Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.- Ricardo Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 25 avril 2016.- Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, a résumé ce lundi Ricardo Ferretti, entraîneur des Tigres, en référence aux possibilités des félins de se qualifier pour les Play-offs du championnat mexicain et de refaire leur retard en finale de la Ligue des Champions de la Concacaf.

« Tout cela, aussi bien les possibilités de se qualifier que d’être champions de la Concacaf, est la raison pour laquelle nous devons avoir la bonne attitude, celle dont vous parlez. Ce doit être le cas parce que, si nous ne disputions pas une finale et si nous n’avions aucune possibilité de nous qualifier, les choses seraient très tristes et que ce serait très difficile de redonner de l’énergie au groupe. Nous nous devons de démontrer notre professionnalisme et il reste de l’espoir, et, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, et tant qu’il y a de la vie, il faut faire les choses bien », a indiqué le directeur technique d’origine brésilienne.

« Tuca » a ajouté qu’il n’avait pas le moindre doute que l’équipe donnerait le meilleur d’elle-même lors des deux matches qui lui restaient à disputer en championnat et à l’occasion de la finale de la Ligue des Champions, car il connaît la qualité de son groupe de joueurs.

« Nous avons besoin d’au moins deux buts (en finale retour contre l’América mercredi soir) sans en recevoir un seul pour pouvoir aspirer au titre. Rien de nouveau à ce sujet, je le sais et nous le savons tous. Si nous marquons deux fois, nous égalisons et nous pouvons ensuite accéder aux prolongations et aux tirs au but, mais nous avons besoin de marquer au moins deux buts sans en encaisser », a-t-il rappelé.

Ferretti a aussi reconnu avoir senti une certaine impuissance à l’issue du match contre Santos, dont le score avait été défavorable à son équipe malgré son comportement sur la pelouse, mais il a néanmoins reconnu que celle-ci avait améliorée plusieurs aspects de son jeu :

« Je ne suis ressorti du dernier match qu’à demi satisfait, parce que l’équipe a retrouvé des choses importantes, mais le résultat n’a pas été au rendez-vous, alors il existe un sentiment d’impuissance, mais ce jeu est la base de ce que nous devons faire maintenant contre l’América et, bien que tous les matches soient différents, il existe d’autres aspects que nous devons améliorer ».

Finalement le Brésilien a déclaré qu’il dirige un groupe de professionnels et à confiance que celui-ci récupère de la meilleure des manières un niveau qui lui permettra de relever les futurs défis, même si l’équipe est obligée de recourir aux prolongations ou aux penalties contre l’América.

« Nous sommes des professionnels et, la semaine dernière, je vous ai dit que le football est si généreux qu’il nous donne à manger à tous. D’une semaine à l’autre, tout peut changer et, en tant que professionnels, nous devons nous reprendre rapidement pour affronter les matches qui nous attendent », a conclu l’entraîneur félin.