Rien ne sert de se précipiter. – Francisco Meza

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Mercredi 17 avril 2019. – Face aux médias, en conférence de presse ce mercredi, Francisco Meza a clairement indiqué que rien ne servait de se précipiter et, qu’en ce moment, le match que le Tigres avaient en tête était celui qui les opposera aux Monarques de Morelia ce week-end pour le compte de la Liga MX.

« En ce qui me concerne, ce que j’ai en tête, c’est le match de samedi. Si les gens ont en tête la finale entre clubs de Monterrey [dans le cadre de la Ligue des Champions de la CONCACAF], c’est tout à fait leur droit, mais l’équipe, elle, pense à Morelia », a déclaré le défenseur colombien.

Une occasion personnelle de jouer…

« Malheureusement, Carlos [Salcedo] ne va pas être disponible à l’occasion de ce match contre Morelia, et c’est possible que je joue, mais je ne veux pas non plus me précipiter. Pour l’instant, je pense à Morelia ; après, je penserai à la finale pour donner le meilleur de moi à l’équipe ».

Donner le meilleur de soi…

« L’idée, c’est que chacun doit donner le meilleur de soi à l’équipe. C’est ce que j’ai fait et que je continue à faire, être constamment disponible pour jouer mon rôle et donner tout ce que j’ai à l’équipe. C’est l’attitude correcte à avoir ».

Entourer Julián Quiñones…

« Je crois que l’effectif dans son ensemble a fait tout ce qui était possible pour qu’il se sente bien, tout le monde a discuté avec lui, mais ce sont des choses [les blessures] qui arrivent au football. Je n’ai pas le moindre doute que ce ne soit bientôt qu’un mauvais souvenir et que de grandes choses l’attendent ».

La dernière finale jouée entre équipes de Monterey, un moment décisif

« Pour moi, ça fait partie du passé, mais ce match et ce but sont de beaux souvenirs, et ce qu’ont fait mes coéquipiers aussi. Moi, je n’ai pas beaucoup joué, mais j’ai joué la finale et, pour les gens, ça a été un moment décisif, et j’ai eu droit à beaucoup de réactions positives, beaucoup de marques de confiance, et c’est cette même confiance que j’essaie de rendre à présent ».

Est-ce juste que le rival considère cette nouvelle finale comme une revanche ?

« Pour nous, la seule chose qui compte, c’est de gagner ; il n’y a qu’un résultat qui vaille, et c’est gagner ou gagner. Mais je ne veux pas non plus me précipiter par rapport à la finale. On est devant Morelia, mais ici il faut être dans les toutes premières places. Cette équipe a une longue histoire et c’est à nous de l’enrichir encore jour après jour ».

À propos de l’usage de l’assistance vidéo à l’arbitrage en CONCACAF…

« C’est une chose qui est bien utilisée ; avec ou sans l’assistance vidéo, ils peuvent se tromper, et c’est quelque chose qui nous oblige à tout donner, parce qu’on sait que l’arbitre peut se tromper, alors ça nous oblige nous à nous livrer encore plus ».

Toutes les équipes sont des rivales à battre…

« Tous ceux qui se qualifient pour la phase finale ont les mêmes possibilités d’aller jusqu’au bout. Tout peut arriver en play-offs. Ça nous est arrivé le semestre dernier face aux Pumas. Quel que soit l’adversaire en face, il faut le battre, et on est déterminés à faire encore grandir l’histoire de notre club ».