Superbe partie et match nul contre les Pumas

MEXICO (MEXIQUE), Dimanche 21 octobre 2018.- Au cours de ce qui restera pour beaucoup comme le match de la Journée, les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) auront pris puis perdu l’avantage par deux fois avant de faire match nul 3-3 sur le terrain des Pumas de l’UANM (Université Nationale Autonome de Mexico).

Ces 90 minutes pleines d’émotions et d’allées et venues d’un but à l’autre, tant sur le terrain qu’au tableau d’affichage, ont en outre vu Rafael Durán, issu du Centre de Formation des Félins, marquer son premier but en Liga MX et accumuler de précieuses minutes dans le cadre de la règle 20/11 à laquelle est soumise le Championnat national mexicain et qui stipule que la moitié des minutes disputées par les équipes durant la saison doivent l’être par des joueurs de moins de 20 ans et 11 mois.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Tigres ne débutaient pas le match du bon pied et laissaient immédiatement la formation locale prendre l’initiative et effectuer son pressing dès la zone défensive de Monterrey, tant et si bien que, dès la 6e minute de jeu, Carlos González ouvrait le score pour les Pumas.

Le Paraguayen voyait parfaitement le but des Tigres laissé vide par la sortie de Nahuel Guzmán parti bloquer un tir et n’hésitait pas à armer une frappe puissante qui terminait au fond des filets de l’équipe du nord du Mexique.

Et ce n’était qu’à la 16e minute de jeu que les Tigres parvenaient finalement à se montrer dangereux grâce à une tête de Guido Pizarro. Celle-ci passait à gauche des buts, mais les débats commençaient à être plus équilibrés.

Quelques minutes plus tard, à la 23e, le Chilien Eduardo Vargas s’appropriait le ballon au centre du terrain, entraînait deux joueurs adverses dans sa course et surprenait le gardien local Alfredo Saldívar d’un tir à mi-distance qui ramenait les Tigres à la hauteurs des Pumas.

Revenus au tableau d’affichage, les pupilles de Ricardo « Tuca » Ferretti commençaient à se sentir plus à l’aise sur le terrain de jeu et, à la 27e minute, Rafael de Souza tentait sa chance sur un puissant tir à mi-distance qui obligeait le gardien local à dévier en corner.

Un peu plus tard, le joueur issu du centre de formation des Tigres Rafael Durán vivrait l’extase de tout enfant rêvant de devenir footballeur : Javier Aquino centrait depuis le secteur gauche, le buteur de la sélection des moins de 20 ans contrôlait le ballon et marquait du pied gauche, donnant l’avantage 2-1 à l’équipe de Monterrey.

Les Tigres commençaient à se montrer de plus en plus dangereux et déterminés à atteindre de nouveau les cages rivales, et, à la 36e minute, André-Pierre Gignac était sur le point de marquer le troisième but de sa formation. Mais son tir était parfaitement capté par Saldívar, qui arrêterait sept minutes plus tard une autre frappe signée, cette fois, Aquino.

Et alors que tout semblait indiquer que la première mi-temps se terminerait sur ce score, le Paraguayen González surgissait de nouveau et, reprenant le ballon dans la surface des Tigres, l’expédiait le long du poteau gauche pour ramener cette fois les Pumas à la hauteur des Tigres.

 

SECONDE PÉRIODE

Les deux équipes revenaient des vestiaires déterminées à reprendre leur bataille de la première période, mais ce sont les Tigres qui « frappaient » les premiers. À la 47e minute, Aquino s’échappait du côté gauche, dribblait un adversaire et cédait le ballon à Gignac qui marquait du pied gauche son 10e but du Tournoi.

Gignac semblait en outre avoir son second but de l’après-midi au bout du pied à la 55e minute, alors qu’il s’échappait seul sur une longue passe en avant, mais il était signalé hors-jeu.

« Tuca » Ferretti décidait de faire sortir Durán à la 58e minute afin de donner sa chance au colombien Julián Quiñones et un peu plus de vitesse aux attaques des Tigres.

Deux minutes plus tard, sur l’une de ces attaques, Eduardo Vargas ouvrait à gauche pour Aquino, qui cherchait à atteindre Quiñones dans la surface des Pumas. Mais la défense locale s’imposait et s’emparait du ballon.

Mais les rivaux du jour n’avaient pas dit leur dernier mot et, à la 62e minute, Carlos González s’élevait dans la surface des Tigres pour reprendre le ballon de la tête et remettre une nouvelle fois les équipes à égalité. À 3-3, tout était encore possible au Stade Olympique Universitaire de Mexico.

Six minutes plus tard, Guzmán réalisait un superbe arrêt dans sa surface pour sauver les siens sur un tir de Pablo Barrera.

Et à la 69e, Quiñones faisait jubiler les « Incomparables » supporters des Tigres qui avaient fait le déplacement jusqu’à Mexico en marquant le quatrième but de son équipe. Mais celui-ci était immédiatement annulé du fait d’un hors-jeu de Luis « Chaka » Rodríguez, auteur du centre depuis la droite.

Un peu plus tard, alors que l’on jouait la 73e minute, Quiñones pénétrait par la droite et centrait à l’intention de Gignac. Mais le Français ne parvenait pas commodément à contrôler le ballon et l’occasion en restait là.

À la 77e minute, Gignac avait de nouveau une belle opportunité à la suite d’une passe de la droite de Quiñones. Mais la reprise du Français passait à droite des buts gardés par Saldívar.

L’entraîneur de Monterrey décidait de procéder à son deuxième changement de l’après-midi et faisait sortir Vargas, qu’il remplaçait par Ismaël Sosa, bien connu au Stade Olympique de Mexico, afin de redonner un peu de vigueur à l’attaque des Tigres, dont la pelouse humide commençait à affecter la performance.

Et quelques minutes plus tard, c’était au tour de Gignac de quitter le terrain afin de donner sa chance à Enner Valencia, qui avait reçu la consigne de se battre sur tous les ballons en attaque.

À la 89e minute, Valencia parvenait à éloigner le gardien de Mexico de son but, mais, ne pouvant profiter de l’angle fermé, passait à Quiñones, qui laissait filer la balle et une nouvelle occasion pour les Félins de Monterrey.

Sosa avait à son tour une occasion à la 91e minute, mais voyait son tir filer au-dessus de la transversale de Mexico. Finalement, Pizarro pénétrait dans la surface locale dans les toutes dernières secondes de jeu, mais était dépossédé du ballon par la défense des Pumas.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

UNAM : Alfredo Saldívar ; Alan Mozo, Alejandro Arribas, Luis Quintana, Alan Mendoza (Matías Alustiza à la 58e minute), Pablo Barrera, Víctor Malcorra, Andrés Iniestra, Martín Rodríguez (Juan Iturbe à la 81e), Carlos González et Felipe Mora (David Cabrera à la 74e).

Entraîneur : David Patiño

TIGRES : Nahuel Guzmán; Luis Rodríguez, Juninho, Hugo Ayala, Jesús Dueñas, Rafael de Souza, Guido Pizarro, Javier Aquino, Rafael Durán (Julián Quiñones à la 58e minute), Eduardo Vargas (Ismael Sosa à la 81e) et André-Pierre Gignac (Enner Valencia à la 85e).

Entraîneur : Ricardo Ferretti

 

BUTS INSCRITS

1-0 (6e minute) Carlos González tire et marque alors que les cages des Tigres étaient restées sans protection.

1-1 (23e) Eduardo Vargas ramène les siens à égalité sur un tir à mi-distance qui termine dans la lucarne droite de Mexico.

1-2 (32e) Rafael Durán reçoit un centre de la gauche de Javier Aquino, contrôle le ballon et marque du pied gauche.

2-2 (44e) Carlos González ramène les Pumas à la hauteur des Tigres sur une frappe rasant le poteau droit.

2-3 (47e) Au retour des vestiaires, Javier Aquino s’échappe du côté gauche, dribble un adversaire dans la surface de réparation des Pumas et cède à André-Pierre Gignac, qui marque du pied gauche.

3-3 (62e) Une tête de Carlos González dans la surface des Tigres trompe Nahuel Guzmán et permet aux Pumas d’égaliser pour la deuxième fois de l’après-midi.

JOUEURS AVERTIS

UNAM : Alan Mendoza (53e minute), Pablo Barrera (56e) et Alan Mozo (66e)

TIGRES : Rafael Durán (54e minute)

 

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

 

ARBITRE : César Ramos Palazuelos

Juge de touche nº1 : Mario López Carrillo

Juge de touche nº2 : Michel Morales Morales

Quatrième arbitre : Brian Omar González