Un Tuca occupé… et préoccupé

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 29 octobre 2018.- C’est un Ricardo Ferretti occupé, mais aussi préoccupé, qui s’est présenté devant la presse durant l’entraînement des Tigres, mené ce lundi au centre « La Cueva » de Zuazua, dans la banlieue de Monterrey, et axé avant tout sur les aspects offensifs et défensifs du jeu.

« Inquiet, bien entendu que je le suis, mais tant pis, rien à faire pour nier l’évidence ; on se retrouve dans une de ces situations qui ne plaisent à personne, à commencer par les joueurs eux-mêmes », a indiqué l’entraîneur des Félins au cours de sa conférence de presse.

Mais, tout au long de la séance de travail, qui a débuté par une préparation physique, « Tuca » a particulièrement insisté sur la technique de tir et de reprise, aérienne ou à ras de terre, dans la surface de réparation.

De l’autre côté du terrain de Zuazua, Hugo Hernández et Miguel Mejía Barón travaillaient quant à eux avec les éléments défensifs des Universitaires sur certains exercices spécifiques, par l’entremise de centres dans la surface et de perfectionnement du marquage, cruciaux afin d’empocher les points encore manquants pour se qualifier à la Phase Finale de l’actuel Tournoi semestriel de la Liga MX.

« Avant, on nous critiquait parce qu’on gagnait en ne mettant qu’un butait ; maintenant on en met trois ou quatre et on ne gagne plus, alors il y a toujours des critiques positives et toujours des critiques négatives. Moi j’ai pour habitude de me concentrer sur les critiques positives, même si c’est aussi impossible de ne pas voir les choses qu’on ne fait pas comme on devrait », a répété Ferretti.

L’entraîneur reste fidèle à la seule formule qu’il connaît afin de laisser derrière lui une mauvaise série, celle de travailler d’arrache-pied et de confier en la conscience professionnelle de chaque joueur au cours de l’entraînement.

« Formule ? Je n’en connais qu’une et elle est basée sur le travail et sur la conscience professionnelle des joueurs. Ces deux choses-là, le crois qu’on en a à revendre, mais on n’est aussi que des êtres humains et il nous arrive de faire des erreurs. De fait, il y en a certaines qu’on ne commettait pas avant et qu’on fait maintenant.

« Ce n’est pas la première fois qu’on se retrouve dans cette situation », a ajouté le directeur technique des Félins avant de se déclarer optimiste quant à une possible qualification pour les Play-Offs :

« Ce n’est pas la première fois, mais je ne vais faire semblant de ne pas être inquiet ou de ne pas m’en faire. Qu’on se retrouve dans cette situation ou qu’on se retrouve en première place, de toutes manières, je suis un type d’un naturel très inquiet ».

La défense, c’est toute l’équipe…

« On ne peut pas faire porter le chapeau seulement à quatre ou cinq joueurs, je passe mon temps à vous dire qu’on forme une équipe, et principalement parce que les buts qu’on a pris ont été encaissés sur coup de pied arrêté, et ce sont des situations où tous les joueurs sont impliqués.

« S’il s’agissait d’une action isolée où l’équipe d’en face a dominé Junior, Hugo, Torres Nilo ou ‘Chaka’, où ils m’ont laissé sur place pour aller marquer, peut-être que je serais d‘accord avec toi, mais je crois que 80 pour cent des buts qu’on a encaissés l’ont été sur coup de pied arrêté et, dans ce cas-là, les joueurs qui interviennent ne sont pas quatre ou cinq, mais beaucoup plus nombreux. Alors je crois qu’à ce niveau-là on a tous l’obligation de s’améliorer, y compris moi, être plus exigeant et peut-être insister encore plus sur ce type d’action ».