Une nouvelle légende donne provisoirement l’avantage aux Félins

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Jeudi 23 mai 2019.- Les Tigres ont frappé les premiers et le coup pourrait bien s’avérer fatal. En attendant de le savoir, dimanche soir sur la pelouse de l’équipe de León, les Félins et André-Pierre Gignac ont emporté la première manche de la finale du Tournoi de Clôture 2019 de la Liga MX et voyageront au centre du Mexique armés de cet avantage partiel.

Sous les yeux de Carlos Miloc, Osvaldo Batocletti et don Roberto Hernández Junior, qui encourageaient sans aucun doute la nation Féline depuis le paradis des footballeurs, le joueur français a inscrit le seul but de la rencontre à la 21e minute, rejoignant ainsi dans l’histoire le légendaire Tomás Boy, lui aussi auteur de 104 buts marqués sous les couleurs or et bleu.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Universitaires débutaient le match décidés à conserver le ballon et à profiter de ce premier match à domicile. Contrôlant le jeu et les offensives de ces premières minutes, ils commençaient à pénétrer dans la surface de réparation de leurs adversaires qui semblaient, eux, compter davantage sur un éventuel contre-attaque pour prendre l’avantage.

Eduardo Vargas était le premier à tenter sa chance contre le but adverse, sur un tir à la 8e minute de jeu qui passait à droite des cages gardées par Rodolfo Cota.

Une dizaine de minutes plus tard, Luis Quiñones entrait dans la surface de León du côté droit et centrait. Personne ne parvenait à reprendre la balle sur cette action, mais les Tigres ne cachaient pas leur détermination à ouvrir la marque le plus rapidement possible.

Et c’est exactement ce qu’ils faisaient à la 21e minute, lorsque le même joueur colombien centrait de nouveau, cette fois-ci à l’intention d’André-Pierre Gignac, dont la reprise victorieuse faisait exploser de joie le Stade Universitaire et permettait en outre au Français de rejoindre Tomás Boy en tant que meilleur marqueur historique des Tigres, avec 104 réalisations à son actif.

L’illusion d’un septième titre de champion du Mexique semblait se rapprocher un peu plus, pour la plus grande joie des 41.618 spectateurs qui s’étaient donné rendez-vous revêtus de jaune dans les travées du Stade de l’UANL.

Mais cette finale n’aurait pas été tout à fait complète sans l’intervention de Nahuel Guzmán, qui a la 26e minute devançait un rival pour le priver du ballon et d’un tir sans doute synonyme d’égalisation. Il réussissait un sauvetage comparable six minutes plus tard, en bloquant un tir de León et en maintenant son but inviolé.

Et même la chance paraissait sourire aux Universitaires lorsque, à la 42e minute de jeu, sur une tentative d’action défensive dans sa surface de réparation, Fernando Navarro expédiait un ballon sur son propre poteau gauche et était sur le point de provoquer le deuxième bus des Tigres.

                                

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, les Félins prenaient une fois encore la direction des débats en faisant pression sur leurs adversaires et en se lançant à l’assaut des cages de Cota.

À la 50e minute de jeu, Quiñones centrait une nouvelle fois depuis le côté droit, encore à destination de Gignac, dont la tête passait cette fois largement au-dessus de la barre transversale adverse.

Un peu plus tard, Guzmán contenait une tentative rivale orchestrée sur contre et Eduardo Vargas répondait sur une frappe armée depuis l’extérieur de la surface de réparation de Léon que la défense adverse parvenait à bloquer.

C’est le moment du match que l’entraîneur Universitaire Ricardo « Tuca » Ferretti choisissait pour procéder à son premier changement de la soirée : le chilien Vargas sortait et était remplacé sur le terrain par Enner Valencia, joueur sélectionné par l’équipe nationale de son pays d’origine, l’Équateur, et qui lors de ses deux premières interventions se rapprochait du but de Cota sans toutefois se montrer dangereux.

Un peu plus tard, c’est une nouvelle fois Gignac qui tentait de profiter d’une erreur défensive pour entrer dans la surface adverse malgré le marquage ; il tentait un dribble et finissait pas décocher un tir qui s’écrasait sur un arrière rival alors que le public local savourait déjà son but.

Blessé après avoir reçu un coup à la jambe droite, Javier Aquino était contraint de sortir du terrain et « Tuca » décidait de le remplacer par Jürgen Damm.

Les Félins insistaient sur les offensives par les ailes, mais l’équipe rivale se positionnait de mieux en mieux sur le terrain et parvenait à fermer suffisamment d’espaces pour compliquer l’obtention d’un deuxième but pour l’équipe locale.

Ángel Mena portait même le danger jusqu’au but de Guzmán, par le biais d’une frappe puissante que le gardien argentin détournait en corner. Juste après, Quiñones était remplacé par Lucas Zelarayán, chargé de partir à la reconquête du milieu de terrain cédé aux adversaires en fin de match.

Dans les toutes dernières minutes de jeu, Valencia ne parvenait pas à reprendre une passe de Zelarayán dans la surface adverse et, un peu plus tard, c’est Gignac qui tentait une nouvelle fois sa chance, mais n’avait pas plus de succès que ses coéquipiers.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 6 Jorge Torres Nilo, 9 Eduardo Vargas (13 Enner Valencia à la 59e minute), 10 André-Pierre Gignac, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 21 Francisco Meza, 26 Luis Quiñones et 28 Luis Rodríguez

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

LEÓN : 30 Rodolfo Cota ; 4 Felipe Mosquera, 5 Fernando Navarro, 6 William Tesillo, 8 Joel Campbell, 10 Luis Montes, 12 José Rodríguez, 13 Ángel Mena, 16 David Meneses (11 Yairo Moreno à la 77e minute), 23 Ramiro González er 33 César Angulo

Entraîneur : Ignacio Ambriz

BUTS INSCRITS

0-1 (21’) Luis Quiñones pénètre dans la surface adverse du côté droit et centre à l’intention d’André-Pierre Gignac qui reprend pour inscrire le premier but du match.

JOUEURS AVERTIS

TIGRES : Francisco Meza (70e minute), Luis Quiñones (83e) et Guido Pizarro (92e)

LEÓN : William Tesillo (24e minute), Joel Campbell (87e) et Fernando Navarro (90e)

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

ARBITRE : Marco A. Ortiz

Juge de touche nº1 : Alberto Morín

Juge de touche nº2 : Enrique I. Bustos

Quatrième arbitre : Jorge A. Pérez