut ».

Compréhensible que les équipes rivales ferment le jeu à l’Universitaire

« C’est compréhensible et acceptable. Il s’agit d’une stratégie et il faut l’accepter et la comprendre. Que ça me plaise, c’est une autre question, mais chacun cherche à atteindre son objectif de telle ou telle manière, et c’est parfaitement compréhensible. C’est à moi de travailler avec mes joueurs et de solutionner ces situations ».

Améliorer chaque jour la stabilité émotionnelle de l’équipe

« Toutes ces semaines, tout le temps que j’ai passé ici, on a travaillé beaucoup là-dessus, mais on est des êtres humains et, à l’heure du match, le sang parle, l’engagement, et tout ce qui fait partie des matches et dont on ne peut pas toujours avoir totalement le contrôle. Je crois qu’on devrait jouer froidement, ne pas avoir de sentiments, ni de cœur, pour ne rien sentir; mais sur le terrain, tu ressens de la joie, de la rage, de la frustration, tu as tout un tas de sentiments en toi, et c’est souvent très difficile de contrôler ça, mais on continue à travailler là-dessus pour que ça arrive le moins possible ».

Fier du nombre de joueurs retenus en Sélection Nationale

« Pour moi, c’est une source de fierté d’avoir des joueurs sélectionnés, et ça doit aussi l’être pour eux de représenter leur pays, alors les situations de fatigue, de déplacement et de tout ça, doivent être prises en compte, mais je crois que ça doit être une grande satisfaction et, naturellement, toutes les équipes doivent se sentir fières d’être capables de fournir des joueurs à l’Equipe Nationale ».