Vuelve el triunfo: ¡1-0!

QUERÉTARO, 4 de Abril.- El triunfo vuelve a nuestras manos, al vencer esta noche los Tigres de la UANL a los Gallos del Querétaro, por la mínima diferencia, para llegar a los 15 puntos y volver a zona de Repechaje.

Diego Reyes, casi al final del juego, fue el autor del gol que nos da los tres puntos que nos permite seguir en la pelea. Francisco Meza fue expulsado ya en tiempo de reposición.

EL JUEGO

Nuestro futbol arrancaba con la idea de ser el de la iniciativa, tanto que a los seis minutos teníamos la primera opción, cuando Luis Rodríguez sacaba tiro potente por encima del arco de los queretanos.

Pero poco a poco las opciones comenzaban a escasear, a no tener ese control en el desdoble, y sí cometer errores en la salida, como cuando a los 15’ Carlos Salcedo intentaba un despeje, le rebotaba a un rival y Jonathan Do Santos la intentaba con tiro por arriba del larguero.

El juego estaba cayendo un ir y venir con intención, pero sin efectividad para el desdoble, aunque eso no importó a los 23 minutos cuando Luis Quiñones controlaba y sacaba disparo por encima del travesaño.

El partido caía en un bache y en mucha lucha en medio campo, a jugar a acierto y error, pero sin lograr mucho.

Ya sobre los 45’ Carlos González, quien jugaba con un vendaje en la cabeza desde el primer minuto por un golpe que recibió, conectaba por fuera del poste derecho.

SEGUNDO TIEMPO

La parte complementaria el Tuca sacaba a Dueñas y metía a Pacho Meza, recorriendo a Salcedo a la lateral izquierda, y se empezaba a mostrar mejor idea, intención y desdoble, pero fue hasta los 60’ cuando tocábamos la puerta con idea, cuando Javier Aquino mandaba a segundo poste donde Luis Quiñones de cabeza remataba por fuera.

Luego vendría un cambio forzado, al salir el Chaka con un golpe en la pierna derecha, y era momento de Nico López, cambiando a Aquino al lado derecho.

Más arde era Carlos Salcedo quien se animaba con balón fuera del área para sacar disparo de media distancia que el arquero controlaba a dos tiempos.

El gol se nos negaba a los 72 minutos, cuando Luis Quiñones la metía al área al cobrar una falta y Charli González conectar, pero un zaguero la sacaba.

Sobre los 80’ Luis Quiñones se quitaba a dos y sacaba el tiro a las manos del arquero, en un intento más de lograr algo importante. Luego, a los 82’, era Carioca quien lo buscaba con disparo de media distancia, por fuera del poste izquierdo.

Luis Quiñones la volvía a intentar a los 88’, cuando a balón parado buscaba el ángulo superior derecho y el arquero a una mano desviaba a córner, y en la siguiente jugada encontrábamos el gol, al rematar Gignac de cabeza y el arquero rechazar, para que Diego Reyes de derecha la metiera.

Ya en tiempo de reposición se nos complicaba la noche, al recibir Meza la segunda amarilla por falta en linderos del área. Entonces el Tuca movía su equipo al sacar a Nico López para meter a Juan Purata y reforzar la zona defensiva.

Luego salía Luis Quiñones y entraba Francisco Venegas, para darle aún más fuerza a la recuperación en zona defensiva.

 

ALINAECIONES

QUERÉTARO: 13 Gil Alcalá; 2 Omar Mendoza, 7 Kevin Ramírez (23 Francisco Da Costa 92’), 8 Fernando Madrigal, 9 Jonathan Do Santos (24 Joe Gallardo 65’), 14 Luis Valencia, 15 Ángel Sepúlveda, 19 Hugo Silveira (27 José Burola 83’), 20 Gonzalo Calderini (5 Kevin Escamilla 83’), 22 José Doldán y 25 Daniel Cervantes.

TIGRES: 1 Nahuel Guzmán; 3 Carlos Salcedo, 5 Rafael de Souza, 10 André Pierre Gignac, 13 Diego Reyes, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 23 Luis Quiñones (15 Francisco Venegas 95’), 28 Luis Rodríguez (11 Nicolás López 64’)(14 Juan Purata 92’), 29 Jesús Dueñas (21 Francisco Meza 46’) y 32 Carlos González.

Estamos en la Final de Conca: ¡3-0!

ORLANDO, Florida, 19 de Diciembre.- Los Tigres de la UANL se metieron a la cuarta Final de la Liga de Campeones de Concacaf en cinco años, al vencer esta noche 3-0 al Olimpia de Honduras.

Dos goles de André-Pierre Gignac, ambos de penal, y un autogol, provocado también por el francés, fue suficiente para disputar el martes siguiente el título internacional, y de paso, el boleto al Mundial de Clubes.

EL JUEGO

Los nuestros salieron con la idea muy clara, pues así lo habían platicado unas horas antes, en la sesión de video previo a la comida: humildad ante el rival de enfrente y siempre buscar la iniciativa sin perder concentración atrás.

Apenas a los tres minutos André-Pierre Gignac sacaba tiro en el área, pegando en un defensa. Mala suerte; pero luego, a los 4’, Luis Quiñones mandaba centro que el francés no alcanzaba a cerrar.

El turno, a los siete minutos, era para el uruguayo Leonardo Fernández, quien controlaba y sacaba tiro de media distancia a las manos del arquero hondureño.

Las faltas sobre los amarillos comenzaban a ser más constantes, pues buscaban golpear a Javier Aquino, a Gignac, a Leo Fernández y Luis Quiñones, quienes eran los encargados de acelerar el ataque.

Sobre el 10’ Gignac tenía la opción a balón parado, pero su disparo se iba por fuera del poste derecho. Lo mismo sucedía a los 24 minutos, con tiro del francés a las manos del arquero del Olimpia.

Tigres estaba teniendo la pelota ante un rival que esperaba, que no tenía prisa por atacar y que buscaba cualquier error nuestro con balones largos a las espaldas de Hugo Ayala y Carlos Salcedo.

Sobre los 40’ era Guido Pizarro, otro que estaba siendo castigado por el juego brusco del rival, el que buscaba con cabezazo en el área a las manos del arquero.

Nuestro técnico Ricardo Ferretti tuvo que hacer un cambio provocado por el mismo juego violento de los hondureños, al sacar a Aquino, con golpe en la espalda, para meter a Raymundo Fulgencio, a los 42’.

Y antes del final vendría el premio a la iniciativa de los nuestros, cuando en jugada de saque de esquina el balón le quedaba a Salcedo, de espaldas, para conectar chilena, estrellar en el larguero y quedarle a Quiñones para rematar, pero Deybi Flores la tapaba con el brazo evitando el gol, pero no su expulsión y el penal.

Al siguiente minuto Gignac hizo lo que tanto ha hacho en la Liga MX y en esta Concacaf, sacando tiro a la derecha del arquero para engañarlo y hacer el 1-0 que nos daba un poco de tranquilidad.

SEGUNDO TIEMPO

Para la parte complementaria la idea era no arriesgar, pero sí seguir buscando el arco contrario, y a los 47’ Luis Quiñones se metía al área por la izquierda, mandando centro que buscaba a Leo, pero antes la zaga rompía la opción.

Luego, a los 50’, el balón le quedaba a Gignac en el área para puntear, pero el esférico salía por fuera del poste derecho.

Luis Rodríguez intentaba la individual a los 52’, por derecha, metiéndose hasta la cocina, pero le cerraban los espacios y tenía que apoyarse atrás, perdiéndose la opción.

Sobre los 54’ el Patón nos salvaba, cuando Jerry Bengston recibía sin marca y se metía al área, y cuando intentaba sacar tiro cruzado Nahuel aparecía y congelaba la jugada.

Y a los 56’ encontrábamos un premio al ser los de la iniciativa, cuando una mano en el área que tapaba centro de Ray era marcado como penal. Gignac lo hacía válido a los 57’, para un 2-0 que parecía empezaba a encaminarnos a la Final.

Fue entonces que el Tuca se decide por un segundo cambio, al sacar a Leo Fernández para meter a Nico López, a los 58’.

Fulgencio fabricaba la suya a los 63’, cuando la tomaba en tres cuartas de cancha y se metía al área para sacar tiro a las manos del arquero.

El partido era ya de Tigres, pero el rival no estaba muerto y en cualquier momento podía buscar el error nuestro, por lo que seguía metiendo gente de refresco.

El juego era totalmente nuestro, con control del marcador y del balón, que lo llevábamos de un lado a otro buscando el camino para el tercero, mismo que se nos daba a los 78 minutos, cuando Gignac mandaba centro al área y un zaguero desviaba para un claro autogol. Era el 3-0.

Todavía un minuto después tuvimos el cuarto, cuando Luis Quiñones escapaba por la izquierda y mandaba centro retrasado que Fulgencio se la acomodaba a Gignac, que sacaba tiro para estrellar en un zaguero.

Olimpia daba esbozos, como a los 84’, cuando Carlos Pineda intentaba a balón parado, pero su disparo se iba muy por encima del arco de Nahuel.

Pero Carlos Salcedo respondía para la causa de los nuestros a los 85’, con cabezazo en el área que gritaba gol, pero el arquero a una mano se lo quitaba.

Al final el triunfo fue nuestro y el pase a una cuarta Final de la Liga de Campeones de Concacaf se nos daba.

ALINEACIONES

TIGRES: 1 Nahuel Guzmán; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 10 André-Pierre Gignac, 17 Leonardo Fernández (11 Nicolás López 58’), 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino (22 Raymundo Fulgencio 42’), 23 Luis Quiñones, 28 Luis Rodríguez (13 Diego Reyes 81’) y 29 Jesús Dueñas.

DT: RICARDO FERRETTI

OLIMPIA: 1 Edrick Menjivar; 2 Maylor Núñez, 3 Elvin Casildo, 15 Edwin Rodríguez (15 José Pinto 77’), 16 Johnny Leveron, 19 Yustin Arboleda (23 Jorge Álvarez 46’), 20 Deybi Flores, 25 Javier Portillo (24 Samuel Cordova 64’), 27 Jerry Bengston (30 Eddie Hernández 79’), 31 Marvin Bernardez (33 Michael Chirinos 64’)y 32 Carlos Pineda.

DT: PEDRO TROGLIO

 

Les Tigresses enregistrent leur troisième triomphe

CRUZ AZUL HIDALGO (MEXIQUE), jeudi 22 août 2019.- L’équipe féminine des Tigres demeure invaincue et a enregistré son troisième triomphe du Tournoi d’Ouverture 2019 de la Liga MX Féminine en dominant 2-0 son homologue de Cruz Azul pour se maintenir en zone de qualification à la phase finale.

Ce résultat, obtenu grâce à des bus marqués par Jacqueline Ovalle et Belén Cruz, permet aux Félines d’enregistrer un total de trois victoires et trois matchs nuls, alors qu’elles se disposent à affronter lundi les Rayadas dans le cadre du Clásico, le derby de Monterrey

PREMIÈRE MI-TEMPS

Le match débutait intensément, avec des Tigresses déterminées à assumer le contrôle de la balle. D’ailleurs, dès la 5e minute de jeu, Katty Martínez cherchait à reprendre de la tête dans la surface de réparation adverse, mais devait s’incliner face à la défense de Cruz Azul.

Plus tard, à la 16e minute, sur un contre rapidement mené, Belén Cruz avait une belle occasion dans la surface adverse mais, alors qu’elle se disposait à conclure, elle se voyait dépossédée du ballon par une défenseuse qui détournait en corner.

Les Tigresses ne baissaient ni de rythme ni d’intensité et, à la 25e minute, Greta Espinoza reprenait sur un nouveau corner, mais voyait le ballon passer à gauche des buts adverses.

Trois minutes plus tard, à la 28e minute, Liliana Mercado tentait elle aussi sa chance sur un tir à mi-distance qui passait au-dessus de la barre transversale de Cruz Azul, démontrant que les pupilles de Roberto Medina dominaient clairement leurs adversaires du soir.

Et leurs multiples tentatives portaient finalement leurs fruits à la 35e minute, lorsque, sur coup de pied arrêté, Mercado faisait une petite passe à Jacqueline Ovalle qui reprenait puissamment et expédiait le ballon dans la lucarne droite de l’équipe adverse pour permettre aux siennes de mener 1-0 et d’envisager le reste du match avec plus de sérénité.

Dans les minutes de jeu suivantes, l’équipe de Monterrey se montrait insistante en attaque, comme à la 40e minute de jeu, où Ovalle expédiait depuis le secteur gauche un centre à destination de Martínez que celle-ci reprenait en mauvaise position et qui passait finalement au-dessus de la transversale.

En toute fin de première mi-temps, à la 44e minute, Cruz avait une nouvelle occasion de marquer le second but des Universitaires mais elle temporisait trop et la gardienne adverse récupérait. Finalement, une minute plus tard, c’est Espinoza qui frappait à bout portant du pied gauche, mais elle voyait son tir passer au-dessus de la transversale.

SECONDE PÉRIODE

Les Tigresses revenaient des vestiaires déterminées à appliquer la même dynamique qu’en première mi-temps : contrôler le ballon et partir à la conquête des cages adverses, tandis que Cruz Azul tentait pour sa part de réagir, notamment sur un tir qui passait à droite des buts Félins à la 48e minute.

Huit minutes plus tard, Martínez ripostait avec une reprise dans la surface de réparation adverse, mais son tir manquant de puissance était facilement capté par la gardienne rivale.

Au gré de la seconde mi-temps, les Tigresses récupéraient de plus en plus souvent le ballon et commençaient à le faire tourner, tant et si bien qu’à la 72e minute de jeu, Ovalle s’échappait sur l’aile gauche avant de centrer dans la surface où Cruz, plus rapide que tout le monde, reprenait de la pointe du pied et donnait un deuxième but à des Universitaires alors en bonne position pour remporter une troisième victoire.

Les Félines dominaient indiscutablement la rencontre et l’attaque et, à la 76e minute, Carolina Jaramillo, qui venait de faire son entrée sur le terrain, prolongeait un ballon à destination d’Ovalle, mais voyait celui-ci sortir du terrain.

Cruz se montrait une fois de plus dangereuse à la 85e minute, mais son tir filait à gauche des buts. Un peu plus tard, c’est Mercado qui menaçait Cruz Azul mais son ballon filait une fois de plus hors des limites de jeu.

Cruz Azul tentait bien de riposter sur une reprise cadrée, mais la joueuse bleue ciel était signalée hors-jeu par l’arbitre de la rencontre.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

CRUZ AZUL : 1 Gabriela Herrera ; 4 Jessica Tenorio, 5 María Sainz, 6 Itzel Cruz, 7 Brenda León, 10 Martha Enciso (16 Fatima Alonso à la 64e minute), 11 Wendy Jiménez (15 Scarlet Andonaegui à la 85e), 13 Daniela Monroy, 17 Brenda García, 19 Paola González et 24 Alejandra Curiel (21 Abigail de Jesús à la 36e).

Entraîneur : Rogelio Martínez

TIGRES : 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado, 10 Katty Martínez (5 María Fernanda Elizondo à la 80e minute), 13 Karen Luna, 14 Lizbeth Ovalle, 15 Cristina Ferral, 18 Belén Cruz, 22 Selene Cortes (26 Vanessa Flores à la 67e) et 27 Perla Navarrete (Carolina Jaramillo à la 64e).

Entraîneur : Roberto Medina

BUTS INSCRITS

0-1 (35e minute) Sur coup franc indirect Jacqueline Ovalle place le ballon dans la lucarne droite de Cruz Azul.

0-2 (72e) Belén Cruz reçoit depuis le secteur gauche un centre de Jaqueline Ovale qu’elle reprend de la pointe du pied pour permettre aux siennes de mener 2-0.

JOUEUSES AVERTIES

CRUZ AZUL : Fatima Alonso (75e minute) et Jessica Tenorio (84e)

TIGRES : Selene Cortes (62e)

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

ARBITRE : Lizzet García

Juge de touche nº1 : Jessica Morales

Juge de touche nº2 : Rafael León

Quatrième arbitre : David Gutiérrez

Ce sera un match différent. – Jesús Dueñas

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), jeudi 22 août 2019.- Joueur issu du centre de formation local et pièce majeure du schéma de l’entraîneur Ricardo Ferretti, Jesús Dueñas a indiqué ce jeudi que le match qui opposerait les Tigres au club América samedi serait différent de celui que les deux formations ont joué mardi dernier à Houston.

Il a néanmoins reconnu que cette seconde rencontre serait tout aussi compliquée que la première, du fait de la force de l’équipe de Mexico sur le terrain :

« Ce sera un match différent, compliqué, face à une équipe très dynamique. Ce sera un match très disputé, mais on espère être précis et empocher les trois points de la victoire à domicile », a exprimé Dueñas en conférence de presse.

Certains médias, ainsi qu’une partie des supporters des Universitaires ont tenté de qualifier les affrontements entre les Tigres et l’América de Clásico (derby) sur les réseaux sociaux. Mais, pour Dueñas, le Clásico reste l’affrontement entre les Félins et les Rayados, l’autre formation de Monterrey :

« Moi, je respecte les Clásicos et je crois que, pour eux, le Clásico c’est le match qui les oppose aux Chivas de Guadalajara, de la même manière que, pour nous, il s’agit du match contre les Rayados. Alors je ne sais pas si je peux qualifier ce jeu de Clásico, mais c’est un match qui, ces derniers temps, a été extrêmement discuté et très équilibré. Ce sont les chiffres eux-mêmes qui le prouvent, puisque, lors du dernier tournoi, nous avons été champions et, lors du tournoi antérieur, ce sont eux qui ont triomphé ».

On peut leur faire du mal…

« Il s’agit d’un match très compliqué, c’est une équipe qui joue et qui te laisse jouer, qui t’attaque et qui te laisse des espaces. On l’a observé mardi lors du match pour la coupe de Champion des Champions. Mais, nous aussi, on a une équipe très dynamique et je crois qu’on peut leur faire du mal.

« On est une équipe qui a beaucoup évolué, avec les championnats qu’elle a gagnés, l’équipe a grandi et est de plus en plus respectée ».

Êtes-vous satisfaits du niveau qui a été le vôtre jusqu’à maintenant ?

« On sait qu’on peut faire encore mieux, mais les équipes rivales comptent elles aussi, le prof (Ferretti) nous l’a fait remarquer. Parfois, on joue bien et de manière fluide, comme ça a été le cas face à Morelia et à Necaxa, où on a inscrit trois buts rapides. Mais il arrive que les autres formations modifient leur tactique ou leur positionnement, et c’est une chose qui compte. Ce qui s’est passé face à San Luis nous met en colère parce qu’on sait qu’il s’agissait de trois points qu’on aurait dû absolument rapporter avec nous. Mais toute l’équipe est consciente de ce fait et demeure modeste ».

Les Tigres sont de nouveau en finale

HOUSTON (ÉTATS-UNIS), mardi 20 août 2019.- Tout comme lors de la finale du Tournoi d’Ouverture 2016 de la Liga MX, c’est aux tirs au but que les Tigres de l’Université Autonome du Nuevo León (UANL) ont vaincu l’équipe de l’América de Mexico mardi soir, après avoir fait match nul 2-2 à l’issue du temps réglementaire.

Deux buts marqués contre leur camp par des joueurs de Mexico, le second à l’occasion de la toute dernière action du match, ont permis aux Félins d’aller conquérir une nouvelle finale, en l’occurrence celle de la Leagues Cup, en s’imposant 5-3 à l’épreuve des tirs au but.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Le début de la rencontre était incontestablement à mettre à l’actif de l’América. Mais, au gré du temps qui passait, la balle était de plus en plus souvent contrôlée par les joueurs à l’uniforme bleu et or, qui passaient par les deux ailes afin d’aller porter le danger devant le gardien de but de Mexico.

Après cinq minutes de jeu, le capitaine Félin Guido Pizarro conquérait le ballon aux abords de la surface de réparation adverse, mais était privé de celui-ci au moment où il s’apprêtait à armer un tir puissant

Un peu plus tard, à la 14e minute, Jürgen Damm semait le trouble dans la défense de l’América depuis l’aile droite en expédiant un centre que le gardien de Mexico ne parvenait pas à capter, mais que le défenseur Paul Aguilar, lui, déviait dans ses propres filets en essayant d’empêcher Enner Valencia le récupérer le ballon. Ce but contre son camp permettait aux Tigres de prendre l’avantage.

Devant au tableau d’affichage, la formation de Monterrey cherchait à temporiser et à obligeait sa rivale à aller de l’avant pour refaire son retard.

Ceci permettait aux Universitaires de se montrer de nouveau dangereux à plusieurs occasions, comme à la 21e minute, moment du match ou Damm s’échappait de nouveau sur son aile de prédilection, pénétrait dans la surface de réparation adverse et centrait. Mais, cette fois-ci, la défense de Mexico contrait sans le moindre problème.

Trois minutes après, Damm tentait une nouvelle fois sa chance, mais voyait sa frappe puissante passer à gauche des cages gardées par Óscar Jiménez.

Et, à la 31e minute, Damm, encore lui, parvenait une nouvelle fois à se défaire du marquage et à pénétrer dans la surface adverse pour se retrouver face à face avec le gardien. Toutefois, il décidait de centrer et permettait au portier américaniste de récupérer le ballon.

Ce qui aurait pu être un score de 2-0 en faveur des Tigres permettait trois minutes après à l’América de revenir au tableau d’affichage, après que l’arbitre de la rencontre ait sifflé un penalty en sa faveur, non sans avoir consulté l’arbitrage vidéo. Andrés Ibargüen ne manquait pas la chance de permettre aux siens d’égaliser.

Mais ce retour aux affaires de l’América semblait redonner de l’entrain aux Tigres : à la 38e minute, Damm s’échappait une nouvelle fois pour centrer, trouvant cette fois Javier Aquino qui reprenait de la tête un ballon qui terminait dans les gants de Jiménez

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, les Tigres dominaient le match en assurant l’essentiel de la possession de balle et des déploiements offensifs. Mais les Universitaires manquaient d’efficacité, alors que leurs rivaux du soir favorisaient clairement le jeu en contre.

À la 57e minute, Eduardo Vargas tentait sa chance sur une frappe à mi-distance que la défense de Mexico contenait avant de terminer dans les gants du gardien.

Trois minutes plus tard, à l’heure de jeu, Luis Quiñones, qui avait remplacé Damm sur la pelouse, centrait à l’intention de Valencia, dont le tir passait au-dessus de la barre transversale adverse.

Trois minutes après, Valencia se montrait de nouveau dangereux sur une reprise de la tête postérieure à un centre de Luis « Chaka » Rodríguez. Mais le gardien captait de nouveau le ballon.

Un peu plus tard, Quiñones pénétrait une nouvelle fois dans la surface de Mexico et, juste avant que le ballon ne sorte du terrain, parvenait à centrer. Cependant, les arrières déviaient en corner.

À ce moment de la rencontre, les Tigres étaient clairement dominateurs et donnaient l’impression d’être capables de marquer un deuxième but à n’importe quel moment.

Toutefois, à la 75e minute, c’est l’América qui inquiétait le gardien des Tigres Nahuel Guzmán sur un tir de la gauche qui passait à droite des cages gardées par l’Argentin.

Et c’est sur un nouveau contre que l’équipe de Mexico prenait l’avantage, plus précisément sur un tir à mi-distance d’Ibargüen que Guzmán parvenait à dévier sans pour autant pouvoir éviter d’encaisser un but qui semblait synonyme d’élimination pour les Tigres.

Un peu plus tard dans le match, alors qu’il restait cinq minutes à jouer, l’América était réduit à 10 joueurs après l’expulsion de Roger Martínez. Les Tigres ne perdaient pas l’occasion de se précipiter sur le but adverse.

Finalement, alors que l’on jouait la 95e minute de temps réglementaire, Rodríguez centrait depuis l’aile droite et voyait son ballon parvenir jusqu’à la surface de réparation de Mexico, où Bruno Valdez tentait de reprendre de la tête, mais trompait son propre gardien de but.

Après ce retour in extremis au tableau d’affichage, les deux équipes procédaient à la séance de tirs au but, laquelle se soldait par un sans-faute des Tigres grâce aux tirs de Gignac, Valencia, Quiñones, Chaka Rodríguez et Carlos Salcedo, auteur du penalty de la victoire après que Guzmán ait, lui, bloqué la frappe de l’américaniste Leonel López.

Grâce à ce résultat, les Tigres auront l’occasion de disputer leur seconde finale en trois mois, celle de la Leagues Cup, qui les opposera à l’équipe mexicaine de Cruz Azul à Las Vegas.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

AMÉRICA : 27 Oscar Jiménez ; 3 Jorge Sánchez, 5 Guido Rodríguez, 9 Roger Martínez, 11 Andrés Ibargüen, 17 Francisco Córdova (187 Israel García à la 76e minute), 18 Bruno Valdez, 22 Paul Aguilar, 23 Antonio López (2 Carlos Vargas à la 40e), 25 Fernando González et 30 Alex Ibarra (206 Arturo Sánchez à la 85e).

Entraîneur : Miguel Herrera   

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 6 Jorge Torres Nilo, 9 Eduardo Vargas (10 André-Pierre Gignac à la 61e minute) 13 Enner Valencia, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 25 Jürgen Damm (23 Luis Quiñones à la 58e minute), 28 Luis Rodríguez et Jesús Dueñas (5 Rafael de Souza à la 46e).

Entraîneur : Ricardo Ferretti

BUTS INSCRITS

1-0 (14e minute) Jürgen Damm centre depuis l’aile gauche et Paul Aguilar détourne dans son propre but.

1-1 (36e) Andrés Ibargüen permet à l’América de revenir au score sur penalty.

2-1 (83e) Andrés Ibargüen décoche un tir à mi-distance que Nahuel Guzmán ne parvient pas à dévier.

2-2 (95e) Les Tigres reviennent au score grâce à un but contre son camp de Bruno Valdez qui dévie le ballon de la tête dans ses propres filets.

JOUEURS AVERTIS

AMÉRICA : Antonio López (12e minute)

TIGRES : Eduardo Vargas (24e minute) et André-Pierre Gignac (89e)

JOUEURS EXPULSÉS

AMÉRICA : Roger Martínez (89e minute)

TIGRES : Aucun

Les Félines s’imposent largement à domicile

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), lundi 19 août 2019.- L’équipe féminine des Tigres a retrouvé le chemin du succès et n’a pas fait de détail en battant l’équipe féminine de Puebla sur le score de 4-0 lundi soir. La formation dirigée par Roberto Medina est apparue sous un bien meilleur jour qu’à l’occasion de ses trois derniers matchs, se montrant plus ordonnée, plus agressive, et surtout nettement plus efficace.

Le positionnement initial des Universitaires était différent de celui de leur dernière rencontre : Selene Cortés n’était pas retenue en tant que titulaire et c’est Paulina Solís qui prenait sa place sur le terrain, tandis que Natalia Gómez Junco, elle, débutait le match et accompagnait Katty Martínez en attaque.

Dès le coup de sifflet initial, les Félines se lançaient à l’attaque et, après deux minutes de jeu à peine, bénéficiaient de leurs premières actions intéressantes face au but rival, notamment grâce à une Nancy Antonio plus volontaire et bien plus précise que lors de ses dernières sorties.

Le premier but de la soirée intervenait finalement à la 8e minute, après un centre précis de Paulina Solís depuis le secteur gauche qui parvenait dans les pieds de Belén Cruz, qui n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets malgré une réaction initiale de la gardienne de Puebla. L’ouverture rapide du score était un présage de la soirée difficile qui attendait les joueuses du centre du Mexique.

Les Tigresses prenaient rapidement la rencontre à leur compte, en attaquant sur les ailes, même si Jacqueline Ovalle éprouvait initialement quelques difficultés à se défaire d’un marquage particulièrement serré de l’équipe rival. Elle parvenait toutefois à s’échapper de temps en temps.

La première période se terminait sur cette différence minimale de 1-0 grâce au bon travail des défenseuses de Puebla qui compliquaient la tâche de l’équipe locale et l’empêchaient de mener par deux ou trois buts d’écart à ce moment du match.

Mais le festin de buts promis débutait avec la deuxième période du match, pour le plus grand plaisir des 12.846 spectateurs réunis dans les travées du Stade Universitaire qui retrouvaient des sensations de victoire absentes depuis le début de ce tournoi semestriel.

À l’heure de jeu, et après plusieurs occasions Universitaires, Ovalle faisait parler son talent avec un superbe dribble qui lui permettait d’envoyer le ballon au fond des cages adverses et d’offrir aux siennes le second but de la soirée.

Le troisième but de la rencontre intervenait tout juste cinq minutes plus tard : sur penalty pour une faute dont elle avait elle-même été victime, Martínez ne perdait pas l’occasion d’approfondir encore plus la différence au tableau d’affichage.

Un peu plus tard, et alors que les Tigresse continuaient à dominer, la nouvelle recrue des Universitaires Perla Navarette faisait son entrée et ses débuts en exécutant un débordement parfait depuis le secteur droit, suivi d’une passe précise dans la surface de réparation adverse qui permettait à Ovalle de marquer le quatrième but des siennes à la 70e minute de jeu. La fête était complète pour les Félines.

Et bien que l’équipe locale continue à insister et ait bénéficié de plusieurs occasions d’accroître son avance, les choses en resteraient là et le public pouvait quitter le stade heureux d’avoir revu un festival de buts sur sa pelouse.

Grâce à ce résultat, l’équipe de Monterrey totalise neuf points, ce qui lui permet d’occuper actuellement la sixième place du classement général et de se mettre en bonne position pour continuer à grignoter du terrain.

SIXIÈME JOURNÉE, OUVERTURE 2019

4 TIGRES FÉMININS (Belén Cruz à la 8e minute, Lizbeth Ovalle aux 60e et 70e ; Katty Martínez sur penalty à la 65e)

0 PUEBLA FÉMININ

Date et heure : lundi 19 août 2019, 20 heures

Stade : Universitaire

Arbitre : Héctor Abraham Pineda Flores

Assistants : Yudilia Carolina Briones Covarrubias (1) et Fernando Ashram López Cortez (2)

Quatrième arbitre : Mario Alberto Loredo Bocardo

TIGRES FÉMININS : Vania Villalobos ; Karen Luna, Cristina Ferral, Greta Espinoza, Paulina Solís (Vanessa Flores à la 72e minute), Nancy Antonio (Nayeli Rangel à la 77e), Liliana Mercado, Belén Cruz, Lizbeth Ovalle, Natalia Gómez Junco (Perla Navarrete à la 67e) et Katty Martínez.

Remplaçantes : Ofelia Solís (G), Fernanda Elizondo, Carolina Jaramillo, Evelyn González, Nayeli Rangel, Vanessa Flores et Perla Navarrete.

Entraîneur : Roberto Medina

PUEBLA FÉMININ : Brissa Rangel ; María Ramírez, Dulce Martínez, Diana Anguiano, María José López, Alexandra Godínez, Andrea Ortega (Keyla Zárate à la 73e minute), Mariam Castro (Ximena Cabanillas à la 36e), Ivonne Najar, Mirelle Arciniega et Emily González (Jaqueline García à la 68e).

Remplaçantes : Rocío Torres (G), Keyla Zárate, Ximena Cabanillas, Ibeth López, Danna Aranda, Jaqueline García et Mariela López.

Entraîneur : Jorge Isaac Gómez

CARTONS JAUNES

TIGRES FÉMININS (1) : Natalia Gómez Junco (40e minute)

PUEBLA FÉMININ (1) : Dulce Martínez (37e minute)

CARTONS ROUGES

Aucun

Les Tigres laissent échapper le triomphe à San Luis

SAN LUIS POTOSI (MEXIQUE), Samedi 17 août 2019.- Les Tigres de l’Université Autonome du Nuevo Léon (UANL) ont laissé échapper le triomphe sur la pelouse du stade Alfonso Lastras de San Luis Potosí pour concéder le match nul face à l’Atlético San Luis sur le score de 1-1

Un but contre son camp de l’équipe locale à la 77e minute provoqué par Hugo Ayala sur une reprise de la tête dans la surface adverse donnait l’avantage aux Universitaires qui comptaient en outre un élément de plus sur le terrain. Mais une erreur commise trois minutes plus tard les empêchait d’empocher les trois points de la victoire

PREMIÈRE MI-TEMPS

La première période de jeu présentait deux visages bien distincts : les Tigres, qui avaient quelques difficultés à trouver leurs marques sur le terrain, démarraient mollement le match et ne parvenaient qu’avec difficulté à contrôler le ballon face à une formation rivale qui évoluait sans complexe.

Dès la 8e minute de jeu l’équipe locale se montrait dangereuse pour les cages gardé par Nahuel Guzmán, mais le tir de Nicolas Ibáñez passait au-dessus du but de Monterrey.

Six minutes plus tard, Francisco Venegas, qui venait de se réincorporer au tournoi semestriel mexicain après avoir participé aux Jeux Panaméricains avec l’équipe nationale du Mexique, s’échappait sur la gauche et centrait, mais voyait son ballon sortir du terrain.

Alors que l’on jouait la 20e minute, Guzmán interceptait un centre sur corner de l’équipe adverse. Trois minutes plus tard, Eduardo Vargas centrait lui aussi sur corner et obligeait le gardien local à s’employer à fond pour ne pas encaisser le premier but de la rencontre

Peu à peu, les Félins faisaient parler leur supériorité et, entre les 30 et 34e minutes de jeu, se montraient menaçants à plusieurs reprises, sans toutefois parvenir à leurs fins

À la 30e minute de jeu, Enner Valencia s’échappait sur l’aile et pénétrait dans la surface adverse pour adresser un tir centré que le gardien de San Luis détournait de justesse en corner.

Trois minutes plus tard, c’est Luis Quiñones qui pénétrait dans la surface depuis le secteur droit du terrain et centrait à destination d’André-Pierre Gignac. Cependant le gardien local parvenait à dévier d’une main la trajectoire du ballon.

Le même Gignac s’échappait quant à lui à la 38e minute, après avoir contrôlé le ballon et s’être retrouvé face à un seul défenseur local. Mais il faisait preuve de maladresse et voyez l’occasion lui échapper au moment même où l’arbitre de la rencontre sifflait une position de hors-jeu à son encontre.

SECONDE MI-TEMPS

L’équipe locale revenait des vestiaires en faisant preuve de plus de détermination qu’en première mi-temps et, à la 46e minute, Guzmán plongeait de manière spectaculaire pour éviter lui aussi d’encaisser le premier but de la rencontre.

Six minutes plus tard, Gignac semblait être sur le point de marquer après s’être jeté en avant afin de reprendre une balle de la tête. Mais un défenseur local parvenait à dévier le ballon et à empêcher l’avant français de parvenir à ses fins.

L’entraîneur de l’équipe de Monterrey Ricardo « Tuca » Ferretti décidait alors de procéder à deux remplacements et faisait sortir Vargas et Venegas qui cédaient leur place sur le terrain à Lucas Zelarayán et Jorge Torres Nilo, chargés de renforcer le secteur gauche des Tigres.

Plus tard, les choses semblaient s’améliorer pour l’équipe Universitaire : en effet, à la 75e minute, avec l’aide du vidéo arbitrage, l’arbitre de la rencontre expulsait Camilo Mayada pour une faute commise sur Luis Quiñones : Lors de l’action suivante, Joaquín Laso tentait de dévier une reprise de la tête d’Hugo Ayala, mais son ballon finissait dans les filets de sa propre formation.

Cependant, l’avantage pris par les Universitaires au tableau d’affichage était de courte durée : trois minutes plus tard, sur un ballon perdu par les Félins au milieu de terrain, San Luis orchestrait un contre qui se soldait par un but de Germán Berterame.

La domination des Tigres était indiscutable dans les derniers instants de jeu et Valencia était sur le point de donner l’avantage aux siens, mais son tir heurtait finalement le montant droit local et les choses en restaient là.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

ATLÉTICO DE SAN LUIS : 1 Carlos Rodríguez ; 4 Matías Catalán, 5 Pedro Álvarez, 6 Noé Maya, 9 Nicolás Ibáñez, 15 Jorge Sánchez, 16 Luis Reyes (10 Ricardo Centurión à la 83e minute), 18 Camilo Mayada, 22 Ian González (7 Germán Berterame à la 61e), 25 Joaquín Laso et 28 Dionicio Escalante

Entraîneur : Alfonso Sosa

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 9 Eduardo Vargas (8 Lucas Zelarayán à la 63e), 10 André-Pierre Gignac, 13 Enner Valencia, 15 Francisco Venegas (6 Jorge Torres Nilo à la 63e), 19 Guido Pizarro, 23 Luis Quiñones (25 Jürgen Damm à la 87e) et 29 Jesús Dueñas

Entraîneur : Ricardo Ferretti

BUTS INSCRITS

0-1 (77e minute) But contre son camp de Joaquín Laso.

1-1 (80e) Germán Berterame reprend dans l’axe et permet aux siens d’égaliser.

JOUEURS AVERTIS

ATLÉTICO SAN LUIS : Noé Maya (22e minute), Germán Berterame (81e)

TIGRES : Aucun

JOUEURS EXPULSÉS

ATLÉTICO SAN LUIS : Camilo Mayada (75e minute)

TIGRES : Aucun

ARBITRE : Erick Miranda

Juge de touche nº1 : Mario López

Juste de touche nº2 : José de Jesús Baños

Quatrième arbitre : Aldo Cano

Savoir exploiter points forts. – Luis Quiñones

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), jeudi 15 août 2019.- La meilleure manière de prendre l’avantage lors du match contre l’équipe de San Luis consistera à savoir exploiter les points forts des Tigres. Tel est l’avis de Luis Quiñones, qui a brillé su sein de l’équipe titulaire Universitaire depuis le début de ce tournoi :

« L’équipe va bien, elle est heureuse du résultat obtenu à domicile. On sait aussi qu’on va faire face à un bon rival, qui veut rester en Première Division, sur sa pelouse, devant son public, et on essaiera de faire notre match, d’être concentrés pendant 90 minutes et d’exploiter nos points forts. »

En ce qui concerne son efficacité au sein de l’équipe titulaire, l’avant colombien ne cache pas sa satisfaction et se dit déterminé à continuer à briller :

« Je suis content de ce que j’ai montré jusqu’à maintenant, de ce que l’on a fait, et j’essaie de conserver ça d’un match à l’autre, de continuer à démontrer à travers de bons matchs pourquoi je fais partie des 11 titulaires et comment mon niveau s’est élevé au contact de l’équipe. » 

À propos du temps qu’il fera à San Luis…

« Il faut s’habituer à jouer dans n’importe quelles conditions climatiques et contre n’importe quel rival. Eux vont profiter de la chaleur qu’il fera, alors je pense que ce sera une rencontre équilibrée. »

Sur le record de Gignac…

« Je suis personnellement très heureux qu’il passe par un excellent moment comme celui-ci. Mais on veut aussi que ce soit le cas des autres attaquants, qu’ils aient cette même force qui nous donne confiance à nous, parce que c’est quelque chose qui va être important d’ici à la fin du semestre. »

Obligés à gagner…

« Pour nous c’est une obligation constante : quel que soit le rival, on démarre le match déterminés à bien jouer. Ça va être une rencontre difficile, les joueurs qui vont y participer vont vouloir faire la différence et nous, on fera tout pour empêcher cela. »

La bonne passe de Quiñones…

« Je crois que les choses se passent bien, c’est exactement pour cela que l’on travaille, et je crois qu’un facteur important a été la confiance que mes coéquipiers et l’équipe technique ont en moi. Alors, j’essaie de jouer de mieux en mieux à chaque match pour le bien de l’équipe, et le fait que tout le monde participe aux buts ou à la récupération des balles adverses montre que l’équipe est unie et que n’importe lequel de ses joueurs peut faire la différence. »

En ce qui concerne le physique…

« On sait qu’on va avoir des matchs difficiles, pour affronter le club América la préparation physique va être importante. L’équipe est bien préparée, en aussi bonne condition physique que possible pour lui permettre de disputer ce type de rencontres.

« Au sein du football actuel, le niveau est homogène, toutes les équipes ont des arguments à faire valoir et c’est pour cela qu’elles atteignent les phases finales. Il faut respecter toutes les compétitions auxquelles on participe ; indépendamment de l’identité de l’équipe, il faut jouer chacune des rencontres qui se présentent à nous. »

Les Tigres ont l’effectif suffisant pour se battre pour le titre…

« L’équipe occupe la troisième place du classement général et continue à être solide. Le fait qu’il manque ou pas des renforts dépendra des autorités du club, c’est une chose qu’ils étudient et, nous, on est déterminés à donner le meilleur de nous-mêmes. »

À propos de l’incorporation de Salcedo et Venegas…

« Salcedo est devenu un grand défenseur central, c’est vraiment un point fort de la défense, et Paco vient de faire un très bon tournoi avec l’équipe nationale mexicaine, et c’est quelque chose de très gratifiant pour nous. »

Les Tigresses préservent un point à l’extérieur

MORELIA (MEXIQUE), lundi 12 août 2019.- L’équipe féminine des Tigres a dû refaire son retard pour sauver une rencontre qui semblait pourtant très compromise, mais a finalement ramené un match nul 3-3 du terrain des Monarques de Morelia pour le compte de la cinquième journée du Tournoi d’Ouverture 2019 de la Liga MX Féminine.

Et bien que les Félines restaient invaincues, ce match nul n’en est pas moins le troisième concédé en quatre rencontres, ce qui les maintient provisoirement hors de la zone de qualification aux play-offs avec un total de cinq points.

PREMIÈRE PÉRIODE

Les 45 premières minutes de jeu étaient marquées par des contrastes pour des Tigresses qui démarraient plutôt bien, contrôlant le ballon et le faisant circuler sur le terrain. Pour sa part, la gardienne Féline Vania Villalobos se montrait très solide dans sa zone.

Et de fait, Monterrey ouvrait rapidement le score : dès la 6e minute de jeu, Lizbeth Ovalle filait seule sur l’aile gauche, pénétrait dans la surface de réparation locale et décochait un tir que la gardienne locale repoussait sans pouvoir empêcher une reprise victorieuse de Katty Martínez.

À ce moment du match, ce sont pourtant les Monarques qui commençaient à devenir de plus en plus audacieuses et à forcer Villalobos à s’employer à fond. À la 11e minute, la gardienne devait s’y reprendre à rien moins que trois fois pour sauver son but.

Fidèle à son style, l’équipe dirigée par Roberto Medina tentait de contrôler le ballon et de procéder par longues touches de balle sur tout le terrain. Mais, à la 18e minute, la Monarque Dalia Molina s’échappait, entrait dans la surface Universitaire et, bien que Villalobos ait initialement réussi à repousser son tir, elle ne pouvait pas empêcher que Karla Jiménez n’égalise pour les siennes sur une reprise.

Quelques minutes plus tard, à la 24e, Molina s’échappait une nouvelle fois après s’être imposée au marquage de Cristina Ferral qui n’était pas en mesure de l’arrêter. Elle pénétrait de nouveau dans la surface Universitaire et fusillait Vania pour inverser la tendance au tableau d’affichage.

L’après-midi commençait à se compliquer singulièrement pour les Tigresses, qui ne renonçaient toutefois pas à contrôler la balle, mais étaient clairement en souffrance au moment de partir à l’attaque.

Et alors que le pire semblait être passé, une erreur défensive du côté gauche permettait à María Cruzaley de prendre l’avantage et de pénétrer dans la surface avant de centrer au premier poteau, ou Jiménez n’avait plus qu’à pousser le ballon pour donner un avantage 3-1 qui semblait quasiment impossible à remonter à ce moment du match.

Peu avant la pause, les Universitaires avaient pourtant un second but au bout du pied, sur un tir de Liliana Mercado qui était finalement écarté grâce à la main providentielle de Diana Garcia.

SECONDE MI-TEMPS

Ce sont les joueuses bleu et or qui revenaient les plus affûtées des vestiaires. Elles commençaient en effet à exercer une pression croissante sur le but adverse, notamment à partir de l’entrée en jeu, à la 53e minute, de Natalia Gómez Junco, qui prenait la place de Ferral.

Lors de la minute de jeu suivante, c’est Blanca Solís qui avait une belle occasion de réduire la marque, mais le danger était écarté par une intervention opportune de la défense locale qui aurait d’ailleurs pu se solder par un nouveau but de Morelia si Gómez Junco ne s’était pas employé à fond sur la contre-attaque adverse.

À la 58e minute, les Tigresses bénéficiaient de leur meilleure occasion de l’après-midi : Katty Martínez habilitait Belén Cruz, qui s’échappait sans marquage et ouvrait à l’intention d’Ovalle juste avant de pénétrer dans la surface. Celle-ci réussissait un dribble et parvenait à tirer, mais la gardienne local veillait au grain.

Et deux minutes après, Alejandra Calderón pénétrait elle aussi dans la surface, mais voyez son tir croisé passer de justesse à gauche des cages de Monterrey.

À la 72e minute, Martínez avait une nouvelle occasion dans la surface adverse, mais son ballon filait là encore à gauche des buts locaux.

Les Félines n’en baissaient pas pour autant les bras et, à la 66e minute, sur une action de corner du côté droit, Greta Espinoza reprenait le ballon de la tête et permettait aux siennes de revenir à un score de 3-2 qui laissait encore des espoirs aux Universitaires.

Deux minutes plus tard, c’est la gardienne de Monterrey qui sortait d’extrême justesse un ballon qui se dirigeait vers ses filets alors qu’elle semblait d’ores et déjà battue.

Cruz se montrait de nouveau dangereuse à la 75e minute, sur un tir à mi-distance que la gardienne locale contrôlait sans problème.

L’ouverture tant attendue par les Félines se présenterait à la 84e minute : consécutivement à une faute commise sur Ovalle dans la surface de réparation, l’arbitre de la rencontre n’hésitait pas à indiquer le point de penalty. Et, à la 85e, Martínez ne se faisait pas prier pour permettre à Monterrey de revenir à hauteur de Morelia.

Et alors que l’on jouait les arrêts de jeu, c’est Villalobos qui sauvait de manière spectaculaire les siennes en déviant en corner un ballon qui semblait pourtant bien destiné à filer au fond de son but.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

MORELIA : 1 Diana García ; 3 Marypaz Barboza, 5 María Cruzaley, 6 Tania Cortez (14 Michel Guerrero à la 69e minute), 9 Dalia Molina, 11 Karla Jiménez, 13 María Sandoval, 15 Alejandra Calderón, 18 María Ruiz, 19 Andrea Torres et 27 Sahiry Cruz.

Entraîneur : Filadelfo Rangel

TIGRES :  33 Vania Villalobos ; 4 Greta Espinoza, 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado (5 Fernanda Elizondo à la 74e minute), 10 Katty Martínez, 13 Karen Luna, 14 Lizbeth Ovalle, 15 Cristina Ferral (21 Natalia Gómez Junco à la 53e), 18 Belén Cruz, 19 Blanca Solís (9 Evelyn González à la 61e et 22 Selene Cortés.

Entraîneur : Roberto Medina

BUTS INSCRITS

0-1 (6e minute) Katty Martínez reprend avec succès une balle repoussée par la gardienne adverse dans sa surface de réparation.

1-1 (18e) Karla Jiménez permet aux monarques d’égaliser sur une action identique.

2-1 (24e) Dalia Molina s’échappe et entraîne dans sa course le marquage de Selene Cortez avant de pénétrer dans la surface Universitaire et de marquer.

3-1 (41e) María Cruzaley déborde sur la droite et centre à l’attention de Karla Jiménez, qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets des Tigresses.

3-2 (66e) Greta Espinoza reprend de la tête au second poteau sur un corner des Félines.

3-3 (85e) Katty Martínez expédie son penalty au pied du poteau gauche pour permettre aux siennes de revenir à égalité au coup de sifflet final.

JOUEUSES AVERTIES

Aucune

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

ARBITRE : Francia González

Juge de touche nº1 : Mayra Mora

Juge de touche nº2 : Jesús Lagunes

Quatrième arbitre : Miguel Anaya

Soirée française et victoire 3-1 des Tigres

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), samedi 10 août 2019.- Au bout d’une soirée apparemment taillée sur mesure pour le Français André-Pierre Gignac, auteur d’un « coup du chapeau », les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) ont battu les Éclairs de Necaxa sur le score de 3 buts à 1 et demeurent invaincus à domicile.

Gignac, auquel les dirigeants et le public des Félins avaient rendu hommage après être devenu le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe avec 105 réalisations la semaine dernière, a pris le match de ce samedi à son compte et a marqué à trois nouvelles reprises, assurant ainsi la troisième victoire de son équipe depuis le début du Tournoi d’Ouverture 2019.

PREMIERE MI-TEMPS

La partie débutait sur des chapeaux de roue pour les Tigres : dès la 4e minute de jeu, Luis Quiñones récupérait un ballon repoussé par la défense du côté gauche et centrait au premier poteau, où André-Pierre Gignac reprenait de la tête et marquait le premier but en faveur de l’équipe locale.

L’allégresse qui régnait alors dans les travées du Stade Universitaire constituait une suite de l’hommage reçu avant le match de ce samedi par le Français, qui venait de marquer son 106e but sous les couleurs or et bleu.

À peu près cinq minutes plus tard, Gignac décochait un tir en direction du but adverse mais voyait sa frappe imprécise passer à droite du poteau. Peu après, l’Équatorien Enner Valencia tentait la même action et obtenait le même résultat.

Et la soirée faste de Gignac ne faisait que commencer puisqu’à la 17e minute, le Français inscrivait son deuxième but de la soirée, le 107e à son actif, sur une action individuelle dans la surface de réparation qui lui permettait de se ménager l’espace nécessaire pour décocher un tir puissant qui ne laissait aucune chance au gardien Hugo González.

Á peine cinq minutes après, l’avant français enchantait une nouvelle fois les tribunes du Stade Universitaire en profitant d’un ballon à sa mesure dans la surface pour frapper et raser le poteau gauche de l’équipe adverse avant de terminer au fond des filets. Les Tigres menaient 3-0 et se dirigeaient vers une victoire tranquille.

Cependant, l’excès de confiance des Félins commençait à leur porter préjudice et l’équipe baissait notablement de niveau, particulièrement en termes de déploiement offensif.

Alors que l’on jouait la 26e minute, Guido Pizarro se voyait obligé à surgir dans sa propre surface pour sauver le but de Nahuel Guzmán particulièrement menacé par les Éclairs à ce moment du match.

La prise de confiance des rivaux des Universitaires devenait de plus en plus évidente, notamment à la 42e minute de jeu, lorsque Ventura Alvarado reprenait un ballon dans la surface locale et permettait à Necaxa de revenir à 3-1 et de reprendre espoir.

SECONDE PERIODE

Au retour des vestiaires, l’équipe du centre-nord du Mexique, qui n’avait plus grand-chose à perdre, n’hésitait pas à se lancer à l’attaquer et à faire pression sur les Félins depuis leur propre surface de réparation. Ceci n’empêchait toutefois pas Valencia de reprendre de la tête à la 48e minute. Malheureusement son ballon passait juste au-dessus de la barre transversale de González.

Une minute plus tard, le Colombien Quiñones cédait de la tête à l’intention de Gignac, dont le tir, mal négocié, empêchait un nouveau but du Français.

Un peu après, afin de compenser la pression exercée par l’équipe rival, l’entraîneur local Ricardo « Tuca » Ferretti réalisait son premier changement de la soirée et faisait sortir Eduardo Vargas, assez peu en verve depuis le début de la rencontre, afin de donner sa chance à Jésus Dueñas et de renforcer un milieu de terrain Universitaire qui commençait à donner des signes de faiblesse.

À la 69e minute de jeu, Valencia et Gignac s’associaient pour réaliser une action dans la surface de réparation, mais ne parvenaient pas à leurs fins et les choses en restaient là.

À peine 49 secondes après, Quiñones se trouvait lui aussi en bonne position pour marquer un nouveau but sur la gauche, mais son ballon était dévié de justesse par un arrière.

À partir de ce moment, le jeu se limitait à une série d’allers et de venues principalement orchestrée par Necaxa, qui tentait de marquer un second but pouvant légitimer ses aspirations de revenir au tableau d’affichage. Pour leur part, les Tigres tentaient de partir à l’attaque à coup de petites passes, mais se heurtaient rapidement à la récupération de leurs adversaires.

C’est à ce moment du match, à la 88e minute, que Jürgen Damm faisait son entrée sur la pelouse en remplacement de Quiñones.

Et alors que les deux équipes disputaient les arrêts de jeu, Brian Mercado surgissait sur l’aile gauche et réussissait un centre que Guzmán parvenait à récupérer pour éviter que Necaxa ne revienne au tableau d’affichage.

               

COMPOSITION DES EQUIPES

TIGRES :  1 Nahuel Guzmán ; 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 6 Jorge Torres Nilo, 9 Eduardo Vargas (29 Jesús Dueñas à la 57e minute), 10 André-Pierre Gignac, 13 Enner Valencia, 19 Guido Pizarro, 23 Luis Quiñones (25 Jürgen Damm à la 88e), 27 Jair Díaz et 28 Luis Rodríguez.

ENTRAÎNEUR : Ricardo « Tuca » Ferretti

NECAXA : 1 Hugo González ; 5 Fernando Meza (11 Kevin Mercado à la 64e minute), 7 Daniel Álvarez (4 Alexis Peña à la 30e), 9 Mauro Quiroga (17 Juan Delgado à la 57e), 10 Maximiliano Salas, 16 Jairo González, 20 Jesús, Ángulo 22 Ricardo Chávez, 23 Claudio Baeza, 31 Ventura Alvarado et 188 José Plascencia.

ENTRAÎNEUR : Guillermo Vázquez

BUTS INSCRITS

1-0 (4e minute) Luis Quiñones centre depuis le secteur gauche, où André-Pierre Gignac reprend de la tête et marque.

2-0 (17e) André-Pierre Gignac se ménage l’espace suffisant aux abords de la surface de réparation pour décocher un tir puissant et offrir le deuxième but de la soirée aux siens.

3-0 (22e) André-Pierre Gignac reçoit le ballon dans la surface et le place à ras du poteau gauche pour inscrire le troisième but en faveur des Félins.

3-1 (42e) Ventura Alvarado reprendre la tête et réduit le score.

JOUEURS AVERTIS

TIGRES : Luis Quiñones (59e minute).

NECAXA : Claudio Baeza (26e minute), Alexis Peña (76e) et Maximiliano Salas (89e)

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

ARBITRE : Oscar Mejía

Juge de touche nº1 : Alberto Morín

Juge de touche nº2 : Karen Díaz

Quatrième arbitre : Mario Vargas

Supérieur ou pas, il faut le démontrer

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), jeudi 8 août 2019.- Le fait que les Tigres soient ou non supérieurs à l’équipe de Necaxa est une chose qui devra être démontrée sur le terrain, a indiqué le capitaine Félin Guido Pizarro avant d’ajouter que les Universitaires devaient montrer leur force sur leur propre pelouse.

« Le fait que nous soyons ou pas supérieurs à Necaxa, c’est une chose que nous devrons démontrer samedi. L’équipe de Necaxa a fait un très bon dernier match et ses avants doivent se sentir en pleine confiance. Mais, chez nous, ce sera à nous de démontrer que nous sommes dominants.

« Notre effectif est en forme, on a bien travaillé toute cette semaine après avoir obtenu une victoire importante, et on espère que, samedi, on pourra encore s’améliorer et obtenir la victoire qu’on veut tous conquérir. »

À propos du rival

« Ils ont obtenu un superbe résultat et ils se sont montrés particulièrement efficace. Il n’y a aucun doute que la section offensive de l’équipe sera en pleine confiance (après avoir gagné 7-0 contre Veracruz). Alors il faudra d’abord assurer le contrôle du jeu pour ne pas donner l’occasion aux avants de marquer. J’espère en tout cas qu’on verra du beau football et qu’on remportera le match, ce qui est le plus important. »

Bon en termes de moral…

« On a obtenu un bon résultat le week-end dernier, sur un terrain difficile, et c’est quelque chose qui nous a aidé au niveau du moral. Mais on sait qu’il n’y a pas deux journées identiques, et cette fois, c’est dans notre stade, avec nos supporters. »

Un effectif de qualité…

« On a un excellent effectif et on le démontre depuis assez longtemps. Il faut qu’on se concentre particulièrement sur les premières dates parce que, plus tard, à la fin du championnat, les points que nous n’avons pas obtenus au début peuvent nous manquer. À chaque match il faut empocher les trois points, continuer à jouer de cette manière et assurer que notre effectif soit en harmonie, mais on est sur le bon chemin. »

Encore des choses à améliorer…

« Il reste encore beaucoup de choses à améliorer et c’est ce qu’on espère faire au fur et à mesure du championnat. »

À propos de ce que lui a dit un journaliste argentin…

« Oui, les garçons m’ont montré cet article aujourd’hui. Il n’y a aucun doute que le journalisme national argentin va donner une plus grande importance à ce qui se passe là-bas qu’à ce qui se passe ici. Réellement, Boca est le club le plus important de toute l’Amérique et, à mon avis, il me semble que c’est aussi le chemin que les Tigres prennent.

« Je crois aussi que c’est dû au fait qu’ils cherchent à recruter Gignac et qu’ils n’ont pas encore réussi à se mettre d’accord avec lui, mais c’est un exemple du journalisme qui va donner une valeur particulière à ce qui se passe là-bas. »

Jouer au mérite. – Jair Díaz

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), mercredi 7 août 2019.- Jouer et conquérir sa place pour des motifs de mérite sportif et non de règlement, telle est la motivation de l’arrière des Tigres Jair Díaz, qui a aussi signalé qu’il s’attendait à affronter la meilleure version possible de l’équipe de Necaxa ce week-end.

Jair a participé aux trois matches disputés par les Félins depuis le début de ce Tournoi d’Ouverture 2019, ce qui permet à l’équipe de respecter les règles de présence sur le terrain des plus jeunes, obligatoires dans le football professionnel mexicain.

« Moi, je travaille pour mériter mon poste, par pour respecter une règle. Je me suis senti bien, je continue à donner le meilleur de moi-même pour mériter ma place », a indiqué le défenseur en conférence de presse ce mercredi au Stade Universitaire.

En ce qui concerne les prochains adversaires des Universitaires en Liga MX, les Éclairs du Necaxa, qui viennent de corriger Veracruz sur le score de 7-0, Díaz considère que, forte de ce succès, l’équipe adverse sera gonflée à bloc :

« On donne tout ce qu’on a, mais on anticipe aussi la meilleure version possible de Necaxa, on va imposer nos conditions à domicile, mais sans pour autant sous-estimer personne, parce que le rival compte », a exprimé le jeune joueur.

Une sensation d’aise…

« L’équipe travaille bien, je me suis senti à l’aise et je crois qu’on va faire un bon match contre Necaxa ».

Comment affronter le Necaxa…

« La chose la plus importante, c’est comment on joue nous, eux sont en confiance parce qu’ils viennent de faire un gros résultat mais, nous, on est concentrés sur notre manière de jouer.

Une équipe dynamique…

« Necaxa, c’est une équipe dynamique qui va de l’avant autant qu’elle le peut et nous, on doit être capables de contrôler le match pour qu’il ne nous arrive pas ce qui s’est passé lors du dernier match, où on a été pas mal maltraités, il faut qu’on contrôle mieux les matches ».

Le jeu défensif…

« On en a parlé, mais ça n’a pas eu de conséquences graves le week-end dernier. On s’est mis d’accord et on s’est entrainés en fonction de ça ».

Conserver son style…

« On a joué à l’extérieur le match de la semaine dernière et on a essayé de conserver notre style, mais le rival compte aussi, et on aurait dû se rendre compte bien avant de ce qu’on devait faire sans trop prendre de risques ».

Une responsabilité collective…

« Ce qui s’est passé contre les Pumas, c’est la responsabilité de tous, pas celle d’un seul joueur. On ne s’est pas mis d’accord, c’est tout ce qui s’est passé, je ne crois pas que ça aille plus loin que ça ».

Jouer à Mexico…

« D’abord, le terrain de la Cité Universitaire de Mexico est un terrain difficile. C’est dur de jouer là-bas. Nous, on a fait ce qu’on a pu étant donné les conditions du terrain et du temps. Ici, les choses sont différentes, et c’est nous qui allons imposer les conditions ».

Loin du niveau désiré

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), mardi 6 août 2019.- Luis Rodríguez, qui est entré dans l’histoire en étant l’auteur de la passe qui a permis à André-Pierre Gignac de marquer son 105e but sous les couleurs Universitaires, sait aussi faire preuve d’autocritique et reconnaît que l’équipe de Monterrey est encore loin de son niveau idéal.

Rodríguez, surnommé « Chaka », n’a pas hésité lorsqu’il lui a été demandé si l’équipe était encore éloignée de son niveau idéal lors d’une conférence de presse au sein des installations de La Cueva, à Zuazua, dans la banlieue de Monterrey.

« Je pense que oui », a-t-il répondu avec emphase.

« Il nous reste pas mal de chemin à parcourir, beaucoup de choses qu’on ne fait pas comme on devrait. La bonne chose, c’est qu’on est des professionnels et qu’on sait ce qu’on doit améliorer, et qu’en plus on a encore le temps nécessaire pour le faire », a toutefois ajouté le joueur.

L’arrière, récent champion de la Copa de Oro avec l’équipe nationale du Mexique, a aussi indiqué que l’une des raisons liées au niveau insuffisant des Tigres est le début récent du nouveau tournoi semestriel :

« C’est dû au peu de temps, la majorité des équipes ont du mal au début, et je crois que c’est dû à ça », a exprimé le joueur

Malgré tout, l’équipe va bien…

« L’équipe va bien, aujourd’hui on a eu une préparation physique et on sait tous que ça va être un match difficile. Il faut qu’on travaille, on sait qu’ils viennent de faire un bon résultat, il faut qu’on fasse attention ».

Le 105e but de Gignac…

« Sur le moment, le plus important c’est le fait d’avoir gagné et la saveur de la victoire obtenue. Mais on est contents pour lui, c’est moins facile que ça en a l’air. Alors, contents pour lui.

« Maintenant il faut qu’il profite de ce moment par lequel il passe, il y a de très bons joueurs au sein de cet effectif et lui est l’un des meilleurs, alors on est très heureux de sa réussite ».

Qu’est-ce que Gignac t’a dit à propos de la passe que tu lui as faite ?

« Il m’a remercié, mais ça fait partie du travail, quelqu’un devait faire cette passe et quelqu’un d’autre la mettre au fond ».

À propos du match contre Necaxa, qui vient d’étriller Veracruz 7-0…

« C’est un match où il faudra qu’on soit très prudents, ils ont des joueurs très explosifs, une très bonne dynamique et il faudra faire attention à ça ».

Qu’est ce qui manque aux Tigres ?

« Seulement améliorer les détails qui nous causent des difficultés et on va se retrouver au contact des premiers, ce ne sont que des détails ».

Tout faire pour mieux figurer

« Continuer à engranger les points et à s’améliorer, on va améliorer peu à peu les choses qui nous manquent encore, et en s’améliorant l’équipe va bien mieux figurer.

A propos d’une future sélection en équipe nationale…

« Chaque fois qu’il y a une convocation, je pense que je dois jouer ici et me faire remarquer ici, faire les choses bien avec mon équipe parce que sinon je ne serai pas pris en compte. D’abord gagner ma place et une fois là-bas, c’est autre chose ».

L’objectif de n’importe quel joueur…

« Oui, l’objectif, c’est d’être sélectionné. Pour nous tous, qui nous consacrons professionnellement au football, c’est le niveau maximal que nous puissions atteindre, le but. Je ne considère pas que ma place soit assurée, c’est l’entraîneur qui s’en occupe et il va choisir celui qui est dans la meilleure situation et c’est à cela qu’il faut se préparer ».

Des Tigresses inefficaces font match nul 0-0

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), lundi 5 août 2019.- L’équipe féminine des Tigres a toujours eu l’initiative du match et les occasions nécessaires, mais elle n’a pas réussi à briser le cadenas défensif des Pumas féminins de l’UNAM (Université Autonome National de Mexico) et a dû se contenter d’un match nul à l’issue de la quatrième journée du Tournoi d’Ouverture 2019 de la Liga MX.

Ce résultat permet aux Universitaires de totaliser cinq points, ce qui les maintient de justesse en zone de qualification, puisqu’elles occupent la huitième position au classement général.

Le match de ce lundi a donné l’occasion de faire ses débuts à la joueuse Miah Zuazua, entrée en remplacement et qui aurait pu se couvrir de gloire dans les arrêts de jeu si sa reprise n’avait pas été bloquée par la défense adverse.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Malgré l’absence de quatre de leurs joueuses potentiellement dangereuses pour les buts adverses, ce sont bel et bien les Tigresses qui prenaient le jeu à leur compte lors de cette première mi-temps, où elles contrôlaient le plus souvent le ballon et privilégiaient les petites passes offensives.

La formation rivale s’employait à fond pour repousser les attaques des pupilles de Roberto Medina et, dès la 2e minute de jeu, Carolina Jaramillo s’échappait et centrait à l’intention de Fernanda Elizondo. Malheureusement, la défense Puma s’interposait.

Six minutes plus tard, les Félines orchestraient une attaque comparable, cette fois menée par Selene Cortez, qui filait sur l’aile gauche et centrait. Mais la gardienne Melany Villeda intervenait opportunément.

À la 18e minute de jeu, sur coup de pied arrêté, Jaramillo visait la lucarne gauche de l’équipe de Mexico, mais le ballon passait au-dessus.

Le plus souvent privées de ballons exploitables, les Pumas réagissaient toutefois à la 24e minute : Daniela García profitait d’une erreur défensive locale pour tenter sa chance, mais son tir était capté par Ofelia Solís.

Les Tigresses continuaient à attaquer et obtenaient à la 33e minute leur occasion la plus prometteuse : Jaramillo cédait dans la surface de réparation adverse à Belén Cruz, laquelle passait a Natalia Gómez Junco, dont le tir dominait la gardienne de Mexico mais était écarté sur la ligne par Gabriela Álvarez.

Les Pumas ripostaient à la 35e minute, sur une tête dans la surface de Daniela García qui passait à gauche des cages.

                                             

SECONDE PÉRIODE

Les Tigresses revenaient des vestiaires déterminées à se montrer plus insistantes et c’est ce qu’elles faisaient à la 48e minute lorsqu’elles tentaient leur chance sur un tir de loin qui passait de justesse au-dessus de la transversale des Pumas.

Deux minutes plus tard, Gómez Junco expédiait un long ballon dans la surface adverse que Karen Luna tentait de conquérir, mais la gardienne des Pumas s’en saisissait. La menace des Tigresses sur le but de celle-ci était toutefois bien réelle.

Gómez Junco tentait de nouveau sa chance à la 54e minute sur une tentative de tir de loin destinée à surprendre la gardienne rivale, mais le ballon passait au-dessus des cages.

C’est le moment du match que l’entraîneur des Tigres choisissait pour réaliser ses premiers changements : à la 67e minute, Jaramillo était remplacée par Evelyn González. Une minute plus tard, celle-ci était sur le point de marquer en reprenant de la tête. Mais la gardienne de Mexico déviait sur son poteau.

Quelque sept minutes plus tard, Cruz tentait l’action individuelle, pénétrait dans la surface et décochait un tir croisé qui heurtait la poitrine de la gardienne. Les Pumas se sauvaient de peu du premier but.

Cruz pénétrait de nouveau dans la surface par le secteur gauche et faisait une passe diagonale en retrait. Mais la défense intervenait. On jouait alors la 84e minute.

Dans les arrêts de jeu, Cruz filait sur l’aile gauche et, entraînant le marquage dans son sillage, elle était poussée alors qu’elle semblait avoir une bonne option de but.

Finalement, à l’occasion de ses débuts et après être rentrée en remplacement, Miah Zuazua bénéficiait d’une occasion, mais temporisait un peu trop et voyait son tir repoussé par la défense des Pumas.

              

COMPOSITION DES EQUIPES

TIGRES : 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 5 María Fernanda Elizondo (30 Miah Zuazua à la 83e minute), 8 Carolina Jaramillo (9 Evelyn González à la 67e), 13 Karen Luna, 15 Cristina Ferral, 16 Sonia Vázquez, 18 Belén Cruz, 21 Natalia Gómez Junco (19 Blanca Solís à la 63e), 22 Selene Cortés et 26 Vanessa Flores.

Entraîneur : Roberto Medina

UNAM : 12 Melany Villeda ; 2 Dirce Delgado, 4 Deneva Cagigas, 10 Daniela García, 13 Paola Chavero, 14 Bibiana Quintos, 17 Diana Gómez, 18 Liliana Rodríguez (7 Hilary García à la 54e minute), 19 Edna Santamaría, 20 Jaqueline García et 29 Gabriela Álvarez (26 Alexandra Martínez à la 69e).

Entraîneur : Ileana Dávila

BUTS INSCRITS

Aucun

JOUEUSES AVERTIES

TIGRES : Belén Cruz (65e)

UNAM : Daniela García (39e minute), Bibiana Quintos (91e)

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

ARBITRE : Diana Pérez

Juge de touche n°1 : Betsua Cortez

Juge de touche n°2 : Alma Martínez

Quatrième arbitre : Julián Duarte

Victoire des Tigres et 105e but de Gignac

MEXICO (MEXIQUE), Dimanche 4 août 2019.- Le bonheur était d’origine multiple et les vestiaires du stade des Pumas n’avaient plus été aussi pleins de l’allégresse des Tigres depuis l’obtention de leur titre de Champions du Mexique il y a quatre ans. 

Dimanche soir, l’origine de cette joie était le 105e but marqué par André-Pierre Gignac, qui le faisait rentrer dans l’histoire et permettait aux siens de gagner à l’extérieur sur le score de 1-0 en Liga MX. L’attaquant français ne s’était pas montré particulièrement à son avantage mais, à la 89e minute de jeu, il ne manquait pas l’occasion de reprendre de la tête, dans la surface adverse, un centre venu de la droite et signé Luis Rodríguez.


Grâce à ce but, Gignac supplante un autre Félin historique, Tomás Boy, pour devenir le meilleur marqueur de l’histoire des Tigres du Mexique, comme les Félins sont connus dans la région marseillaise.

PREMIERE MI-TEMPS

Les Tigres ne signaient pas une bonne première période de jeu. Ils semblaient éprouver des difficultés à prendre leurs marques sur cette pelouse du Stade Olympique Universitaire de Mexico, où ils ont pourtant déjà remporté deux de leurs sept titres de champions du Mexique.

Toutefois, dès la 5e minute d’action, Enner Valencia s’échappait sur l’aile droite et parvenait à centrer. Mais la défense locale veillait au grain.


Les Pumas se montraient de plus en plus dangereux pour le gardien Universitaire Nahuel Guzmán, qui commettait en outre une erreur sur l’une de ses sorties, au quart d’heure de jeu. Mais ses propres défenseurs évitaient que le danger ne se traduise pas l’ouverture du score en faveur de l’équipe locale.

Trois minutes plus tard, un tir du Puma Carlos González s’écrasait sur le poteau, non sans avoir fait se lever le stade comme un seul homme. Et, à la 22e minute de jeu, le même joueur voyait cette fois sa tête passer à droite des buts Félins.

Eduardo Vargas sonnait la révolte des Universitaires du nord en décochant un tir à mi-distance qui passait au-dessus de la transversale locale.

La fin de la première mi-temps se caractérisait par une perte de rythme des Pumas, ce qui permettait aux Tigres de mieux se positionner et d’aller de l’avant : c’est ainsi qu’à la 42e minute, Rodríguez faisait parvenir une petite passe à Luis Quiñones, mais le Colombien arrivait un peu tard et se faisait subtiliser le ballon.

SECONDE PERIODE

Ce sont des Tigres améliorés qui revenaient des vestiaires, contrôlant mieux le ballon et les offensives, tant et si bien qu’à la 47e minute, Vargas reprenait le ballon dans la surface d’une tête croisée qui terminait sur le poteau gauche des Pumas.


Un peu plus tard, Quiñones recevait le ballon dans la surface de réparation, mais son dribble un peu trop long d’un adversaire lui empêchait de faire prospérer cette occasion.


Alors que l’on jouait la 50
e minute, c’est Valencia qui expédiait un long ballon vers la surface de réparation locale et à destination d’André-Pierre Gignac. Mais le gardien intervenait opportunément.

Bien que dominés, les Pumas réagissaient à la 65e minute de jeu, lorsqu’un tir de David Cabrera passait au-dessus de la barre transversale de Guzmán.


Quelques minutes plus tard, le panorama s’éclaircissait quelque peu pour les Tigres après que le Puma Jeison Angulo écope de son deuxième carton jaune de l’après-midi, synonyme d’expulsion et d’une infériorité numérique qui permettait aux Tigres de renforcer leur possession de balle.

Ricardo « Tuca » Ferretti exploitait la supériorité en nombre de ses joueurs en remplaçant Jair Diaz par Jürgen Damm, donnant ainsi une position plus centrale à Guido Pizarro et faisant glisser latéralement Jorge Torres Nilo afin de renforcer l’efficacité des Tigres sur les ailes.


Malgré cela, Guzmán était encore nouveau amené à intervenir à la 78
e minute, quand il repoussait un puissant tir adverse dans sa propre surface.

Valencia tentait de répliquer pour le compte des Tigres sur une reprise de la tête qui visait le poteau droit, mais le ballon sortait en rasant les filets.


Monterrey, qui dominait déjà le cours du jeu, ouvrait finalement le score à la 89
e minute, lorsque Luis Rodríguez recevait du côté droit et centrait dans la surface adverse, où Gignac s’élevait plus haut que tout le monde pour donner à son équipe le but de la victoire.

 

COMPOSITION DES EQUIPES

UNAM : 1 Alfredo Saldívar ; 4 Luis Quintana, 7 David Cabrera (6 Kevin Escamilla à la 76e minute), 8 Pablo Barrera (11 Juan Iturbe à la 67e), 10 Andrés Iniestra, 12 Víctor Malcorra, 18 Nicolás Freire, 20 Idekel Domínguez, 22 Juan Vigón, 23 Jeison Angulo et 32 Carlos González.

ENTRAINEUR : JOSÉ GONZÁLEZ

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 6 Jorge Torres Nilo, 9 Eduardo Vargas (8 Lucas Zelarayán à la 85e minute), 10 André-Pierre Gignac, 13 Enner Valencia, 19 Guido Pizarro, 23 Luis Quiñones, 27 Jair Díaz (25 Jürgen Damm à la 74e) et 28 Luis Rodríguez.

ENTRAINEUR : RICARDO FERRETTI 

BUTS INSCRITS

0-1  (89e minute) Luis Rodríguez centre depuis la droite et André-Pierre Gignac reprend de la tête pour ouvrir la marque.


JOUEURS AVERTIS

UNAM : Nicolás Freire (31e minute), Jeison Angulo (45e) et Juan Vigón (90e)

TIGRES : Eduardo Vargas (38e minute), Guido Pizarro (55e) et Jair Díaz (66e)

JOUEURS EXPULSES

UNAM : Jeison Angulo (71e minute)

TIGRES : Aucun

Un collectif suffisant pour repartir de l’avant.- Zelarayán 

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), mercredi 31 juillet 2019.- Bien que les blessures se soient avérées être les principales rivales des Tigres en ce début de Tournoi d’Ouverture 2019, Lucas Zelarayán considère que l’équipe compte un effectif de qualité suffisante pour réagir et pallier aux absences.


Le joueur argentin s’est de même souvenu que le tournoi antérieur avait lui aussi été marqué par les blessures, comme dans son cas et dans celui d’André-Pierre Gignac l’espace de plusieurs matches, et que les Tigres s’étaient tout de même couronnés en fin de saison.

« On a un grand effectif, énorme, on a eu une mauvaise série en ce qui concerne les blessés, mais c’est ce qui m’est arrivé le semestre dernier, ainsi qu’à plusieurs autres coéquipiers, parmi eux André, et on a quand même levé la coupe.

« Je ne crois pas qu’il s’agisse de quelque chose qui doive nous inquiéter, c’est désagréable que plusieurs joueurs soient absents, mais on a l’effectif suffisant pour continuer à se battre et on essaiera de s’en remettre le plus vite. Souhaitons que ça se passe aussi vite que possible, pour être de nouveau à la disposition de l’entraîneur », a aussi indiqué Zelarayán, souvent surnommé « Le Chinois ».


Avant le début de saison, Francisco Meza et Julián Quiñones ont en effet subi des interventions chirurgicales qui devraient les maintenir éloignés des terrains durant huit mois ; à l’issue de la première journée ce sont Jesús Dueñas et Zelarayán lui-même qui se sont blessés, sans oublier Eduardo Tercero et Javier Aquino.


Le Chinois espère être prêt pour le match du week-end prochain contre les Pumas et a déjà repris le travail physique avec ses coéquipiers, mais pas encore sa préparation technique.

« Ça se passe bien, j’ai la chance d’avoir repris le travail avec Memo (le préparateur physique de l’équipe) sans m’exiger trop et, la vérité, c’est que j’ai bien répondu au niveau musculaire, demain on forcera un peu plus visant à être à fond en fin de semaine. »

Une blessure regrettable 

« C’est dommage, oui, je me sentais très bien physiquement, bien pendant l’intersaison, c’est de la malchance, un coup et un pas de travers, ce sont des choses qui arrivent tout le temps. Mais ce n’est pas si grave que ça et j’espère être prêt pour jouer dimanche. »

Jouer face aux Pumas…

« C’est dommage. Une mauvaise série de joueurs blessés, c’est toujours souhaitable d’avoir autant de joueurs que possible à disposition, que l’équipe soit au complet. Mais j’essaie de laisser cette blessure derrière moi pour essayer de jouer contre les Pumas, parce que ça va être un match difficile et que j’espère pouvoir en être. »

Soutien à Salcedo après son expulsion…

« Ça a été une action malheureuse qui termine par l’expulsion de Carlos (Salcedo), dommage, en plus de la série de blessures depuis Meza, mais les joueurs qui peuvent jouer vont donner tout ce qu’ils ont, comme toujours, et espérons que les autres récupèreront vite pour arriver en renfort de l’équipe et être à la disposition de l’entraîneur. Mais on est là pour soutenir Carlos et tous les autres. »

Ce qui s’est passé avec Salcedo et les critiques reçues affectent l’équipe?

« Le groupe en lui-même n’est pas affecté. On sait que ce sont des choses qui arrivent. Il peut y avoir beaucoup d’expulsions au football, et Carlos est notre coéquipier. On est contents de lui et on le soutient. On le ferait avec n’importe quel autre et on fait en sorte que ca n’affecte pas ce groupe qui a gagné des titres ensemble. »


Le terrain des Pumas est difficile…

« Oui, ce qui rend le terrain difficile, c’est l’horaire et l’altitude, mais c’est pour ça qu’on s’entraîne depuis avant le début de la saison et on n’essaiera que les conditions n’influencent pas négativement le résultat, on a envie d’aller chercher cette victoire.

« C’est toujours plus souhaitable d’assurer la possession pour que ce soit le ballon qui circule et pas nous. Comme ça, on ne sent pas autant l’altitude et la chaleur. Espérons qu’on sera dans de bonnes conditions, qu’on aura le ballon et qu’on contrôlera le match. C’est ça la base qui nous permettra de faire un bon résultat. »


À propos des rumeurs de Gignac jouant éventuellement en Argentine…

« La vérité c’est quelque chose qu’il faudrait demander à André. Moi, je n’ai jamais été en relation avec Boca Juniors, alors je ne peux pas te dire comment ça se passe. On sait tous qu’André est un joueur important, une icône, et c’est quelqu’un qu’on veut toujours avoir dans son équipe. Le reste, c’est une histoire entre clubs et dirigeants.

« Lui est ici, c’est une décision qui ne dépend qu’à de lui. Pour ceux qui l’entourent, le public et nous, il est très important. Quant à ce qui peut arriver demain je ne peux pas en parler… ».

Les Tigresses rapportent un nul de Torreón

TORREÓN (MEXIQUE), lundi 29 juillet 2019.- La formation féminine des Tigres de l’UANL a eu la possibilité de rapporter une victoire de son déplacement sur le terrain de Torreón, mais le destin en a décidé autrement, obligeant les pupilles de Roberto Medina à jouer en infériorité numérique durant plus d’une demi-heure.


Nayeli Rangel a en effet écopé de deux cartons jaunes en deux minutes, synonyme d’expulsion par l’arbitre de la rencontre Karen Hernández à la 59
e minute, alors que les Félines menaient au tableau d’affichage.


Malgré l’absence de Rangel au milieu du terrain, les Universitaires faisaient preuve de personnalité. Toutefois, l’équipe locale trouvait les ressources suffisantes pour arracher aux Félines les points d’une victoire qui leur semblait pourtant acquise.


Très tôt dans le match, les Tigresses prenaient l’avantage. Dès la 17
e seconde de jeu, Natalia Gómez Junco faisait des débuts tonitruants en Liga MX Féminine et sous les couleurs or et bleu en décochant depuis l’extérieur de la surface de réparation un tir qui terminait au fond des filets adverses.

Tout semblait se dérouler le mieux du monde et les Universitaires s’acheminaient vers un second triomphe en cette troisième journée du nouveau tournoi semestriel. Mais la joueuse local Cinthya Peraza ne l’entendait pas de cette oreille.


Peraza reprenait en effet un corner des siennes de la tête dans la surface de Monterrey à quatre minutes du terme de la première mi-temps pour égaliser, et ce malgré la domination des Tigresses, qui avaient laissé échapper au moins une occasion de but.

Fernanda Elizondo ne perdait pas de temps et, alors que l’on jouait la 45e minute, quelques secondes avant que l’arbitre ne renvoie les formations au repos, elle reprenait le ballon de la pointe du pied, lobait la gardienne locale et prendre l’avantage partiel.

Les Félines revenaient des vestiaires dominatrices et la seconde mi-temps se présentait sous les meilleurs auspices. Mais les joueuses de Santos réalisaient certains ajustements en défense et commençaient à s’imposer au milieu de terrain. C’est aussi le moment où Elizondo était avertie et où Rangel recevait les deux cartons qui mèneraient à son expulsion alors qu’il restait 31 minutes à jouer.

Le second but local, synonyme d’égalisation, était inscrit trois minutes plus tard, une fois encore par Peraza, un véritable poison pour les Tigresses puisque deux autres de ses ballons heurtaient la transversale des cages gardées par la portière Universitaire Ofelia Solís.

Les Félines bénéficiaient elles aussi d’occasions, notamment par l’entremise de Carolina Jaramillo, par celle d’Elizondo et de Belén Cruz. Mais le ballon refusait d’obtempérer.

Les Félines conservent ainsi la huitième position du classement général national avec trois points et se disposent à présent à recevoir les Pumas de l’UNAM (Université National Autonome de Mexico), d’ailleurs pour la première fois depuis la création de la Liga MX Féminine.

3e JOURNÉE

TOURNOI D’OUVERTURE 2019

Santos Féminin 2-2 Tigres Féminin

(Cinthya Peraza 40e et 62e minutes) et (Natalia Gómez Junco 17e seconde et Fernanda Elizondo 44e minute)

Date et heure : Lundi 29 juillet 2019 (21:00h)

Stade : TSM

Arbitre : Karen Hernández Andrade

Assistant: Miguel Ángel Durón Martínez (1) et Joel De la Cruz Gaytán (2)

Quatrième arbitre : Noé Guadalupe López Gómez

 

SANTOS FEMININ : Wendy Toledo, Karla Martínez, Arlett Tovar, Brenda López, Katia Estrada, Alexxandra Ramírez, Daniela Delgado, Olga Trasviña (Leticia Vázquez à la 70e minute), Cinthya Peraza, Ashly Martínez (Marianne Martínez à la 83e) et Michelle Vargas (Isela Ojeda à la 46e).

Remplaçantes : Diana Sánchez (G), Estela Gómez, Nancy Quiñones, Isela Ojeda, Marianne Martínez, Mayela Reyes et Leticia Vázquez.

ENTRAINEUR : Jorge Macías

 

TIGRES FEMININ : Ofelia Solís, Karen Luna, Greta Espinoza, Cristina Ferral, Selene Cortés, Fernanda Elizondo (Blanca Solís à la 65e minute), Natalia Villarreal (Sonia Vázquez à la 65e), Nayeli Rangel, Belén Cruz, Carolina Jaramillo (Evelyn González à la 83e) et Natalia Gómez Junco.

Remplaçantes : Vania Villalobos (G), Evelyn González, Sonia Vázquez, Blanca Solís, Paulina Solís, Perla Navarrete et Natalia Miramontes.

ENTRAINEUR : Roberto Medina

 

CARTONS JAUNES

SANTOS FEMININ (2) : Daniela Delgado (68e minute) et Brenda López (72e)

TIGRES FEMININ (2) : Fernanda Elizondo (50e minute) et Nayeli Rangel (57e)

 

CARTONS ROUGES

SANTOS FEMININ : Aucun

TIGRES FEMININ (1) : Nayeli Rangel (59e minute)

Des Tigres réduits à 10 s’inclinent à Guadalajara

GUADALAJARA (MEXIQUE), dimanche 28 juillet 2019.- Les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) se sont retrouvés à 10 joueurs dès la 23e minute de jeu et ont dû concéder leur première défaite de ce Tournoi d’Ouverture 2019, s’inclinant 2-0 face aux Chivas de Guadalajara sur le terrain de ces derniers.

L’attaquant français des Félins André-Pierre Gignac a manqué de peu de marquer un but et son record historique absolu de 105 réalisations sous les couleurs des Tigres devra encore attendre quelques jours.

PREMIERE MI-TEMPS

Les choses se compliquaient pour les Tigres dès l’entame du match : à la 9e minute de jeu, les Chivas ouvraient la marque par l’entremise d’Antonio Briseño. En outre, une douzaine de minutes plus tard, l’Universitaire Carlos Salcedo écopait d’un carton rouge direct et condamnait ses coéquipiers à disputer seuls les 70 minutes restantes. 

À compter de ce moment, les pupilles de Ricardo Tuca Ferretti tentaient de se repositionner, notamment après le remplacement d’Eduardo Vargas par Jorge Torres Nilo, chargé de renforcer la zone défensive vulnérable après l’expulsion de Salcedo.

Une fois remis en ordre de marche, les Félins commençaient même à menacer le but adverse, comme c’était le cas à la 28e minute, lorsqu’André-Pierre Gignac s’échappait malgré le marquage, pénétrait dans la surface de Guadalajara et décochait un tir que le gardien local repoussait mal. Le Français parvenait à récupérer, mais sa reprise heurtait le montant et il était en outre sifflé hors-jeu.

À la 32e minute, c’est le gardien Félin Nahuel Guzmán qui se distinguait en repoussant une frappe puissante. Plus tard, lors des arrêts de jeu de la première mi-temps, le dos au but, Gignac voyait son ballon passer à droite des buts locaux.

SECONDE PERIODE

Au retour des vestiaires, les Tigres se plaçaient mieux sur le terrain de jeu et bénéficiaient par moments de l’aide de Guzmán en tant que troisième arrière axial. Il stoppait en outre un tir adverse à la 48e minute de jeu.


Autour de la 50
e minute de jeu, Luis Rodríguez s’imposait physiquement pour pénétrer dans la surface adverse, où il perdait le ballon, lequel était du reste récupéré par son coéquipier Luis Quiñones, dont la frappe était stoppée par le gardien de but.

Ce sont les Tigres qui se montreraient dominateurs à partir de ce moment et, à la 58e minute, le gardien Jose Antonio Rodríguez parvenait à dévier en corner et d’une seule main une reprise de la tête de Gignac qui semblait prendre le chemin des filets.


Plus tard, à la 71
e minute, sur coup de pied arrêté, Gignac semblait une nouvelle fois sur le point de marquer ce fameux et si attendu 105e but. Mais le gardien local écartait là encore le danger.


Les Félins contrôlaient le jeu et se montraient rapides en récupération face à une équipe qui se limitait à défendre et à attendre patiemment une occasion de contre-attaque. 

Et elle parvenait à ses fins à la 95e minute, en bénéficiant d’un penalty qu’Alan Pulido expédiait au fond des filets de Guzmán, donnant la victoire finale aux siens.


COMPOSITION DES EQUIPES     

GUADALAJARA : 4 José A. Rodríguez ; 2 JoseCarlos Van Ranking, 3 Oswaldo Alanís, 9 Alan Pulido, 10 Javier López (31 Alan Cervantes à la 82e minute), 11 Isaac Brizuela, 14 Antonio Briseño, 16 Miguel Ponce, 20 Jesús Molina (Dieter Villalpando à la 74e), 24 Oribe Peralta (7 Alexis Vega à la 78e) et 25 Michael Pérez.

ENTRAÎNEUR : TOMÁS BOY

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 9 Eduardo Vargas (Jorge Torres Nilo à la 28e minute), 10 André-Pierre Gignac, 19 Guido Pizarro, 23 Luis Quiñones, 25 Jürgen Damm (13 Enner Valencia à la 66e), 27 Jair Díaz et 28 Luis Rodríguez.

ENTRAÎNEUR : RICARDO FERRETTI

BUTS INSCRITS

1-0 (9e minute) Antonio Briseño reprend de la tête sur un corner des Chivas.

2-0 (95e) Sur penalty, Alan Pulido inscrit le deuxième but de Guadalajara.


JOUEURS AVERTIS

GUADALAJARA : Jesús Molina (45e minute) et Michel Pérez (82e)

TIGRES : Eduardo Vargas (24e minute), Luis Quiñones (24e) et André-Pierre Gignac (64e)

 

JOUEURS EXPULSÉS

GUADALAJARA : Tomás Boy (Entraîneur, 64e minute)

TIGRES : Carlos Salcedo (23e)

 

ARBITRE : Oscar Macías Romo

Juge de touche n°1 : Christian Espinoza

Juge de touche n°2 : César Cerritos

Quatrième arbitre : Guillermo Pacheco

L’effectif est solide.- Dueñas

SAN NCOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), vendredi 26 juillet 2019.- Bien que les blessures aient affecté les joueurs des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) en ce début de Tournoi d’Ouverture 2019, le Félin Jesús Dueñas considère que l’effectif est solide et suffisamment polyvalent pour remédier aux absences.

« C’est dommage qu’il y ait des blessés parce que chaque joueur vit dans l’espoir d’avoir sa chance, et ça affecte l’équipe. Mais ça fait partie du jeu, on est une équipe aussi forte mentalement que physiquement et on sait que les joueurs en attente de bénéficier de leur chance feront parfaitement bien les choses », a indiqué le milieu de terrain Universitaire.

Dueñas, lui-même victime d’une blessure musculaire au mollet gauche, ne fera pas le déplacement à Guadalajara, où les Tigres affronteront les Chivas ce week-end, et est en attente des résultats de l’examen permettant de déterminer la nature précise de son problème.


« Tout à l’heure à 14:00 heures j’ai l’examen, espérons que ce ne soit pas grave », a expliqué le joueur au cours de sa rencontre avec les journalistes.

Optimiste quant à sa blessure…

« J’ai la chance de n’avoir été victime que de deux ou trois déchirures, une blessure à la cheville, la semaine dernière, une foulure. On m’avait annoncé 10 jours de repos, mais j’ai eu la chance de jouer contre l’América, alors souhaitons que ce soit une simple inflammation. »

À propos des autres blessés…

« Six joueurs fondamentaux, mais ça fait partie du football, c’est le niveau élevé de compétition qui provoque ça. Personne ne veut se blesser, c’est triste, mais ça fait partie du jeu. »


Même si tu ne participes pas au match, comment anticipes-tu le niveau des Chivas ?

« C’est une équipe dynamique, qui a soif de revanche après avoir manqué la qualification pour la phase finale le semestre dernier. On les a vus et ils vont tout donner. »


Possible qu’André-Pierre Gignac marque son 105e but sous les couleurs des Tigres…

« Souhaitons qu’il puisse mettre deux ou trois buts qui nous permettent de reporter la victoire. On joue chaque match à fond. »


Dans quel état d’esprit se trouve le Français par rapport à la possibilité d’établir ce nouveau record de meilleur marqueur ?

« Il est comme d’habitude, tranquille, concentré, non pas en ce qui concerne la possibilité de marquer ce fameux but, mais de mettre ses capacités au service de l’équipe. »


À propos des rumeurs d’un possible départ de l’équipe de Dueñas…

« Je suis attristé par ma blessure mais motivé par tout le temps que j’ai passé ici. Ce n’est pas facile de conserver sa place dans une équipe comme celle-là. Pendant 10 ans, je me suis battu, j’ai participé à l’obtention de titres, alors je suis concentré sur les Tigres. »


À propos d’une possible sélection en équipe nationale du Mexique…

« Tant que j’aurai la possibilité d’être titulaire dans cette équipe, j’aurai aussi une occasion de faire partie de l’équipe nationale. Mais il faut d’abord que je récupère. »

Les Tigres en demi-finale de la Leagues Cup

SALT LAKE CITY (ÉTATS-UNIS), Mercredi 24 juillet 2019.- Les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) se sont qualifiés pour la demi-finale de la Leagues Cup en dominant l’équipe du Real Salt Lake sur le score de 1-0.

.

C’est à la 57e minute que le seul but du match a été inscrit par Eduardo Vargas, bénéficiant pour ce faire de l’aide d’un arrière local qui détournait le ballon dans son propre but.


PREMIERE MI-TEMPS

Le match débutait difficilement pour les Tigres face à un rival déterminé à faire valoir sa condition de local en se lançant dans des attaques rapides sur les deux ailes.

De fait, dès la 4e minute de jeu, Nahuel Guzmán, le gardien Universitaire, était contraint d’intervenir pour éviter un premier but en repoussant le tir d’un attaquant américain.


Enner Valencia tentait de mettre en échec le portier adverse à la 8
e minute, sur un centre de Jorge Torres Nilo, mais l’Equatorien était dépossédé du ballon par la défense.


Cinq minutes plus tard, le même Valencia s’élevait sur une passe venue de la droite et signée Luis Rodríguez. Mais sa tête passait au-dessus de la barre transversale rivale.


Les Tigres semblaient réagir, mais, à la 17
e minute, l’équipe mexicaine devait procéder à son premier changement après que Jesús Dueñas quitte le terrain sur blessure et cède sa place à Rafael de Souza « Carioca ».

Ce remplacement modifiait quelque peu le positionnement des Félins, mais nullement leur intention de prendre l’avantage.

À la 24e minute, les supporters Incomparables présents a Salt Lake City voyaient Guzmán intercepter le ballon hors de sa surface de réparation mais commettre une faute pouvant éventuellement l’exposer à être expulsé. Cependant, l’arbitrage vidéo confirmait une position de hors-jeu de l’équipe locale.


Les Félins ne se montreraient plus dangereux en première mi-temps qu’à la 26
e minute lorsque, sur une action individuelle, Javier Aquino affolait la défense adverse pour pénétrer dans la surface et décochait un tir que le gardien stoppait sur sa ligne.

SECONDE PERIODE

Les joueurs locaux revenaient des vestiaires plus déterminés que jamais à faire plier Guzmán. Ils y parvenaient à la 50e minute, mais l’arbitre sifflait un hors-jeu de Kreilach et les choses en restaient là.


À partir de ce moment, les pupilles de Ricardo « Tuca » Ferretti tenteraient d’assurer la possession de balle et de faire circuler celle-ci sur tout le terrain.


Le Real Salt Lake n’était pas en reste et à la 55
e minute de jeu, expédiait un ballon sur le poteau gauche. Les Tigres se sauvaient de peu.

C’est deux minutes plus tard qu’intervenait le but de « Turboman » Vargas : le Chilien récupérait le ballon aux trois quarts du terrain et voyait son tir dévié par un défenseur, qui ne laissait aucune chance à son propre gardien.


Devant au tableau d’affichage, les Félins commençaient à toucher plus le ballon devant une équipe insistante mais assez peu efficace au moment d’envahir la surface de Guzmán.


À la 72
e minute de jeu, « Tuca » Ferretti procédait à son second changement du match et faisait sortir Jürgen Damm, qui cédait sa place sur le terrain à Luis Quiñones, chargé de donner plus de piquant à l’aile droite.

Deux minutes plus tard, c’est Valencia qui avait une chance. Il pénétrait dans la surface adverse en récupérant une passe, mais ne parvenait pas à conclure son action.

Intervenait alors le troisième changement de la soirée avec la sortie du même Valencia et l’entrée d’André-Pierre Gignac, qui bénéficierait de quelques occasions infructueuses au cours de ses 12 minutes de jeu.

À peu près sept minutes avant que n’expire le temps de jeu règlementaire, Le joueur de Salt Lake City était exclu, ce qui compliquait encore les espoirs de match nul de son équipe.

Les Tigres se mesureront maintenant à l’équipe elle aussi mexicaine de l’América de Mexico en demi-finale de la compétition le 20 août prochain à Houston, Texas.

Début du premier Tournoi International d’Académies Osvaldo Batocletti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Mercredi 24 juillet 2019.- Le premier Tournoi International d’Académies Osvaldo Batocletti a démarré ce mercredi 24 juillet avec la participation de 49 écoles et 2600 filles et garçons.


Les différentes équipes ont commencé à s’affronter dans 10 catégories différentes sur les terrains de la Direction Générale des Sports de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León), ainsi qu’au Polysport d’Escobedo et à Zuazua, tous deux situés dans la banlieue de Monterrey.

Le nom choisi pour ce tournoi réservé aux plus jeunes constitue un hommage à la légende Féline Osvaldo Batocletti et à sa vie de footballeur professionnel qui l’a amené à incarner le Tigres idéal, un capitaine et un homme au dévouement entier à l’équipe.


La compétition se déroulera jusqu’au dimanche 28, jour où auront lieu les finales de toutes les catégories. Il permettra à ses jeunes participants de démontrer qu’ils appliquent sur le terrain les valeurs Félines basées sur la saine rivalité, la collaboration et la passion du football.


Les académies participantes proviennent de 22 localités du Mexique (Veracruz, Xochimilco, Mexico, Mante, Mexico Nord, Tezontepec, San José del Cabo, Tampico, Monclova, Tultepec, Surval, Aguascalientes, Tigres T.T., Coahuila Cemex, San Jerónimo, Reynosa, Hermosillo, Piedras Negras, Durango, Salina Cruz, Mérida et Río Bravo); trois originaires des USA (Californie ; Garland, Texas et Houston, Texas); ainsi que 24 de Monterrey et sa zone métropolitain (Université, Tigres del Sur, Escobedo, García, Cedereg, San Nicolás, Santa María, Premier, San Rafael, Polideportivo, Girasoles, La Fe, Zuazua, Apodaca Centro, Linares, Azul y Oro, Inde, Cadereyta, San Bernabé, Poniente, Huasteca, Apodaca Nord, Clínica 6 et San Pedro).

Tuca aborde le Tournoi Binational avec sérénité

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), lundi 22 juillet 2019.- L’entraîneur des Tigres Ricardo « Tuca » Ferretti est serein au vu de la première mi-temps disputée par son équipe contre Morelia il y a quelques jours et a décidé de faire jouer l’ensemble de ses titulaires à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle Leagues Cup.

« Je me sens tranquille du fait de notre première mi-temps. La réaction résulte d’erreurs que nous avons commises. On jouait depuis 30 secondes, on a fait une erreur et ça, ça motive l’équipé adverse ; Morelia s’est amélioré et l’équipe est allée de l’avant, et c’est pour cela qu’on n’a pas eu le même comportement qu’en première mi-temps. Et la sortie de Luis Quiñones nous affecte parce qu’il jouait très bien », à indiqué Tuca.


Avec l’effectif au complet…

« Pour le match de mercredi on voyagera avec l’effectif au complet et avant le match j’espère avoir la liste des 11 titulaires, aussi simple que ça, j’emmènerai 20 joueurs et j’ai confiance et espoir qu’ils fassent ce dont ils sont capables et ce qu’ils font à l’entraînement, et avec ça qu’ils obtiennent un bon résultat. »

La victoire est bonne pour le moral…

« Bien, naturellement toutes les victoires te mettent dans un état d’esprit idéal pour la rencontre suivante et le fait qu’on ait le match mercredi et puis dimanche fait qu’on doive aborder les choses avec tranquillité. Le calendrier est comme ça, les Chivas et puis les Pumas. »

« Je considère que ce sont des situations programmées et que c’est à nous d’y faire face de la meilleure manière possible, ce n’est pas quelque chose qui m’inquiète. On espère toujours qu’il n’y aura pas de joueurs blessés, parce que la récupération est bonne et je ne crois pas qu’il y ait le moindre problème à ce qu’ils jouent samedi, mercredi puis dimanche. »


La Leagues Cup…

« Tous les matches de cette coupe seront disputés aux États Unis, on sait clairement pourquoi, et la seule différence c’est que nous, on débute notre tournoi national, tout comme c’est le cas pour eux quand la Concacaf débute, et maintenant les situations se retrouvent inversées.

« Eux ont déjà disputé de nombreux matches de leur propre tournoi national et nous, on est juste au début. En ce qui concerne le reste, c’est la même chose. Mais leur ligue à eux est de bonne qualité, elle prend de plus en plus d’importance, les équipes ont beaucoup progressé et ça va être un match difficile, mais on a l’espoir d’aller chercher un bon résultat et de continuer à figurer dans cette Coupe. »

L’expérience a de la valeur

« C’est une chose négative d’avoir des joueurs expérimentés ? Aussi bien les Rayados [l’autre équipe de Monterrey] que nous comptons des joueurs expérimentés et on a confiance en eux parce qu’ils nous ont beaucoup apporté, parce que ceux qui ont actuellement 30 ou 32 ans ont offert à cette équipe cinq titres de Champions et quelques autres moins prestigieux. »

Tous les tournois sont abordés avec sérieux…

« Tous les tournois auxquels on participe, on les prend au sérieux et on cherche à les remporter. Maintenant il y a des tournois internationaux, on avait la Coupe Libertadores, aujourd’hui on n’y participe plus. Quand le Mexique a eu l’occasion de participer à la Libertadores et à la Coupe América [opposant entre eux les clubs et équipes nationales d’Amérique du Sud], son niveau a beaucoup évolué. »

Surpris que les Tigres aient marqué quatre fois samedi ?

« Je ne comprends pas très bien ce qui te surprend, un ami à moi et à vous m’a envoyé des statistiques des six derniers tournois semestriels en ce qui concerne les données offensives. Au cours de ces six Tournois nous sommes la plus défensive de toutes ces équipes. »

« Alors pourquoi on ne mettrait pas quatre buts ? Celui de ‘Chaka’ est superbe, celui d’Aquino c’est une action individuelle. Mais je retiendrais les deux autres, sur des actions plus collectives… Maintenant, prendre deux buts, personne n’aime ça, mais l’équipe d’en face était aussi capable. Quoi qu’il en soit, on espère systématiquement mettre le plus de but possible et en prendre le moins possible, c’est tout ce que demande un entraîneur. Mais parfois il fait se contenter d’un 1-0 et ça ne vous plait pas à vous les journalistes. »

Les Félins débutent en fanfare en s’imposant 4-2 

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Samedi 20 juillet 2019.- Les Tigres de l’UANL ont disputé une première mi-temps quasiment parfaite et ont dominé les Monarques de Morelia sur le score final de 4-2 ce samedi soir en match inaugural du Tournoi d’Ouverture 2019 de la Liga MX.

Nahuel Guzmán, gardien de but des Félins, a atteint les 100 matches consécutifs disputés avec les Tigres en phase régulière et en phase finale de la Liga MX à l’occasion de cette reprise du championnat national mexicain. Mais le nombre total de buts marqué par l’attaquant Universitaire André-Pierre Gignac s’est lui maintenu à 104. Il pourrait finalement attendre le record historique à l’occasion de la prochaine rencontre des Universitaires, qui les mènera sur le terrain de l’équipe américaine de Salt Lake City.

Ce sont Javier Aquino, auteur de deux buts, ainsi que Rafael de Souza et Luis Rodríguez qui ont marqué à l’occasion d’un match où Luis Quiñones aura produit une excellente performance avant d’être évacué du terrain de jeu pour blessure.

PREMIERE MI-TEMPS

La partie débutait assez mollement mais les Tigres prenaient peu à peu le contrôle du jeu et accéléraient leur déploiement offensif, notamment sur l’aile droite, où Luis Quiñones commençait à faire souffrir ses vis-à-vis.

Malgré cette tendance, la première alerte sérieuse des Tigres en attaque n’intervenait qu’à la 14e minute, sur un tir de Rafael de Souza qui passait à gauche des cages adverses. 

Deux minutes plus tard, l’avant André-Pierre Gignac avait au bout du pied le but qui aurait fait de lui le plus grand marqueur de l’histoire des Tigres en dépassant Tomas Boy. Mais, malgré le but resté grand ouvert, le ballon du Français passait au-dessus de la barre transversale, et les choses en restaient là.

Cependant, les Tigres commençaient à accentuer leur pression à l’avant et, alors que l’on jouait la 19e minute, Luis Rodríguez réussissait une action impressionnante au cours de laquelle il se défaisait de deux défenseurs et battait le gardien adverse d’un tir dans la lucarne gauche. Les Félins menaient 1-0 grâce à ce superbe but.

Plus tard, à la 28e minute de jeu, Luis Quiñones commencerait à voir se refléter sur le tableau d’affichage sa domination sur l’aile droite, lorsqu’il pénétrait dans la surface de réparation pour céder à Rafael de Souza, qui positionnait précisément le ballon à ras du poteau gauche pour permettre aux Universitaires de mener 2-0

 
Les « Incomparables » réunis au Stade Universitaire ne cachaient pas leur joie, d’autant plus que les Félins maintenaient le contrôle du ballon. D’ailleurs, à la 34e minute de jeu, les Félins inscrivaient le troisième but lorsque Quiñones s’échappait une nouvelle fois sur la droite et centrait au premier poteau où Aquino reprenait de la tête pour marquer.


La folie était totale au Stade Universitaire et, dans les arrêts de jeu, l’arbitre révisait une action de penalty apparent en faveur des Tigres, mais décidait finalement de ne pas accorder le tir au but à l’équipe locale.


SECONDE MI-TEMPS

Les Monarques revenaient des vestiaires décidés à ne rien céder de plus et à remonter leur retard. Et c’est ce qui se produisait dès la 46e minute, lorsque Luis Mendoza, qui venait de faire son entrée, réduisait la marque.


Trois minutes plus tard, Lucas Zelarayán tentait une action individuelle mais était stoppé aux abords de la surface par une faute adverse. À la 50e minute c’est une reprise de Morelia qui passait à gauche du montant de Nahuel Guzmán.


Sept minutes plus tard, Rodriguez cédait pour Gignac, dont le tir terminait dans les gants du gardien adverse. Et quatre minutes après, c’est Guzmán qui se montrait héroïque en résistant à l’attaque de Miguel Sansores et en le dominant à l’issue de leur face-à-face.


Gignac se montrait de nouveau dangereux à la 67e minute, sur une reprise de la tête dans la surface adverse, mais le gardien visiteur avait le dernier mot.


Les Félins continuaient à insister et, plus tard, Enner Valencia arrivait dans l’axe. Mais, au moment de tirer, un hors-jeu était décrété à son encontre et l’option en restait là.


Gignac bénéficiait d’une nouvelle option à la 75e minute : il entrait dans la surface adverse démarqué, mais était sifflé hors-jeu.

Morelia ne baissait pas les bras et parvenait à inscrire son second but à la 88e minute, en récupérant le ballon au milieu du terrain. Mendoza progressait alors vers le but et centrait dans la surface, où Gastón Lezcano marquait de la tête. Les monarques n’étaient plus menés que 3-2.


Mais les Universitaires n’avaient pas dit leur dernier mot et, alors que leurs rivaux du jour avaient en tête l’égalisation, Aquino surgissait à la 94e minute et mettait fin au suspense, donnant la victoire finale 4-2 aux siens.

COMPOSITION DES EQUIPES

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 8 Lucas Zelarayán (6 Jorge Torres Nilo à la 91e minute), 10 André-Pierre Gignac, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 23 Luis Quiñones (13 Enner Valencia à la 36e), 27 Jair Díaz (29 Jesús Dueñas à la 67e) et 28 Luis Rodríguez.

ENTRAINEUR : Ricardo « Tuca » Ferretti      

MORELIA : 13 Carlos Sosa ; 2 Efraín Velarde, 6 Sebastián Vegas, 8 Mario Osuna, 10 Edison Flores (15 Cándido Ramírez à la 72e minute), 20 Rodrigo Millar (9 Fernando Aristeguieta à la 46e), 23 José Martínez, 24 Gabriel Achiller, 26 Aldo Rocha, 27 Miguel Sansores (21 Luis Mendoza à la 46e) et 31 Gastón Lezcano.

ENTRAINEUR : Javier Torrente

BUTS INSCRITS

1-0  (19e minute) Luis Rodríguez se ménage l’espace nécessaire sur l’aile droite et expédie du pied gauche le ballon dans la lucarne.

2-0 (28e) Luis Quiñones se présente sur l’aile droite et cède à l’intention de Rafael de Souza, qui inscrit le deuxième but local.

3-0 (34e) Luis Quinones expédie un nouveau centre venu de la droite, cette fois à l’intention de Javier Aquino, qui reprend de la tête et marque.

3-1 (46e) Luis Mendoza reprend un centre de son équipe et trompe Nahuel Guzmán.

3-2 (88e) Gastón Lezcano reprend de la tête face à un Guzmán déjà vaincu et permet aux Monarques de se rapprocher.

4-2 (94e) Javier Aquino se ménage l’espace nécessaire et parachève la victoire Féline d’une frappe du pied droit.

JOUEURS AVERTIS

TIGRES : Luis Rodríguez (66e minute)

MORELIA : Aucun

JOUEURS EXPULSES

Aucun

ARBITRE : Roberto García Orozco

Juge de touche n°1 : José Alfredo López

Juge de touche n°2 : José de Jesús Baños

Quatrième arbitre : Juan Andrés Esquivel

 

Un Nahuel Guzmán historique

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Vendredi 19 juillet 2019.- Le dernier Tournoi de Clôture 2019 s’est avéré spectaculaire pour le gardien de but des Tigres Nahuel Guzmán, dont le rôle a été fondamental en saison régulière et qui s’est montré très efficace en play-offs. Mais les choses ne se sont pas arrêtées là et Guzmán devrait atteindre à l’occasion du premier match du Tournoi d’Ouverture 2019 la marque de 100 matches consécutifs disputés dans leur intégralité en tant que titulaire.

 Guzmán occupe d’ores et déjà une place privilégiée au sein de l’histoire Féline dans l’ère des tournois semestriels, puisqu’il est l’Universitaire qui a disputé le plus de matches complets de l’équipe, devant son coéquipier défenseur Hugo Ayala (90 rencontres).

Au niveau de la Liga MX dans son ensemble, le gardien argentin n’est devancé que par son collègue portier Agustín Marchesín, qui totalise 114 rencontres de phases régulière et finale.

Guzmán a aussi dépassé les 200 matches totaux disputés en phase régulière et en play-offs sous le maillot jaune et bleu. Sa marque actuelle est de 202, ce qui fait de lui un authentique homme de fer.

Les 99 matches de Nahuel

TOURNOI MATCHES DISPUTES

Clôture 2017 9 (*)

Play-offs Clôture 2017: 6

Ouverture 2017: 17

Play-offs Ouverture 2017: 6

Clôture 2018: 17

Play-offs Clôture 2018: 2

Ouverture 2018: 17

Play-offs Ouverture 2018: 2

Clôture 2019: 17

Play-offs Clôture 2019: 6

TOTAL: 99

(*) Début de la série à compter de la 9e journée. 

 

QUELQUES CHIFFRES DE NAHUEL GUZMAN

– Nahuel Guzmán est le joueur des Tigres qui a joué dans leur intégralité le plus de matches consécutifs de saison régulière et de play-offs dans toute l’ère des Tournois Courts (soit 99 rencontres avant le début du Tournoi d’Ouverture 2019)

 

– Guzmán a dépassé le record précédemment détenu par Hugo Ayala, qui, entre la Journée n°1 du Tournoi d’Ouverture 2010 et la Journée n°10 du Tournoi d’Ouverture 2012 a accumulé 90 matches disputés dans leur intégralité et de manière consécutive.

 

– La série de Nahuel n’est devancée dans toute l’histoire de la Liga MX que par Agustín Marchesín, du club América de Mexico, qui a accumulé 114 matches consécutifs de saison régulière et de play-offs jouées dans leur intégralité.

 

– Le « Top 3 » des séries d’endurance en termes de matches consécutifs de saison régulière et de play-offs est composé d’Agustín Marchesín, de l’América (114), Nahuel Guzmán, des Tigres (99) et d’Alfredo Saldívar, des Pumas de Mexico (83); ces trois joueurs sont gardiens de but 3.

Les Tigresses démarrent du bon pied

SAN NICOLAS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 15 juillet 2019.- La formation féminine des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) a débuté de la meilleure des manières la défense de son titre en dominant sur le score de 2-1 les Chivas de Guadalajara pour le compte du début du Tournoi d’Ouverture 2019 de la Liga MX.

Katty Martinez et Belén Cruz, cette dernière à l’origine d’un superbe but, auront laissé leur empreinte sur un match qui aurait pu se compliquer dans ses dernières minutes mais a finalement permis aux Universitaires de marquer leurs trois premiers points.

 

PREMIÈRE PÉRIODE 

Le match débutait de manière équilibrée, avec des Félines déterminées à assurer le contrôle de la balle et des Chivas comptant sur la contre-attaque rapide pour parvenir le plus vite possible dans la surface de réparation Universitaire.

Mais c’étaient bien les Tigresses qui imposaient peu à peu leurs conditions : dès la 4e minute, Lizbeth Ovalle se montrait la première dangereuse, sur un coup de pied arrêté a mi-distance que la gardienne rivale parvenait à contrôler dans sa surface.

Un peu plus tard, à la 7e minute de jeu, Cruz s’échappait et décochait un tir qui prenait le chemin des cages adverses, mais était contré par la défense.

Les rivales répliquaient à la 14e minute de jeu, sur un tir de María Sánchez qui passait au-dessus du but gardé par Ofelia Solís. Quelques secondes plus tard, une action analogue témoignait du réveil de Guadalajara.

Mais c’est précisément à ce moment de la partie que María Fernanda Elizondo récupérait un long ballon et s’échappait sans marquage mais en compagnie de Katty Martínez, qui recevait le ballon et n’avait plus qu’à pousser au fond du but laissé ouvert pour donner l’avantage 1-0 et faire jubiler les près de 15.000 Incomparables qui s’étaient donné rendez-vous au Stade Universitaire.

Elizondo surgissait de nouveau à la 32e minute de jeu pour dribbler une rivale dans la surface et frapper. Mais la défense contrait. Les Universitaires dominaient et leur second but ne tarderait plus.

Cruz recevait sur l’aile droite, dominait spectaculairement une rivale et se défaisait de son marquage pour lober la gardienne adverse après que son ballon rebondisse sur la transversale. Grâce à ce but superbe, les Universitaires menaient 2-0.

À six minutes du repos, ce sont les Chivas qui se montraient à leur tour dangereuses. Mais Solís réagissait opportunément en détournant en corner.

SECONDE MI-TEMPS 

La dynamique demeurait inchangée en début de seconde période, même si Guadalajara semblait plus déterminé à envahir la surface de réparation locale.

C’est cependant l’équipe Universitaire qui se montrait la plus menaçante, notamment sur une reprise à mi-hauteur pleine de finesse d’Elizondo dans la surface adverse qu’une arrière dégageait de justesse de la tête.

Deux minutes plus tard, Jaqueline Ovalle s’échappait sur l’aile gauche et centrait en retrait à destination de Martínez. Mais la distance qui séparait celle-ci du ballon l’empêchait de tenter quoi que ce soit d’autre et l’occasion était perdue.

Les Universitaires bénéficiaient d’une nouvelle occasion d’accroître leur avance à la 67e minute, quand Martínez s’échappait sur un contre, cédait sur sa gauche a Ovalle, qui pénétrait dans la surface rivale, obligeait la gardienne adverse à sortir et décochait un tir que la défense détournait en corner.

Alors que le temps réglementaire expirait, Guadalajara réduisait finalement à réduire la marque, sur une reprise de la tête de Miriam Castillo dans la surface de Solís. Ce 2-1 rendait un certain espoir aux Chivas en ce début de temps d’arrêt de jeu.

L’Universitaire Evelyn González, qui venait de faire son entrée, avait elle aussi la possibilité de redonner de l’avance aux siennes alors que le but adverse était pratiquement déserté. Mais son tir frappait la gardienne au corps et les choses en restaient là.


Et lors de la toute dernière action du match, les Tigresses se sauvaient de peu de l’égalisation : la joueuse de Guadalajara se retrouvait seule face à la gardienne locale, mais voyait finalement sa frappe passer à gauche des buts de Solís.

COMPOSITION DES ÉQUIPES 

TIGRES : 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 5 María Fernanda Elizondo (8 Carolina Jaramillo à la 70e minute), 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado, 10 Katty Martínez (9 Evelyn González à la 89e), 13 Karen Luna, 14 Lizbeth Ovalle, 15 Cristina Ferral, 18 Belén Cruz (11 Nayeli Rangel à la 83e) et 22 Selene Cortés.

ENTRAINEUR : Roberto Medina

CHIVAS : 12 Blanca María Félix ; 2 Diana Rodríguez, 4 Janelly Farías, 5 Melissa Sosa, 6 Miriam castillo, 8 Dania Pérez, 10 Tania Morales (30 Samara Alcalá à la 69e minute), 14 María Sánchez (35 Damaris Godínez à la 77e), 15 Kristal Soto, 17 Joseline Montoya et 22 Brenda Viramontes (29 Gabriela Huerta à la 62e). 

ENTRAINEUR : Ramon Villa Zeballos             

BUTS INSCRITS 

1-0 (22e minute) Passe en profondeur à l’intention de María Fernanda Elizondo, qui cède à son tour à Katty Martínez, qui n’a plus qu’à conclure face au but resté ouvert

2-0 (34e) Belén Cruz reçoit le ballon du côté droit et se défait d’une rivale pour tirer à mi-distance et marquer.

2-1 (90e) Miriam Castillo reprend de la tête dans la surface de réparation et vainc la gardienne locale.

JOUEUSES AVERTIES

Aucune

JOUEUSES EXPULSÉES 

Aucune

ARBITRE : Oscar Eduardo Peña

JUGE DE TOUCHE N°1 : Jonathan Morales

JUGE DE TOUCHE N°2: Edgar De Lira

QUATRIÈME ARBITRE : Héctor Abraham Pineda 

Les Tigres manquent le quatrième titre de Champion des Champions

CARSON (Etats-Unis), Dimanche 14 juillet 2019.- La série de victoires enregistrée par les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) dans le cadre des matches pour le titre de Champion des Champions est parvenue à son terme ce dimanche soir après que les Universitaires aient chuté à l’issue d’une longe série de penalty face à l’América de Mexico, auquel ils avaient tenu tête en temps réglementaire (0-0).

Incapables de se départager après 95 minutes de matches, les adversaires du jour ont eu recours aux tirs au but. Malheureusement, Rafael de Souza, Hugo Ayala, Guido Pizarro et Javier Aquino manquaient leur chance, tandis que le gardien Félin Nahuel Guzman bloquait les tentatives de Paul Aguilar et Francisco Córdova et que le tir de Bruno Valdez passait lui au-dessus de la cage Universitaire.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Le début de la rencontre donnait lieu à une domination de l’équipe de Mexico, qui se montrait très rapidement dangereuse et forçait Guzmán à faire la démonstration de ses qualités après cinq minutes de jeu. Peu à peu, cependant, les Tigres gagnaient du terrain.


À la 12e minute, Aquino s’échappait d’ailleurs sur l’aile gauche, se défaisait d’un arrière adverse et centrait à l’intention de Lucas Zelarayán, mais la défense s’interposait.


Quatre minutes plus tard, l’Américaniste Renato Ibarra tentait sa chance sur une frappe depuis l’extérieur de la surface de réparation des Tigres, mais le ballon sortait du terrain sous le regard vigilant de Guzmán


C’est alors Zelarayán, un autre Tigre d’origine argentine, qui pénétrait dans la surface adverse mais se voyait dépossédé du ballon par un défenseur adverse, le privant d’une occasion qui aurait pu faire mouche.

Alors que l’on jouait la 35e minute, Mateus Uribe, reprenait de la tête et voyait son ballon passer de justesse au-dessus de la barre transversale des Tigres, manquant de peu la plus belle occasion du match.

Finalement, peu avant le repos, à la 43e minute Rafael de Souza Carioca expédiait un long ballon à destination de Zelarayán, qui freinait de la poitrine et essayait de contrôler, mais dont le tir filait au-dessus de la transversale.


SECONDE PÉRIODE 

Les Félins revenaient des vestiaires armés de plus d’intentions offensives et, dès la 47e minute, Luis Quinones pénétrait dans la surface de réparation adverse, mais la défense déviait en corner. Sur l’action suivante, le tir Universitaire s’écrasait sur le poteau droit du but d’Agustín Marchesín, gardien de l’América, qui se sauvait in extremis d’encaisser le premier but de la rencontre.


Alors que l’on jouait la 50e minute, Uribe reprenait sans résultat un ballon repoussé par Hugo Ayala et, trois minutes plus tard, André-Pierre Gignac, qui commençait à faire parler de lui, exécutait une reprise croisée de la tête qui passait de très peu à droite des cages des Aigles de Mexico.

Guzmán n’était pas en reste et repoussait de manière spectaculaire le ballon sur une reprise de la tête dans la surface Universitaire d’Henry Marti à la 57e minute.


C’est à ce moment du match que Ricardo « Tuca » Ferretti, entraîneur des Félins, décidait de procéder à son premier changement en remplaçant Zelarayán par le Chilien Eduardo Vargas afin de renforcer la solidité de l’attaque Universitaire.


Pour sa part, Nicolás Castillo offrait à Guzmán une occasion de montrer l’étendue de ses talents en écartant d’une seule main un tir de l’Américaniste à la 74e minute, peu après l’entrée en jeu de celui-ci.

Gignac tentait une nouvelle fois sa chance à la 81e minute de jeu, afin d’éviter aux siens l’épreuve des tirs au but, mais la défense rivale détournait son ballon en corner.

Dans les toutes dernières minutes de jeu, Guzmán faisait de nouveau une apparition remarquée en déviant en deux temps un ballon qui prenait le chemin de son but.

Après une première série de tirs au but qui ne permettait pas de départager les formations, c’est à la mort subite et grâce à un tir de son propre gardien de but Marchesín que l’América privait les Tigres d’un quatrième titre consécutif de Champion des Champions.

 

COMPOSITON DES EQUIPES

AMÉRICA : Agustín Marchesín ; Jorge Sánchez, Mateus Urine, Andrés Ibargüen (Roger Martínez à la 69e minute), Sebastián Córdova, Bruno Valdez, Emanuel Aguilera, Henry Martín (Nicolás Castillo à la 63e), Paul Aguilar, Fernando González et Renato Ibarra.

ENTRAINEUR : Miguel Herrera

TIGRES : Nahuel Guzmán ; Jesús Dueñas, Hugo Ayala, Jorge Torres Nilo, Luis Rodríguez, Rafael de Souza, Guido Pizarro, Javier Aquino, Lucas Zelarayán (Eduardo Vargas à la 58e minute), Luis Quiñones (Jürgen Damm à la 76e)  et André-Pierre Gignac.

ENTRAINEUR : Ricardo « Tuca » Ferretti

Les présaisons à la plage portent chance aux Tigres

RIVIERA MAYA (MEXIQUE), Mercredi 26 juin 2019.- La préparation des saisons de Liga MX sur la côte mexicaine de la Mer des Caraïbes n’est pas seulement une tradition, elle a une raison d’être et a traditionnellement porté chance aux Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) depuis qu’elle a été instituée par l’équipe Féline.

C’est Ricardo « Tuca » Ferretti qui, de retour au poste d’entraîneur des Universitaires il y a neuf ans, a décrété que ses pupilles prépareraient leur saison d’automne-hiver en se rendant à Cancún et sur la Riviera Maya, au sud-est du Mexique.

Cela fait donc neuf ans que les pupilles de « Tuca » se remettent chaque été à travailler sur les plages du sud du Mexique et ils sont parvenus à sept reprises à la phase finale du championnat d’automne-hiver. À cinq de ces sept reprises, ils ont accédé à la demi-finale et ont été couronnés champions du Mexique quatre de ces cinq fois.

En outre, les six dernières présaisons d’été des Tigres les ont vus se qualifier systématiquement en play-offs et accéder quatre fois à la finale tandis qu’ils étaient éliminés en quart de finale les deux autres années.

Les Tigres sont les champions sortants du Mexique, leur premier titre remporté à l’occasion d’un Tournoi de Clôture en près de 40 ans. En effet, les Félins ont pris pour habitude de se couronner surtout au mois de décembre, à l’occasion des Tournois d’Ouverture, c’est à dire quelques mois à peine après la présaison menée, comme cette année, près de Cancún.

Il y a juste un an, les Tigres s’étaient aussi rendus dans le sud-est du Mexique, mais les mauvaises conditions atmosphériques les avaient contraints à suspendre leur séjour et à poursuivre et à terminer leur préparation à Monterrey. Lors du tournoi semestriel postérieur, les Tigres avaient terminé sixièmes du classement général et accédé à la phase finale, mais avaient finalement été éliminés au stade des quarts de finale.

Cette fois, à l’occasion de son dixième séjour consécutif sur les plages de la Mer des Caraïbes, l’équipe Féline s’apprête à confirmer son statut de championne du pays en remportant un nouveau tournoi semestriel. Auparavant, elle affrontera le 14 juillet l’América de Mexico pour le titre de Champion des Champions.

En cas de victoire, les joueurs de Ferretti défendraient ce titre dans le cadre de la Campeones Cup, cette fois face à la formation américaine Atlanta United.

Aboutissement des présaisons d’été

Année                 Classement Général             Résultat final

2010                       9e                                         Eliminés

2011                      3e                                        Champions

2012                       12e                                       Eliminés

2013                       8e                                        Quarts de finale

2014                       2e                                        Finalistes

2015                       5e                                        Champions

2016                      3e                                         Champions

2017                      2e                                          Champions

2018                      6e                                         Quarts de finale

2019                      ?                                          ?

Une présaison sous le signe de l’effort

RIVIERA MAYA (MEXIQUE), mardi 25 juin 2019.- Sueur, efforts, préparation physique et toucher de balle : tels sont les plats du jour pour l’équipe des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) sur les côtes mexicaines de la mer des Caraïbes à quelques semaines du début du Tournoi d’Ouverture 2019.

L’équipe s’est réunie dimanche après-midi à l’aéroport Mariano Escobedo de Monterrey afin de voler directement à Cancún, d’où elle s’est rendue par voie terrestre à l’hôtel Barceló de la Riviera Maya. C’est là que le travail mené sur le sable, le terrain de football et sur un parcours de golf a commencé lundi matin.

Les joueurs ont suivi jusqu’à maintenant des séances d’entraînement doubles, avec une préparation physique sous les ordres de Guillermo Orta le matin et un labeur plus axé sur le jeu en soi l’après-midi, sous la direction de Ricardo « Tuca » Ferretti.

Les 26 Universitaires qui ont fait partie du voyage, parmi lesquels six éléments de moins de 20 ans, ont donc généreusement mouillé le maillot au cours de ces premiers jours de préparation.

C’est d’ailleurs la dixième année consécutive que la formation de Monterrey se rend sur les plages du sud-est du Mexique quelques semaines avant le début de sa saison régulière afin de changer un peu d’air et de faciliter l’intégration des nouveaux arrivants, comme c’est le cas cette année du joueur uruguayen Leonardo Fernández.

Le lieu choisi pour les entraînements physique évoluera en fonction de l’agenda de l’équipe, mais les après-midi d’ici au 3 juillet seront consacrées au travail sur le terrain, sous la direction de Tuca, accompagné pour ce faire d’Hugo Hernández et de Miguel Mejía Barón.

Les Félins rentreront à Monterrey le 4 juillet et s’entraîneront au sein des installations de La Cueva, dans la banlieue de Monterrey le vendredi 5 juillet, avant d’affronter l’équipe de Veracruz le samedi 6, à une heure et dans un lieu qui restent à déterminer.

Un peu plus tard, le 14 juillet, les Universitaires se mesureront à l’América de Mexico à Los Angeles afin de déterminer qui remportera le titre de Champion des Champions, à quelques jours à peine du début du championnat semestriel de Liga MX contre Morelia. Finalement, les Tigres rencontreront l’équipe de Salt Lake City dans le cadre du Tournoi Binational Etats-Unis-Mexique.

Les Félines annoncent leurs matchs amicaux de préparation

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Jeudi 6 juin 2019.- L’équipe féminine des Tigres de l’Université Autonome du Nuevo León (UANL) a repris le chemin des entraînements après avoir obtenu son deuxième titre de championne du Mexique lors du premier semestre de l’année et perfectionnera sa forme physique et tactique en vue du début du Tournoi d’Ouverture 2019 de la Liga MX Femenil à l’occasion de trois matches amicaux.

La première de ces rencontres de préparation aura lieu le 25 juin à 18h sur la pelouse du nouveau stade de l’Institut Technologique de Monterrey, où les Félines affronteront la formation des Sun Devils de l’Université de l’État d’Arizona.

Quatre jours plus tard, le 29 juin, les Universitaires se rendront à Torreón, dans l’état voisin de Coahuila, où elles se mesureront à l’équipe féminine de Santos Laguna sur le terrain du TSM à 16h. En ce qui concerne la dernière de ces rencontres de préparation, elle aura lieu les 5 ou 6 juillet, face à un adversaire et sur une pelouse qui restent à déterminer.

La formation féminine de l’Université Autonome du Nuevo León se trouve en outre en phase de composition de l’équipe titulaire appelée à représenter les couleurs or et bleu lors du prochain semestre. À noter, à cet égard, l’arrivée de la joueuse Perla Navarrete en provenance de León (centre du Mexique).

COMMUNIQUÉ À L’INTENTION DE NOTRE PUBLIC

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Vendredi 31 mai 2019.- Nous sommes très heureux d’annoncer que Roberto Medina Arellano est parvenu à un accord avec l’équipe féminine des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) et entrera en fonction en tant qu’entraîneur de notre formation à partir du Tournoi d’Ouverture 2019

Medina Arellano prendra ainsi les rênes de la formation la plus titrée de la Liga MX Féminine après avoir dirigé la principale équipe du Mexique de football féminin, ainsi que la sélection nationale féminine mexicaine des moins de 20 ans. L’expérience qu’il a acquise à ses postes au niveau international sera sans aucun doute d’importance cruciale afin de continuer à atteindre les objectifs que s’est fixés l’équipe Universitaire.

Avant d’être entraîneur, Medina a lui aussi été footballeur professionnel au Mexique entre 1988 et 2002, date de sa retraite en tant que joueur. Au cours de ces années, il a fait partie d’équipes telles que les Pumas de Mexico, Pachuca, les Tecos de Guadalajara, Monterrey, León, Puebla, Atlante et Veracruz

Après avoir obtenu le second titre de championne de leur courte histoire il y a quelques semaines à l’issue du Tournoi de Clôture 2019, les Félines reprendront les entraînements le 5 juin prochain. C’est à ce moment que débutera le travail de Medina à la tête de la formation Universitaire.

Nous souhaitons la bienvenue et beaucoup de succès à Roberto.

Une septième étoile pour les Tigres

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Mercredi 29 mai 2019.- Les Tigres sont une fois de plus parvenus au firmament du football mexicain en remportant leur septième titre de Liga MX, devenant ainsi la cinquième équipe la plus titrée de toute l’histoire du football professionnel mexicain.

Grâce à ce titre obtenu dans le cadre du Tournoi de Clôture 2019, les Universitaires ont de même mis fin à une période de 37 ans sans titre obtenu en été, soit depuis l’édition 1981-82, au cours de laquelle les Félins avaient remporté leur deuxième titre de champions nationaux.

Mais les Universitaires ont maintenant à leur actif sept titres depuis le Tournoi d’Ouverture 2011, quatre d’entre eux remportés depuis l’arrivée au club d’André-Pierre Gignac, accompagné de Javier Aquino et de Jürgen Damm.

En outre, l’attaquant français a d’ores et déjà égalé le record de 104 buts inscrits par Tomás Boy, joueur qu’il a rejoint en tant que meilleur buteur historique de l’équipe, en attendant éventuellement de dépasser celui-ci à l’occasion du prochain tournoi semestriel.

Pour sa part, l’entraîneur des Tigres, Ricardo « Tuca » Ferretti, a lui aussi égalé le record d’une légende, à savoir Ignacio Trelles, jusqu’à présent seul détenteur de sept titres de Champion en Liga MX, une référence qu’a lui aussi atteinte l’entraîneur d’origine brésilienne en triomphant cinq fois avec les Universitaires de l’Université Autonome du Nuevo León (UANL), une fois avec les Chivas de Guadalajara et une fois avec les Pumas de Mexico.

Et, indépendamment des records établis, l’équipe Universitaire demeure concentrée sur son principal objectif, celui de continuer à gagner des titres de championne du Mexique et à multiplier les victoires du club de San Nicolás de los Garza.

Une nouvelle légende donne provisoirement l’avantage aux Félins

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Jeudi 23 mai 2019.- Les Tigres ont frappé les premiers et le coup pourrait bien s’avérer fatal. En attendant de le savoir, dimanche soir sur la pelouse de l’équipe de León, les Félins et André-Pierre Gignac ont emporté la première manche de la finale du Tournoi de Clôture 2019 de la Liga MX et voyageront au centre du Mexique armés de cet avantage partiel.

Sous les yeux de Carlos Miloc, Osvaldo Batocletti et don Roberto Hernández Junior, qui encourageaient sans aucun doute la nation Féline depuis le paradis des footballeurs, le joueur français a inscrit le seul but de la rencontre à la 21e minute, rejoignant ainsi dans l’histoire le légendaire Tomás Boy, lui aussi auteur de 104 buts marqués sous les couleurs or et bleu.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Universitaires débutaient le match décidés à conserver le ballon et à profiter de ce premier match à domicile. Contrôlant le jeu et les offensives de ces premières minutes, ils commençaient à pénétrer dans la surface de réparation de leurs adversaires qui semblaient, eux, compter davantage sur un éventuel contre-attaque pour prendre l’avantage.

Eduardo Vargas était le premier à tenter sa chance contre le but adverse, sur un tir à la 8e minute de jeu qui passait à droite des cages gardées par Rodolfo Cota.

Une dizaine de minutes plus tard, Luis Quiñones entrait dans la surface de León du côté droit et centrait. Personne ne parvenait à reprendre la balle sur cette action, mais les Tigres ne cachaient pas leur détermination à ouvrir la marque le plus rapidement possible.

Et c’est exactement ce qu’ils faisaient à la 21e minute, lorsque le même joueur colombien centrait de nouveau, cette fois-ci à l’intention d’André-Pierre Gignac, dont la reprise victorieuse faisait exploser de joie le Stade Universitaire et permettait en outre au Français de rejoindre Tomás Boy en tant que meilleur marqueur historique des Tigres, avec 104 réalisations à son actif.

L’illusion d’un septième titre de champion du Mexique semblait se rapprocher un peu plus, pour la plus grande joie des 41.618 spectateurs qui s’étaient donné rendez-vous revêtus de jaune dans les travées du Stade de l’UANL.

Mais cette finale n’aurait pas été tout à fait complète sans l’intervention de Nahuel Guzmán, qui a la 26e minute devançait un rival pour le priver du ballon et d’un tir sans doute synonyme d’égalisation. Il réussissait un sauvetage comparable six minutes plus tard, en bloquant un tir de León et en maintenant son but inviolé.

Et même la chance paraissait sourire aux Universitaires lorsque, à la 42e minute de jeu, sur une tentative d’action défensive dans sa surface de réparation, Fernando Navarro expédiait un ballon sur son propre poteau gauche et était sur le point de provoquer le deuxième bus des Tigres.

                                

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, les Félins prenaient une fois encore la direction des débats en faisant pression sur leurs adversaires et en se lançant à l’assaut des cages de Cota.

À la 50e minute de jeu, Quiñones centrait une nouvelle fois depuis le côté droit, encore à destination de Gignac, dont la tête passait cette fois largement au-dessus de la barre transversale adverse.

Un peu plus tard, Guzmán contenait une tentative rivale orchestrée sur contre et Eduardo Vargas répondait sur une frappe armée depuis l’extérieur de la surface de réparation de Léon que la défense adverse parvenait à bloquer.

C’est le moment du match que l’entraîneur Universitaire Ricardo « Tuca » Ferretti choisissait pour procéder à son premier changement de la soirée : le chilien Vargas sortait et était remplacé sur le terrain par Enner Valencia, joueur sélectionné par l’équipe nationale de son pays d’origine, l’Équateur, et qui lors de ses deux premières interventions se rapprochait du but de Cota sans toutefois se montrer dangereux.

Un peu plus tard, c’est une nouvelle fois Gignac qui tentait de profiter d’une erreur défensive pour entrer dans la surface adverse malgré le marquage ; il tentait un dribble et finissait pas décocher un tir qui s’écrasait sur un arrière rival alors que le public local savourait déjà son but.

Blessé après avoir reçu un coup à la jambe droite, Javier Aquino était contraint de sortir du terrain et « Tuca » décidait de le remplacer par Jürgen Damm.

Les Félins insistaient sur les offensives par les ailes, mais l’équipe rivale se positionnait de mieux en mieux sur le terrain et parvenait à fermer suffisamment d’espaces pour compliquer l’obtention d’un deuxième but pour l’équipe locale.

Ángel Mena portait même le danger jusqu’au but de Guzmán, par le biais d’une frappe puissante que le gardien argentin détournait en corner. Juste après, Quiñones était remplacé par Lucas Zelarayán, chargé de partir à la reconquête du milieu de terrain cédé aux adversaires en fin de match.

Dans les toutes dernières minutes de jeu, Valencia ne parvenait pas à reprendre une passe de Zelarayán dans la surface adverse et, un peu plus tard, c’est Gignac qui tentait une nouvelle fois sa chance, mais n’avait pas plus de succès que ses coéquipiers.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 6 Jorge Torres Nilo, 9 Eduardo Vargas (13 Enner Valencia à la 59e minute), 10 André-Pierre Gignac, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 21 Francisco Meza, 26 Luis Quiñones et 28 Luis Rodríguez

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

LEÓN : 30 Rodolfo Cota ; 4 Felipe Mosquera, 5 Fernando Navarro, 6 William Tesillo, 8 Joel Campbell, 10 Luis Montes, 12 José Rodríguez, 13 Ángel Mena, 16 David Meneses (11 Yairo Moreno à la 77e minute), 23 Ramiro González er 33 César Angulo

Entraîneur : Ignacio Ambriz

BUTS INSCRITS

0-1 (21’) Luis Quiñones pénètre dans la surface adverse du côté droit et centre à l’intention d’André-Pierre Gignac qui reprend pour inscrire le premier but du match.

JOUEURS AVERTIS

TIGRES : Francisco Meza (70e minute), Luis Quiñones (83e) et Guido Pizarro (92e)

LEÓN : William Tesillo (24e minute), Joel Campbell (87e) et Fernando Navarro (90e)

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

ARBITRE : Marco A. Ortiz

Juge de touche nº1 : Alberto Morín

Juge de touche nº2 : Enrique I. Bustos

Quatrième arbitre : Jorge A. Pérez

L’UANL institue la Chaire Osvaldo Batocletti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Jeudi 23 mai 2019.- Le regretté Osvaldo Batocletti œuvrait constamment pour offrir aux enfants et aux jeunes la possibilité de recevoir une meilleure éducation et de pratiquer leur sport de prédilection, le football.

Malgré sa disparition, il continuera à servir cette cause qui lui tenait à cœur grâce à la Chaire Osvaldo Batocletti, dont l’Université Autonome du Nuevo León (UANL) a annoncé la création ce jeudi afin d’honorer depuis les amphithéâtres, et de manière permanente, la trajectoire de « l’éternel capitaine » des Tigres.

C’est durant la cérémonie d’entrée en fonction du directeur de la Faculté d’Organisation Sportive que le recteur de l’UANL, Rogelio Garza Rivera, a indiqué que le département universitaire se chargerait de l’organisation de cycles de conférences réunissant des experts en matière de sport.

La Chaire devrait débuter officiellement ses travaux durant le semestre août-décembre 2019 et bénéficiera avant tout aux étudiants, à qui elle offrira la possibilité d’être directement en contact avec de nombreux spécialistes et chercheurs en matière de sciences de l’exercice physique, entre autres professionnels du secteur.

Batocletti, disparu le 17 mai dernier, était resté très étroitement en contact avec les différentes équipes représentant l’UANL. Il dirigeait par exemple la formation de football qui avait remporté le titre de championne des olympiades universitaires, l’Universiada Nacional, en 2009, en remplacement du coach Roberto Gadea, alors indisponible pour motifs de santé.

Le Tournoi d’Ouverture 2019 débutera le 19 juillet

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 20 mai 2019.- La Liga MX a annoncé officiellement ce lundi que sa prochaine compétition semestrielle, le Tournoi d’Ouverture 2019, se disputerait entre 19 équipes, après que l’Atlético San Luis ait été promu en Première Division et que Veracruz ait été autorisé à y demeurer.

Les accords annoncés :

1. L’Atlético San Luis jouera en Première Division de la Liga MX grâce à sa victoire en division inférieure. Il y aura donc 19 équipes au sein de la principale division du football professionnel mexicain, ce qui signifie que chaque formation bénéficiera d’une journée de repos.

2. Le Tournoi d’Ouverture 2019 débutera le 19 juillet et prendra fin le 15 décembre 2019.

3. Une seule édition de la Copa MX aura lieu au cours de l’année footballistique : celle-ci débutera le 30 juillet pour ce qui concerne sa phase régulière. Sa phase finale, elle, commencera le 21 janvier 2020 et la finale aura lieu le 14 ou 15 avril 2020.

4. Le Week-end des Champions se tiendra les 13 et 14 juillet à Los Angeles, Californie. Durant ces deux journées auront lieu la remise du ballon d’or, ainsi que les matches de Champion des Champions (disputé entre l’équipe América et le vainqueur de la finale du championnat semestriel actuel, qui opposera cette semaine les Tigres à León) et de Súper Copa MX (entre Cruz Azul et Necaxa).

5. Le match de Campeones Cup se déroulera, quant à lui, en septembre à Atlanta, Géorgie, et mettra aux prises l’équipe gagnante du match de Champion des Champions et la formation locale Atlanta United.

6. La création d’un tournoi binational entre le Mexique et les États-Unis sera annoncée très prochainement.

On n’a pas joué à notre meilleur niveau. – Ricardo « Tuca » Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 20 mai 2019.- Interrogé par les médias, l’entraîneur des Tigres de l’UANL Ricardo Ferretti a reconnu avec honnêteté ce lundi midi que son équipe n’avait pas encore joué à son meilleur niveau, mais qu’il espérait que ce serait le cas à l’occasion de la finale de la Liga MX, qui se disputera jeudi et dimanche.

« Je crois que l’équipe n’a pas encore joué au niveau de son potentiel, ll faut être honnêtes, mais on est quand même parvenus en finale, alors j’espère vraiment qu’à l’occasion de ces deux matches, on sera capables de jouer au niveau auquel nous-mêmes on aspire.

« Il n’y a pas deux rencontres qui se ressemblent : en ce qui concerne les matches joués contre Pachuca et les Rayados, on n’en espérait pas moins de leur part, principalement en ce qui concerne les Rayados, du fait de l’effectif qui est le leur, et des investissements qu’ils ont réalisés ces dernières années. Ça aurait été totalement illogique de penser que ce serait des rencontres faciles.

« C’est une chose qui leur est restée sur l’estomac, mais c’est nous qui avons réussi à nous qualifier, et ça signifie qu’on a aussi de la valeur, parce que, honnêtement, et j’en suis conscient, ce que j’ai vu n’est pas au niveau du football qu’on prétend atteindre. Malgré ça, on les a battus, et quelle que soit la raison de cette victoire, que ce soit du fait du classement général ou de quoi que ce soit d’autre, le fait est qu’on est en finale ».

À propos de l’équipe de León…

« L’équipe de León a fait une excellente saison régulière et a été devant. J’ai été le premier à reconnaître que c’était l’équipe qui avait déployé le meilleur football lors des 18 journées de la phase régulière. En plus, ils peuvent compter sur Nacho (Ambriz), un ami à moi, un excellent entraîneur et quelqu’un qui dispose de joueurs de qualité ».

Comment vont les joueurs ?

« Très bien, le fait de se retrouver de nouveau en finale est une raison de se sentir heureux, mais pas satisfaits. On n’est pas encore au bout, on sait ce qu’on doit améliorer, on n’a pas beaucoup de temps pour s’entraîner, mais on va faire tout ce qui est possible pour aborder idéalement ce match ».

León est à la hauteur de sa réputation…

« Oui, c’est une très bonne équipe, c’est celle qui a le mieux joué au football, celle qui nous a tous impressionnés. Je crois que l’équipe ne s’était pas qualifiée lors du dernier tournoi et, durant ce semestre, ils ont presque tout gagné, pas tout à fait depuis le début puisque, lors du premier match, on a réussi à faire match nul sur leur terrain, et c’est ce qui a empêché qu’ils soient premiers au classement général de bout en bout ».

À propos d’André Pierre Gignac et de Carlos Salcedo…

« Aujourd’hui, ils sont tous les deux en rééducation, au gymnase, mais demain ils seront là avec nous ».

Est-ce que le fait que votre gardien de but soit la personnalité la plus dominante de l’équipe dans ces play-offs vous inquiète ?

« C’est toujours inquiétant que mon gardien de but soit celui qui nous sauve, mais c’est à cela qu’il sert. En ce moment, tout le monde parle élogieusement de Nahuel, mais tu te rappelles probablement quand tout le monde le critiquait. Il est là pour ça, c’est pour ça que c’est un joueur qu’on a fait venir d’Argentine, sachant qu’il est joueur de cette équipe nationale, et tout le reste. Je crois que beaucoup voudraient l’avoir dans leur équipe et nous sommes heureux qu’il fasse partie de la nôtre ».

L’expérience des Tigres en play-offs représente un avantage ?

« C’est un des nombreux éléments qui doivent entrer en ligne de compte. Le simple fait de bénéficier de plus d’expérience en ayant joué plus de play-offs n’est pas en soi suffisant. Le plus important, c’est la forme de l’équipe en termes de football, le genre de choses auxquelles on aspire ».

Le jeu collectif…

« Ce sur quoi on peut compter, avant tout, c’est un jeu collectif avec de grandes individualités. Le jeu collectif nous a sauvés et, si tout le monde améliore son niveau individuel en même temps que le niveau collectif, nous ne devrions pas avoir de problème face à León ».

L’entraîneur en activité le plus titré au Mexique…

« Moi, je ne figure pas. Nous, on travaille pour les joueurs, on travaille pour qu’ils fassent bien leur travail et c’est à nous de mener cela à bien. Je n’ai jamais pensé à ça, à ce que j’ai réussi ou à ce que je serai appelé à réussir. Pour moi, cela ne compte pas. Il me semble que c’est un ensemble de choses, ce qu’on a réussi, et l’aspect personnel sur lequel tu m’interroges.

« La seule chose qui compte, c’est d’être reconnaissant envers les dirigeants qui m’ont soutenu et les joueurs qui m’ont aidé à obtenir ces résultats. Mais ce n’est pas une chose que je garde pour moi, c’est une chose qui revient au club, le fait que le club atteigne l’objectif fixé, que le public soit satisfait. Si après ça, il reste un peu de place pour moi personnellement, tant mieux ».

La Liga MX féminine ouvre ses portes à l’expérience

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), lundi 20 mai 2019.- La Liga MX Féminine est résolue à évoluer pour le bien du spectacle et ce, à compter de sa prochaine saison de compétition. Pour ce faire, elle a résolu de permettre l’augmentation de quatre à six joueuses de plus de 26 ans par équipe. En outre elle autorisera la participation de joueuse américaines d’origine mexicaine pour la première fois de son histoire.

Jusqu’à présent, l’ensemble des équipes du championnat féminin de football du Mexique étaient contraintes de limiter à quatre le nombre de leurs joueuses âgées de 26 ans ou plus, et seulement deux d’entre elles pouvaient évoluer simultanément sur la pelouse. Ce chiffre a été porté à six, lesquelles pourront en outre être présentes en même temps sur le terrain.

Ces mesures ont été annoncé dans le cadre de l’Assemblée Ordinaire de la Fédération Mexicaine de Football.

Les accords conclus :

1. Augmenter de quatre à six le nombre de joueuses de plus de 26 ans appartenant à chaque équipe. La limitation du nombre de ces joueuses sur le terrain est levée et celles-ci pourront évoluer ensemble.

2. Les équipes féminines mexicaines pourront recruter jusqu’à six joueuses américaines d’origine mexicaine et celles-ci pourront elles aussi évoluer simultanément sur la pelouse.

3. La phase régulière du championnat ne sera plus divisée en groupes, mais un classement général sera dressé et les huit meilleures formations du pays se qualifieront pour une phase finale.

4. L’équipe de l’Atlético San Luis fera ses débuts. Le tournoi mettra donc aux prises 19 formations, parmi lesquelles l’équipe de Veracruz, qui se maintiendra en Première Division.

5. La règle d’obligation des 1000 minutes de participation pour les joueuses nées en 2001 est maintenue.

6. La limite des joueuses passera des Moins de 24 ans aux Moins de 25 ans afin de garantir la croissance continue du football national.

Inspirés par Bato, les Tigres parviennent en finale de la Liga MX

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Samedi 18 mai 2019.- Samedi soir, les Tigres de l’Université Autonome du Nuevo León (UANL) ont joué dans le style d’Osvaldo Batocletti, comme d’authentiques Félins, et ont fait parler leur fierté pour éliminer les Rayados, l’autre équipe de Monterrey, et obtenir leur billet pour une nouvelle finale du championnat de football mexicain.

 

Guido Pizarro, auteur du but synonyme de triomphe et de qualification pour les Universitaires à la 42eminute, a dû être conduit à l’hôpital pour un coup reçu à la tête, heureusement sans gravité, lors de sa reprise de la tête victorieuse.

 

Les acclamations « Tigres, Tigres » entendues dans tout San Nicolás de los Garza et dans les travées du Stade Universitaire, et l’esprit Osvaldo Batocletti accompagnant à tout moment les Félins, auront été déterminants pour que ceux-ci remportent ce nouveau Clásicode Monterrey et obtiennent leur qualification pour la finale du Tournoi de Clôture 2019.

 

Et c’est finalement Pizarro qui offrait aux siens leur passeport pour une nouvelle finale de la Liga MX et leur revanche après la défaite des Tigres en finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF, sur le score global de 2-1, déjà face aux Rayados.

 

Avant ce but, Javier Aquino s’était lui aussi montré dangereux, sur un tir à mi-distance que le gardien bleu et blanc Marcelo Barovero était parvenu à dévier d’une seule main en corner. Les Tigres étaient parfaitement conscients de ce qui était en jeu et partaient à l’abordage de la surface de réparation rivale.

 

Pour sa part, l’autre équipe de Monterrey se montrait prudente, soucieuse de gérer son avantage au tableau d’affichage global et convaincue qu’elle parviendrait tôt ou tard à marquer un but qui obligerait les pupilles de Ricardo « Tuca » Ferretti à inscrire trois buts pour obtenir leur qualification.

 

Dès la 7eminute de jeu, les Tigres semblaient bénéficier d’une première superbe occasion d’ouvrir le score, lorsque le Rayado Rodolfo Pizarro touchait le ballon de la main dans sa surface de réparation sur coup de pied arrêté. Mais, après avoir eu recours à l’assistance vidéo à l’arbitrage, l’arbitre de la rencontre, Marco Antonio Ortiz, décidait de poursuivre le jeu sans siffler de penalty.

 

Les Félins n’en baissaient pas pour autant les bras tandis que, pour sa part, le gardien adverse sauvait les siens à plusieurs reprises. Il ne pouvait toutefois rien faire à la 42eminute de jeu, lorsqu’Eduardo Vargas centrait dans la surface et que Pizarro s’élevait pour marquer de la tête.

 

Le coup à la tête reçu sur cette action provoquait l’évacuation du capitaine Universitaire vers un hôpital local. Après examen, il s’avérait que sa blessure était sans gravité et il pouvait même retourner au stade afin de fêter la qualification avec ses coéquipiers. C’est Francisco Meza qui l’avait remplacé sur la pelouse à sa sortie.

 

Les joueurs de « Tuca » Ferretti continuaient cependant à attaquer, non sans céder un peu de terrain à l’équipe adverse, qui s’était déjà montrée dangereuse pour les cages de Nahuel Guzmán dans les premières minutes de jeu et qui, virtuellement éliminée du fait de la meilleure position des Tigres au classement général final, revenait à la charge.

 

Alors que l’on disputait la 50eminute de jeu, Stefan Medina commettait une nouvelle faute des Rayados dans leur surface, où il piétinait Aquino. Mais, après avoir pris le temps d’examiner l’action au ralenti, l’arbitre central décidait là encore de ne pas accorder de penalty aux Tigres.

 

Cette situation n’empêchait toutefois pas l’équipe locale de continuer à attaquer et à contrôler le ballon, mais sans chercher nécessairement à marquer un deuxième but. C’est aussi à ce moment du match que les Rayados intensifiaient leur pression sur les cages de Guzmán. À la 66eminute, un tir de Pizarro heurtait le poteau du gardien argentin et les Universitaires se sauvaient de justesse.

 

Quatre minutes plus tard, Guzmán bloquait une nouvelle reprise de Pizarro ; cinq minutes après, c’est Rogelio Funes Mori qui bénéficiait d’une belle occasion d’égaliser, mais qui voyait son tir passer au-dessus du but Universitaire. Finalement à la 77eminute, le cœur des « Incomparables » supporters Félins arrêtait de battre quelques secondes, le temps que le but marqué par les Rayados soit finalement annulé du fait d’une position de hors-jeu.

 

Les Universitaires étaient moins intéressés par le fait de marquer un second but que par celui d’éviter que les Rayados ne marquent, motif pour lequel ils se concentraient principalement sur la défense de leurs cages, même s’ils se ménageaient trois nouvelles occasions dans les toutes dernières minutes de jeu :

 

À la 87eminute, Vargas pénétrait dans la surface et se retrouvait face à face avec Luis Cárdenas, gardien de but entré en remplacement de Barovero. Mais c’est le portier adverse qui avait le dernier mot en bloquant le tir du Félin.

 

Un peu plus tard, Jürgen Damm, lui aussi entré en tant que remplaçant, réussissait à s’échapper à deux reprises : sur la première action, il parvenait à centrer, mais la reprise d’André-Pierre Gignac n’était pas suffisamment ferme ; il recentrait, mais le Français ne réussissait cette fois pas à reprendre. Finalement, Damm pénétrait lui-même dans la surface, mais son tir passait au-dessus du but adverse.

 

Les choses en restaient là au dernier coup de sifflet de l’arbitre et les Tigres obtenaient leur qualification comme Batocletti l’aurait aimé, comme de véritables Félins.

Batocletti nous quitte pour entrer dans la légende

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Samedi 18 mai 2019.- Osvaldo Agustín Batocletti Ronco nous a quittés vendredi 17 mai au soir, à l’âge de 69 ans, trois mois et 26 jours, mais il lègue au football mexicain, et particulièrement aux Tigres de l’Université Autonome du Nuevo León (UANL), un héritage aussi immense qu’inoubliable.

 

Connu comme le « plus grand Tigre des Tigres » de par sa manière de représenter et de défendre le club pour lequel il aura travaillé jusqu’à son dernier souffle, c’est aussi lui que l’on associe avec l’authentique « Profil Tigre », celui d’un footballeur qui se caractérise par sa force mentale, son abnégation et, surtout, sa passion pour les couleurs qu’il porte.

 

Né à San Nicolás de los Arroyos, Argentine, en 1950, il débuta sa carrière professionnelle de footballeur à l’âge de 20 ans au sein des équipes Racing Club, Lanús et Unión de Santa Fe. Mais quatre ans de présence au sein du football de son pays natal suffirent pour qu’une équipe mexicaine décide de lui faire connaître cette terre qu’il aimerait jusqu’à son dernier jour.

 

Cette équipe était celle de León. C’est cette formation qui la première, le convainquit de jouer dans notre pays, et c’est là que son style de jeu implacable, sa capacité d’anticipation et sa présence physique commencèrent à impressionner les équipes de Monterrey. En 1977, il était sur le point de signer un contrat avec les Rayados de Monterrey en compagnie de son coéquipier uruguayen à León Walter Daniel Mantegazza, mais le hasard voulut que la transaction n’aboutisse pas et c’est à ce moment que les Tigres firent leur apparition dans son existence et que l’histoire d’amour débuta.

 

À leur arrivée au club, Mantegazza et Batocletti s’avérèrent être des éléments déterminants pour mener à bien le renouvellement que l’équipe Universitaire avait en tête et qui incluait de même Gerónimo Barbadillo, Tomás Boy et bien d’autres joueurs sous les ordres de Carlos Miloc, lui aussi disparu.

 

Tous ces joueurs permirent aux Félins de vivre leur premier âge d’or et de devenir champions du Mexique en 1977-1978 et en 1981-1982, après avoir dominé des équipes à l’époque aussi dominantes que les Pumas de l’UNAM (Université Nationale Autonome de Mexico) et l’Atlante.

 

« Bato » fut un pilier indiscutable de ces Tigres. En tant que capitaine, il commanda une équipe qui lui voua le plus grand des respects, non seulement de par sa présence physique, ses qualités sur le terrain et son indestructible mental, mais aussi du fait de ses capacités de communication.

 

Les années passèrent, mais son amour pour les couleurs or et bleu, lui, ne faisait que s’intensifier. Le natif de San Nicolás de los Arroyos ne s’éloigna d’ailleurs de San Nicolás de los Garza que pour se soumettre aux traitements destinés à le guérir du terrible mal qui le faisait souffrir depuis plus d’un an et demi.

 

Batocletti prit sa retraite en tant que joueur en 1984, alors qu’il était devenu une véritable idole locale, et entreprit une carrière d’entraîneur qui lui permit de parcourir un long chemin qui le mena successivement au sein des Tigres, des Tigrillos, d’Irapuato et de Correcaminos, comme le fit son collègue et ami Tomás Boy.

 

Batocletti restera dans l’histoire comme l’entraîneur de l’équipe Féline qui réalisa une remontée historique face à l’América, le club de Mexico, que les Félins vainquirent au terme de « l’Aztecazo » en quart de finale du Tournoi d’Ouverture 2005 : les Universitaires s’étaient inclinés sur leur propre pelouse du Stade Universitaire 3-1 à l’issue du match aller, mais au retour, grâce au caractère bien trempé que « Bato » avait transmis à son équipe, celle-ci était parvenue à réaliser l’impensable et à triompher 4-1, accédant ainsi à la demi-finale.

 

La carrière d’Osvaldo fut à tout moment associée à celle des Universitaires : après que sa période en tant qu’entraîneur soit parvenue à son terme, il commença à prendre en charge les joueurs les plus jeunes de l’équipe Universitaire depuis les « Académies Tigres », ce qui l’amena à parcourir l’ensemble du Mexique, les États-Unis ainsi que l’Amérique Centrale.

 

Son image fut aussi associée aux deux saisons du programme télévisuel de réalité « Fábrica de Garra », ainsi qu’à la présentation de l’émission de télévision « Zona Tigres » et au programme public « Tigres por los Niños » (Tigres pour l’Enfance), destiné à promouvoir la pratique de l’exercice physique dans l’ensemble des écoles publiques du Nuevo León. Batocletti représenta aussi le club Universitaire à l’occasion de nombreuses manifestations publiques où il était systématiquement reconnu comme l’une des plus grandes idoles de la formation.

 

Lorsque le football féminin fit son apparition au Mexique, les Tigres mirent entre ses mains la direction technique de l’équipe, une charge qu’il accepta avec joie. Lors du premier tournoi semestriel féminin, sa formation fut éliminée au stade des demi-finales mais, le semestre suivant, elle devint championne grâce à un groupe de joueuses qui reconnurent en la personne de Batocletti autant une figure paternelle que celle d’un entraîneur conventionnel.

 

C’est un peu avant la première finale contre les Rayadas que « Bato » révéla qu’il était atteint d’un cancer et que ce match serait le dernier qu’il mènerait en tant qu’entraîneur, afin de se consacrer au traitement de cette maladie. Ce jour-là, ces joueuses donnèrent tout ce qu’elles avaient sur le terrain et lui dédièrent leur triomphe.

 

Un an après, quelques heures avant la finale du championnat féminin le plus récent et quelques jours avant sa disparition, lundi 13 mai 2019 au matin, Batocletti demanda depuis son lit d’hôpital à l’équipe féminine qu’elle parte conquérir pour lui son second titre de championnat national… et ses désirs furent exaucés.

 

Au sein des Tigres, au-delà de ses qualités de joueur, Batocletti restera dans les mémoires pour sa force, parce que les chimiothérapies successives ne le maintenaient jamais éloigné très longtemps du club, et pour son amabilité envers chacun des employés de l’équipe, ainsi que ses plaisanteries, ses paroles d’encouragement à celui qui en avait le plus besoin, ses anecdotes inépuisables et ses manifestations d’amitié.

 

L’un des hommes les plus emblématiques de l’histoire de notre équipe repose à présent en paix, un seigneur aussi bien sur les terrains que dans la vie de tous les jours, un grand joueur, un excellent coéquipier et un ami extraordinaire.

Les Tigres condamnés à remonter à domicile

GUADALUPE (MEXIQUE), Mercredi 15 mai 2019.- Les Tigres de l’Université Autonome du Nuevo León (UANL) ont quitté le stade BBVA blessés mais plus déterminés que jamais à refaire leur retard sur leur pelouse du Stade Universitaire après s’être inclinés 1-0 contre les Rayados, l’autre équipe de Monterrey, en demi-finale aller du Tournoi de Clôture 2019 de la Liga MX.

 

Les Félins ont maintenant l’obligation de gagner samedi soir afin de remporter un Clásico(derby) local éliminatoire plus ouvert que jamais.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les toutes premières minutes de jeu s’avéraient extrêmement difficiles pour les Félins, soumis aux attaques successives et dangereuses de leurs rivaux du soir face à leur public.

 

Dès la 2eminute de jeu, Carlos Salcedo dégageait mal le ballon et Rogelio Funes Mori le récupérait avant de pénétrer dans la surface de réparation des Tigres. Toutefois, au moment du duel avec le gardien Universitaire Nahuel Guzmán, c’est ce dernier qui s’imposait et qui sauvait son camp de ce qui aurait pu être le premier but de la partie.

 

Lors de la minute de jeu suivante, Luis Rodríguez tentait sa chance sur un tir depuis l’extérieur de la surface de réparation adverse que la défense locale bloquait finalement.

 

Un peu plus tard, à la 7eminute, Avilés Hurtado pénétrait dans la surface Féline du côté droit, obligeant Guzmán à s’avancer à sa rencontre, et parvenait à centrer. Mais, au second poteau, « Chaka » Rodriguez détournait le ballon en corner.

 

C’est à la 12eminute de jeu que les Tigres bénéficiaient de leur meilleure occasion de cette première période : Luis Quiñones s’avançait dans l’axe malgré le marquage adverse et parvenait à frapper, mais son ballon ne faisait que survoler la barre transversale de Marcelo Barovero, gardien des Rayados.

 

Pour leur part, les Rayados continuaient à se montrer particulièrement dangereux en attaque face à leur public et, à la 13eminute, Dorlan Pabón recevait une passe en retrait de Miguel Layún, qui centrait à son tour pour Funes Mori, lequel tirait et trompait Guzmán. L’équipe locale menait 1-0 et mettait les Tigres en difficultés.

 

À partir de ce moment, l’attaque des joueurs en bleu et blanc baissait quelque peu de rythme et les Universitaires tentaient de reprendre l’initiative du match. À la 19eminute de jeu, Jesús Dueñas décochait une frappe que captait Barovero. Un peu plus tard, à la 21e, Enner Valencia reprenait de la tête, mais voyait son ballon passer à droite du but adverse.

 

Une dizaine de minutes après, à la 32e, Quiñones surgissait de nouveau dans la surface rivale et frappait après avoir pivoté. Mais son tir finissait dans les gants du portier local.

 

Les Tigres paraissaient décidément vivre une embellie en cette fin de première période puisque, à la 36eminute, le même Quiñones s’échappait seul et passait en profondeur pour Valencia, qui était néanmoins privé du ballon par la défense locale.

 

SECONDE MI-TEMPS

Les Universitaires revenaient des vestiaires déterminés à contrôler davantage le ballon et, du fait des conditions de la pelouse locale, à jouer le plus en profondeur possible. Mais, dès la reprise des débats, deux nouveaux joueurs des Tigres, Guido Pizarro et Luis Quiñones, écopaient d’un carton jaune. Peu avant, c’est Dueñas qui avait été averti.

 

À la 52eminute, André-Pierre Gignac passait du côté droit à Quiñones, qui semblait avoir une bonne chance de pénétrer dans la surface, mais était finalement contré par les arrières locaux. Quelques secondes plus tard, le Français remettait de la tête à Valencia dans la même surface, mais la défense rivale prenait le dessus.

 

À ce moment du match, les Rayados cherchaient clairement à récupérer le ballon et à repartir aussi rapidement que possible à l’attaque, afin de provoquer une erreur des Universitaires.

 

À l’heure de jeu, Rodríguez recevait le ballon dans la surface adverse, dribblait et cherchait à retrouver ses appuis. Mais la défense bleue et blanche récupérait le ballon.

 

C’est à ce moment de la rencontre que l’entraîneur des Tigres Ricardo « Tuca » Ferretti procédait à son premier changement de la soirée : il faisait sortir Valencia, qui avait vécu une soirée difficile, et le remplaçait par le Chilien Eduardo Vargas, chargé de renforcer l’attaque Féline.

 

Un peu plus tard, Lucas Zelarayán substituerait Quiñones qui, malgré ses efforts, n’était pas parvenu à mettre en échec l’équipe adverse.

 

Gignac tentait sa chance à la 69eminutes, sur un tir qui passait largement au-dessus de la transversale de Barovero, mais les Tigres commençaient bel et bien à récupérer de plus en plus de ballons et à renforcer leur présence offensive.

 

De fait, trois minutes plus tard, Javier Aquino décochait un tir à mi-distance qui passait à gauche du but des Rayados.

 

À la 79eminute, Dueñas prenait le temps de tirer, mais voyait le ballon sortir à droite des cages de Barovero. Quelques secondes plus tard, Rodríguez cédait sa place sur le terrain à Israel Jiménez.

 

L’équipe locale n’était pas en reste et ripostait à la 84eminute par l’intermédiaire d’un tir de Maxi Meza qui venait de rentrer sur le terrain à la place d’Hurtado.

 

Aquino se montrait de nouveau dangereux à la 87eminute : sur une passe au centre de Vargas depuis le secteur droit, la défense locale tentait de passer le ballon à son gardien et le Félin venu de Oaxaca était sur le point de surprendre tout le monde et d’égaliser.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

MONTERREY: 1 Marcelo Barovero ; 4 Nicolás Sánchez, 7 Rogelio Funes Mori, 8 Dorlan Pabón (19 Ángel Saldívar à la 80eminute), 16 Celso Ortíz, 17 Jesús Gallardo, 18 Avilés Hurtado (32 Maximiliano Meza à la 67e), 20 Rodolfo Pizarro (3 César Montes à la 78e), 21 Miguel Layún, 29 Carlos Rodríguez et 33 Stefan Medina

Entraîneur : Diego Alonso

TIGRES: 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 10 André-Pierre Gignac, 13 Enner Valencia (9 Eduardo Vargas à la 62eminute), 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 26 Luis Quiñones (8 Lucas Zelarayán à la 67e), 28 Luis Rodríguez (2 Israel Jiménez à la 80e) et 29 Jesús Dueñas

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

 

BUTS INSCRITS

1-0       (13eminute) Dorlan Pabón tente sa chance à mi-distance et Rogelio Funes Mori prolonge de la tête pour permettre à l’équipe locale d’ouvrir le score.

 

JOUEURS AVERTIS

MONTERREY : Jesús Gallardo (15eminute), Carlos Rodríguez (18e) et Rodolfo Pizarro (55e)

TIGRES : Jesús Dueñas (5eminute), Guido Pizarro (46e), Luis Quiñones (48e), Nahuel Guzmán (64e) et André-Pierre Gignac (93e)

 

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

 

ARBITRE: Jorge Isaac Rojas

Juge de touche nº1 : Michel Morales

Juge de touche nº2 : César Cerritos

Quatrième arbitre : Diego Montaño

Les Tigresses plus grandes championnes du Mexique

GUADALUPE (MEXIQUE), Lundi 13 mai 2019.- L’équipe féminine des Tigres de l’Université Autonome du Nuevo Léon (UANL) est devenue lundi soir la formation la plus titrée du football féminin mexicain après sa victoire 2-1 (score global 3-2) contre les Rayadas, un triomphe acquis pour la seconde fois sur la pelouse du Stade BBVA, le terrain de l’autre équipe de Monterrey.

 

Jaqueline Ovalle demeurera la principale personnalité de ce match retour, d’abord en étant l’auteure de la passe qui permettait que Blanca Solís marque le premier but Félin de la tête, puis en se chargeant elle-même d’inscrire le second but de sa formation, un tir dans la surface de réparation adverse, à la 25eminute.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Félines étaient déterminées à remporter le titre du Tournoi de Clôture 2019 de la ligue MX Féminine et elles le démontraient dès la première minute de jeu : après juste 30 secondes de jeu, Blanca Solís pénétrait dans la surface de réparation de l’équipe locale et décochait un tir qui passait à droite des cages gardées par Blanca Lozoya.

 

Mais les Universitaires avaient affaire à une forte opposition, elle aussi désireuse de conquérir son premier titre et, à la troisième minute de jeu, Dinora Gaza pénétrait dans la surface des Félines et, seule face au but d’Ofelia Solís, décochait un tir que Selene Cortés déviait d’extrême justesse en corner. Les Tigresses l’avaient échappé belle.

 

C’est peu après que débutait la période la plus féconde de la première mi-temps pour les joueuses Universitaires : à la 9eminute, Jaqueline Ovalle entrait dans la surface de réparation adverse du côté gauche, entraînait dans sa course une arrière locale et centrait à destination de Blanca Solís, qui reprenait de la tête pour permettre aux siennes de mener 1-0 à l’extérieur.

 

Un quart d’heure plus tard, à la 24e, Liliana Mercado décochait sur coup de pied arrêté un tir que Lozoya repoussait de peu, privant les Félines de leur second but.

 

Ce n’était que partie remise : une minute plus tard, Ovalle récupérait un ballon dans la surface rivale, le contrôlait et expédiait un tir puissant contre lequel Lozoya ne pouvait rien. Les Tigresses menaient 2-0 et leur second titre de championnes du Mexique n’avait jamais été aussi proche.

 

Cinq minutes plus tard, Mercado recevait le ballon sur la gauche, s’échappait et centrait. Mais elle dosait mal son tir et le ballon sortait du terrain. Une minute plus tard, c’était au tour de Nancy Antonio, qui recevait le ballon dans l’axe mais réagissait trop lentement.

 

Les Rayadas tentaient de riposter quelques secondes plus tard, lorsque Mónica Monsiváis s’échappait malgré le marquage universitaire. Cependant, Ofelia Solís intervenait à temps et récupérait le ballon.

 

Les Tigresses se montraient de nouveau très dangereuses lorsqu’Ovalle s’échappait une fois de plus du côté gauche, mais voyait son centre repoussé par la gardienne locale. Katty Martínez avait bien suivi, mais elle ne parvenait pas à reprendre le ballon dans de bonnes conditions et les choses en restaient là.

 

L’équipe locale commençait toutefois à récupérer de plus en plus le ballon et ses offensives à répétition mettaient notablement en danger les Tigresses.

 

Pour preuve, le tir à mi-distance que Gabriela Álvarez décochait à la 36eminute et qui terminait dans les gants de Solís. Puis, six minutes plus tard, l’échappée de Monsiváis dans l’axe et sa frappe, qui sortait à gauche du but Félin. Enfin, deux minutes plus tard, un nouveau tir de l’attaquante locale qui, cette fois, passait au-dessus de la transversale de Solís.

 

Les joueuses Rayadas tentaient toujours de revenir au score alors que l’on disputait les arrêts de jeu, mais le tir croisé de Garza passait à droite des cages Universitaires.

 

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, les Rayadas étaient contraintes de tenter le tout pour le tout et elles décidaient dès la reprise du jeu de procéder à deux remplacements au sein de leur effectif.

 

Pour leur part, les Tigres contrôlaient de moins en moins le ballon, ce qui n’empêchait pas que, à la 50eminute, Martínez profite d’une erreur de la gardienne locale pour tenter sa chance alors que le but était resté grand ouvert. Malheureusement, sa frappe passait à gauche des cages de Lozoya, privant les siennes de leur troisième but de la soirée.

 

À la 57eminute, sur corner des Universitaires, Antonio sautait plus haut que tout le monde dans la surface adverse et reprenait le ballon de la tête, mais celui-ci passait à droite du but local. Les Félines paraissaient décidées à reprendre le contrôle de la balle et des offensives.

 

De fait, à la 66eminute, Belén Cruz était sur le point d’inscrire un superbe but quand, voyant Lozoya trop avancée, elle tentait sa chance de loin. Mais la gardienne locale parvenait à détourner de justesse en corner.

 

Deux minutes plus tard, c’est la Rayada Alicia Cervantes qui s’échappait dans l’axe et, sans que personne ne parvienne à l’en empêcher, décochait un tir puissant qui permettait aux siennes de réduire la marque. Les Tigresses ne menaient plus que 2-1.

 

C’est ce moment du match que Ramón Villa Zevallos choisissait pour procéder à son premier remplacement de la rencontre : Blanca Solís sortait et cédait sa place à Carolina Jaramillo, chargée de renforcer l’offensive Universitaire.

 

Mais l’équipe dominante à ce moment de la rencontre était bel et bien celle des Rayadas, qui prenaient à leur compte la récupération au milieu de terrain et semaient le trouble au sein des lignes Universitaires.

 

À la 74eminute de jeu, sur coup de pied arrêté, Mercado expédiait toutefois une frappe qui finissait son vol dans la barre transversale locale, sauvant les joueuses en bleu et blanc du troisième but Félin.

 

Une dizaine de minutes plus tard, Ovalle tentait de nouveau sa chance sur un tir qui passait à droite du but de Lozoya. Pour leur part, les Rayadas cherchaient à profiter de toutes les négligences défensives des Tigresses afin de revenir à leur hauteur.

 

Deux minutes après, à la 86e, Martínez récupérait le ballon et ouvrait sur la gauche en direction d’Ovalle, dont le tir terminait dans les gants de Lozoya.

 

Alors que l’on jouait la dernière minute du temps réglementaire, Ovalle, encore elle, recevait une passe en profondeur de Mercado et décochait un tir qui frôlait le poteau gauche adverse. Et c’est toujours Ovalle, qui, à la 91eminute, pénétrait seule dans la surface rivale, mais croisait trop son tir, qui sortait du terrain.

 

Finalement, lors de la 4eminute d’arrêt de jeu, Monsiváis tentait de récupérer le ballon sur une passe en retrait d’une coéquipière Rayada, mais la défense Universitaire intervenait à temps, sous les acclamations des « Incomparables » supporters présents dans les travées du stade BBVA.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

RAYADAS: 1 Claudia Lozoya ; 2 Alexia Frías, 4 Rebecca Bernal, 9 Mónica Monsiváis, 10 Dinora Garza (20 Daniela Solís à la 46eminute), 16 Selena Castillo (25 Noralí Armenta à la 80e), 17 Alicia Cervantes, 18 Aylín Avilez (8 Diana Evangelista à la 46e), 19 Mariana Cadena, 26 Valeria Valdez et 29 Gabriela Álvarez

Entraîneur : Héctor Becerra

TIGRES: 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado, 10 Katty Martínez, 13 Karen Luna, 14 Jaqueline Ovalle (9 Evelyn González à la 95eminute), 15 Cristina Ferral, 18 Belén Cruz, 19 Blanca Solís (8 Carolina Jaramillo à la 69e) et 22 Selene Cortes (17 Natalia Villarreal à la 82e)

Entraîneur : Ramón Villa Zevallos

 

BUTS INSCRITS

0-1       (9eminute) Jaqueline Ovalle centre depuis le secteur gauche à destination de Blanca Solís, qui reprend et marque le premier but des Félines.

0-2       (25e) Jaqueline Ovalle contrôle le ballon dans la surface de réparation adverse et domine Claudia Lozoya d’un tir puissant qui permet aux Universitaires de mener 2-0.

1-2       (68e) Alicia Cervantes s’échappe dans l’axe malgré le marquage et réduit le score d’une frappe puissante.

 

JOUEUSES AVERTIES

Aucune

 

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

 

ARBITRE : Diana Pérez

Juge de touche nº1 : Sandra Ramírez

Juge de touche nº2 : Jessica Morales

Quatrième arbitre : Priscila Pérez

 

L’obligation de faire la joie de nos supporters. – ‘Tuca’ Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 13 mai 2019.- Quelques heures après que l’identité du futur rival des Tigres en demi-finale du Tournoi de Clôture 2019, les Rayados de Monterrey, ait été déterminé, Ricardo « Tuca » Ferretti a répondu comme il le fait habituellement le lundi aux questions des médias et a indiqué que les deux équipes locales se connaissaient si bien que la surprise ne serait pas un facteur déterminant de leurs deux rencontres.

 

Pas de surprise…

« C’est une bonne remarque, particulièrement parce que j’ignore combien de fois nous avons joué les uns contre les autres. Et il ne s’agit pas seulement de nous et du football mexicain, il s’agit d’observer les autres équipes, je suis d’accord, et c’est difficile que dans ce cas il y ait un facteur surprise, les choses se résument principalement à la capacité individuelle et à des situations de coups de pieds arrêtés. C’est ce qui peut faire la différence dans ces matches ».

 

S’affronter de nouveau…

« Du fait de ce que les deux équipes ont réussi, la probabilité de se qualifier en Phase Finale était grande. Jusqu’à maintenant on avait réussi à s’éviter grâce à la position au classement général. Mais il n’y a pas de hasard, on sait d’où viennent les choses, et elles sont dues à ce que les deux clubs ont fait ».

 

À propos de la préparation…

« Et pourquoi on ne nous explique pas comment préparer une équipe qui a gagné le titre sur son terrain ? C’est une nouvelle fois l’histoire du verre à moitié plein et, dans ce cas, du verre à moitié vide, alors c’est vrai, ils ont gagné, mais nous aussi nous les avons battus. Moi, j’ai préparé l’équipe pour la CONCACAF et on a perdu, et aussi pour le championnat, et on a gagné. Et moi, je préfère me rappeler ce qu’on a gagné ».

 

Deux équipes qui se connaissent bien…

« C’est une chose compliquée, les derniers matches ont été décidés sur coups de pieds arrêtés. Et même si on s’est améliorés à ce niveau-là, on a perdu le match, alors, si je dois préparer quelque chose de particulier, c’est faire plus attention à ça ».

 

Laisser dans le passé la dernière finale…

« C’est une chose normale de l’existence, le passé sert à tirer des conclusions, mais l’important c’est aujourd’hui, imaginer comment aborder le futur. Chacun choisit le sien, c’est aussi un jeu mental, un jeu de déclarations, personne ne se risque à prédire un résultat, aussi bien eux que nous avons l’envie de ne pas nous tromper, mais on vit le présent pour réussir les choses auxquelles on aspire pour le futur ».

 

Match retour à domicile…

« On espère profiter de ce match retour à domicile. Moi, je vois les choses très équilibrées, uniformes, la seule chose qui ne l’est pas, c’est leur terrain, et il va être dans un état encore pire qu’avant, et c’est une chose qu’eux ont vécu pendant toute la saison dans leur stade. Ce n’est peut-être pas la pire pelouse, mais elle en fait partie ».

 

Des éloges pour León et des critiques pour les Tigres…

« Tu as tout à fait raison, l’équipe qui joue le mieux, c’est León, c’est la raison pour laquelle ils ont terminé en première position au classement général. Nous, nous avons terminé en deuxième place, donc ça signifierait qu’être en deuxième place c’est mal jouer… Expliquez-moi pourquoi sur les deux derniers matches vous me critiquez, mais personne n’a rien dit pendant 17 rencontres. On a terminé deuxième, quand on a joué contre León, notre affrontement a été équilibré et on a été les seuls à leur arracher un point à domicile ».

 

Travailler plus…

« On n’a pas assez de temps, c’est très peu de temps, on cherche à retrouver la forme, eux aussi, tout comme nous, sont passés difficilement, eux aussi se trouvent en phase de récupération et j’espère que tout le monde aura récupéré au moment du match ».

 

Pas de différence radicale…

« De manière radicale, rien ne va être très différent. Une chose qui pourrait arriver, c’est par exemple une expulsion ou un joueur qui reprenne un ballon et qui réussisse une action de grande qualité. Ça c’est à 80% ce qui devrait arriver. Quant à ce qui va réellement arriver, impossible d’en être sûr ».

 

Vingt et une finales en 10 ans à Monterrey…

« L’engagement qu’ont pris les entreprises sponsors, CEMEX par exemple, de travailler pour le bien de la communauté, de l’état, l’appui des entreprises au moment de recruter des joueurs de plus grande qualité nous a permis de renforcer la rivalité et d’atteindre les objectifs que les deux entreprises, des multinationales, s’étaient fixées. C’est quelque chose qui nous remplit de joie et qui nous met face à l’obligation de continuer à faire la joie de nos supporters ».

Les Tigres accèdent à la demi-finale

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Samedi 11 mai 2019.- Les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) sont parvenus laborieusement à se qualifier pour la demi-finale du Tournoi de Clôture 2019 en faisant match nul à domicile 1-1 (score global 2-2), un résultat favorisant les Félins du fait de leur meilleure place au classement général final de la Liga MX.

André-Pierre Gignac, qui n’est plus séparé que par un but du record de meilleur marqueur de l’histoire des Universitaires actuellement détenu par Tomás Boy, a repris de la tête un ballon dans la surface de réparation adverse pour permettre à son équipe d’égaliser, peu après que Pachuca ait ouvert le score à la 80e minute grâce à un but d’Ángelo Sagal.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

La première mi-temps était marquée par une faible intensité de jeu, même si l’équipe locale tendait à contrôler la balle et l’initiative offensive face à un rival qui ne semblait pas particulièrement pressé de mettre en danger le gardien Félin Nahuel Guzmán.

À la 11e minute de jeu, Enner Valencia menait la première attaque véritablement dangereuse des Universitaires en reprenant le ballon de la tête dans la surface adverse sur corner. Cependant, celui-ci passait au-dessus de la barre transversale d’Alfonso Blanco, portier de Pachuca.

Trois minutes plus tard à la 14e, André Pierre Gignac recevait le ballon sur la gauche et frappait de manière immédiate en direction de la lucarne gauche de l’équipe adverse, mais le ballon passait une nouvelle fois au-dessus.

Les Tigres insistaient et il semblait que l’ouverture du score ne soit qu’une question de temps et de patience. Cependant, les rivaux commençaient eux aussi à faire pression sur les pupilles de Ricardo Ferretti.

À la 17e minute de jeu, c’était Luis « Chaka » Rodríguez qui tentait sa chance sur un tir à mi-distance qui passait au-dessus du but adverse. Pachuca ripostait six minutes plus tard, sur un tir d’Erick Aguirre qui obligeait Guzmán à détourner en corner.

À partir de ce moment et jusqu’à la fin de la première mi-temps, l’action se déroulait principalement au milieu de terrain, où les deux équipes se mesuraient sans qu’aucune ne parvienne à tirer son épingle du jeu.

 

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, la dynamique du match semblait demeurer sans changement, du moins jusqu’à ce que les Félins ne commencent à aller de l’avant et à s’imposer en termes de récupération de balle.

À la 51e minute de jeu, Valencia s’échappait, pénétrait dans la surface adverse et parvenait à centrer. Mais la défense rivale le devançait et parvenait à dévier le ballon en corner. Quelques minutes plus tard, c’était Luis Quiñones qui surgissait sur l’aile droite, entraînait deux défenseurs dans sa course, mais voyait finalement sa frappe passer à gauche des cages de Blanco.

Tout juste cinq minutes plus tard, le Colombien filait de nouveau seul et, alors qu’il paraissait être en position de centrer, choisissait de frapper et expédiait son ballon directement dans les mains du gardien de but.

Gignac avait le premier but des siens au bout du pied à la 59e minute de jeu, quand il dérobait le ballon, dribblait un adversaire et se retrouvait seul face au gardien adverse. Mais Blanco bloquait le tir du Français. Cependant, les Tigres commençaient à s’imposer plus nettement sur leur terrain.

L’attaquant Universitaire avait une nouvelle occasion sur coup de pied arrêté à la 65e minute, mais sa frappe passait très largement au-dessus de la transversale de Pachuca.

Et il bénéficiait d’une nouvelle possibilité quatre minutes plus tard, lorsque Valencia lui passait le ballon dans la surface adverse. Mais la reprise de la tête était contrôlée tant bien que mal par Blanco.

C’est à ce moment de la rencontre que « Tuca » Ferretti décidait de procéder à son premier changement du match. Il remplaçait Quiñones par Lucas Zelarayán à la 70e minute de jeu, sans doute afin de renforcer la mobilité de ses milieux de terrain.

Dix minutes plus tard, Guzmán devait s’y reprendre à deux fois à fin de contrôler un tir d’Ángelo Sagal qui venait de faire son entrée sur la pelouse.

Et, lors de la minute de jeu suivante, le même joueur de Pachuca cueillait à froid le Stade Universitaire en reprenant le ballon dans la surface des Félins pour marquer un but qui éliminait provisoirement l’équipe locale de la phase finale du Tournoi.

Mais c’était sans compter sur Gignac qui, à la 83e minute, reprenait de la tête dans la surface adverse et permettait aux siens de revenir dans la partie grâce à un match nul provisoire été global synonyme de qualification pour les Universitaires.

À deux minutes de la fin du temps réglementaire, « Tuca » Ferretti décidait de réaliser son second changement et faisait sortir Javier Aquino, qui cédait sa place à un Jorge Torres Nilo chargé de limiter autant que possible toute riposte de l’équipe rivale.

Finalement, lors de la 89e minute de jeu, Zelarayán se défaisait d’un défenseur adverse et décochait un tir croisé que le gardien rival repoussait avec le plus grand mal.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza, 10 André-Pierre Gignac, 13 Enner Valencia, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino (6 Jorge Torres Nilo à la 88e minute), 26 Luis Quiñones (8 Lucas Zelarayán à la 70e), 28 Luis Rodríguez et 29 Jesús Dueñas

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

PACHUCA : 13 Alfonso Blanco ; 2 Stiven Barreiro, 5 Víctor Guzmán, 6 Raúl López, 10 Edwin Cardona, 11 José Ulloa (7 Ángelo Sagal à la 75e minute), 12 Emmanuel García (32 Nahuel Bustos à la 68e), 14 Erick Aguirre, 16 Jorge Hernández, 23 Oscar Murillo et 33 Ismael Sosa

Entraîneur : Martín Palermo

 

BUTS INSCRITS

0-1   (80e minute) Ángelo Sagal reprend dans la surface de réparation et marque consécutivement à un corner de Pachuca.

1-1 (83e) André-Pierre Gignac surgit dans la surface pour reprendre de la tête et ramener les Tigres à égalité.

 

JOUEURS AVERTIS

TIGRES : Carlos Salcedo (29e minute), Jesús Dueñas (36e) et Javier Aquino (66e)

PACHUCA : Emmanuel García (26e minute), Raúl López (77e) et Edwin Cardona (88e)

 

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

ARBITRE : Jorge Antonio Pérez

Juge de touche nº1 : Andrés Hernández

Juge de touche nº2 : Telly Salvador Saldívar

Quatrième arbitre : Fernando Hernández

 

Les Félines concèdent le match nul 1-1 en finale aller

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Vendredi 10 mai 2019.- L’équipe féminine des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) n’a pas réussi à conserver l’avantage qu’elle avait acquis initialement au cours du match aller de la finale de la Liga MX féminine et à concédé un match nul 1-1 à domicile contre l’autre équipe de Monterrey, les Rayadas. Le titre de championne du Mexique se jouera donc sur la pelouse du stade BBVA, comme cela avait déjà été le cas il y a un peu plus d’un an.

 

Un but contre son camp marqué par Alexa Frías consécutif à un corner frappé par Liliana Mercado avait donné l’avantage initial aux Universitaires mais, quelques minutes plus tard, Selena Castillo égalisait pour le compte des Rayadas sur un tir à mi-distance qui finissait dans la lucarne supérieur droite d’Ofelia Solís.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Félines débutaient le match bien décidées à aller de l’avant et à se créer des occasions dès le coup de sifflet initial. Ainsi, à la 2eminute de jeu, Jaqueline Ovalle s’échappait sur l’aile gauche et centrait à l’intention de Katty Martínez, dont le tir finissait dans les gants de Claudia Lozoya, gardienne de but des Rayadas.

 

Poussées par le désir de revanche après s’être inclinées lors de la dernière finale disputée entre les deux formations de Monterrey, les Rayadas tentaient leur chance à la 4eminute, sur une frappe de Mónica Monsiváis qui passait au-dessus de la barre transversale des Félines.

 

À partir de ce moment du match, les attaques iraient en sens unique et se concentreraient sur le but des Rayadas : à la 9eminute, sur coup de pied arrêté, Liliana Mercado voyait sa frappe captée par la gardienne adverse.

 

Les Tigresses prenaient à leur compte le contrôle du ballon et les offensives, mais il leur manquait le geste qui leur permettait d’ouvrir le score. Les Rayadas en profitaient pour tenter à leur tour de s’imposer à la 23eminute, mais Ofelia Solís intervenait pour écarter tout danger.

 

Plus tard, à la 34eminute, Ovalle surgissait une nouvelle fois sur la gauche avant de centrer à l’intention de Belén Cruz, qui ne parvenait pas à reprendre. Katty Martínez avait suivi, mais sa propre reprise passait à gauche du but rival.

 

Un peu avant la 40eminute, Ovalle semblait enfin trouver le chemin du but, lorsqu’elle récupérait un ballon du côté gauche, pénétrait dans la surface et frappait. Mais Lozoya résistait et l’occasion de marquer le premier but de la rencontre pour les Félines s’évanouissait.

 

Les Universitaires ouvraient finalement le score à la 43eminute. Mais l’arbitre de la rencontre Karen Hernández annulait ce premier but, apparemment pour une position de hors-jeu signalée par l’une de ses juges de touche. Les choses en restaient donc là au repos.

 

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, les Félines cherchaient à présenter le même visage qu’en première mi-temps. Les Rayadas, pour leur part, semblaient décidées à en faire un peu plus et, à la 47eminute de jeu, Dinora Garza tentait sa chance sur une frappe qui passait au-dessus de la barre transversale de Solís.

 

Quelque six minutes plus tard, à la 53e, Aylín Avilez reprenait une passe du côté gauche et les Félines se sauvaient de peu. Lors de la minute de jeu suivante, l’arbitre de la rencontre se refusait à siffler une faute de main évidente des Rayadas dans leur surface, synonyme de penalty en faveur des Universitaires.

 

Sur l’action de jeu postérieure, Martínez reprenait le ballon dans la surface de réparation adverse, au niveau du second poteau mais la gardienne rivale intervenait et récupérait le ballon.

 

Un peu plus tard à la 61eminute, Martínez décochait un tir dans la surface rivale que Lozoya déviait de justesse en corner. Sur cette action de corner, Mercado expédiait le ballon au premier poteau, où Alexia Frías le détournait dans ses propres filets. Les Tigresses ouvraient enfin le score.

 

Une minute plus tard, la Rayada Mónica Monsiváis partait seule en apparente position de hors-jeu, mais la gardienne locale imposait sa loi lors du duel qui mettait face à face les deux joueuses.

 

Lors des instants de jeu suivants, les Rayadas allaient de l’avant et faisaient pression de plus en plus haut sur des Universitaires qui souffraient pour atteindre le milieu de terrain.

 

Cependant, à la 69eminute, Katty Martínez reprenait de la tête dans la surface de réparation adverse après avoir reçu une passe venue de la gauche signée Ovalle. Mais la défense locale écartait une fois de plus le danger.

 

La pression des Rayadas finissait toutefois pas porter ses fruits : à la 70eminute de jeu, Selena Castillo tentait sa chance à mi-distance et propulsait le ballon dans la lucarne droite de l’équipe locale pour permettre aux joueuses en bleu et blanc d’égaliser.

 

Six minutes plus tard c’est Mercado qui tentait de redonner l’avantage aux siennes sur coup de pied arrêté, mais sa tentative passait au-dessus de la barre transversale des cages gardées par Lozoya.

 

Le coup de sifflet final mettait aussi un terme aux espoirs de triomphe à domicile de Félines, qui seront à présent contraintes de triompher sur la pelouse du stade BBVA, comme elles avaient réussi à le faire il y a un peu plus d’un an.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES: 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado, 10 Katty Martínez, 13 Karen Luna, 14 Jaqueline Ovalle, 15 Cristina Ferral, 18 Belén Cruz (9 Evelyn González à la 90eminute), 19 Blanca Solís (8 Carolina Jaramillo à la 76e) et 22 Selene Cortes

Entraîneur : Ramón Villa Zevallos

RAYADAS: 1 Claudia Lozoya ; 2 Alexia Frías, 4 Rebecca Bernal, 9 Mónica Monsiváis (7 Hilary García à la 82eminute), 10 Dinora Garza (20 Daniela Solís à la 66e), 16 Selena Castillo, 17 Alicia Cervantes (25 Norali Armenta à la 90e), 18 Aylín Avilez, 19 Mariana Cadena, 26 Valeria Valdez et 29 Gabriela Álvarez

Entraîneur : Héctor Becerra

 

BUTS INSCRITS

1-0       (61eminute) sur corner, Liliana Mercado centre et Alexa Frías dévie de la tête dans ses propres filets.

1-1       (70e) Selena Castillo tente sa chance à mi-distance et expédie le ballon dans la lucarne supérieure droite du but des Universitaires.

 

JOUEUSES AVERTIES

TIGRES: Aucune

RAYADAS: Mónica Monsiváis (30eminute) et Dinora Garza (51e)

 

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

 

ARBITRE : Karen Hernández

Juge de touche nº1 : Mayra Mora

Juge de touche nº2 : Damaris Jiménez

Quatrième arbitre : Lizzet García

 

Un match nul synonyme d’avantage pour les Tigres

PACHUCA (MEXIQUE), Mercredi 8 mai 2019.- À l’issue d’un match où leur gardien de but Nahuel Guzmán aura particulièrement brillé, les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo Léon) ont ramené un nul 1-1 du stade Hidalgo de Pachuca, au centre du Mexique. Ce résultat leur permettra de se qualifier pour la demi-finale des play-offs de la Liga MX lors du match retour, à domicile, en faisant simplement match nul sans encaisser de but.

Un but totalement accidentel de Luis Rodríguez contre son camp a tout d’abord donné l’avantage à l’équipe locale. Mais, quelques minutes plus tard, Javier Aquino a remis les deux équipes à égalité sur un tir puissant à mi-distance et grâce à l’aide du défenseur local Erick Aguirre.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

La première mi-temps s’avérait difficile pour les Universitaires, même s’ils étaient les premiers à se montrer dangereux : dès la 3e minute de jeu, Luis « Chaka » Rodríguez s’échappait sur l’aile droite et passait à André-Pierre Gignac, dont la frappe survolait la barre transversale de l’équipe locale.

Edwin Cardona réagissait pour le compte de Pachuca, sur un tir qui passait à droite des buts gardés par Nahuel Guzmán à la 18e minute. Quelques secondes plus tard, sur une action aérienne, le ballon rebondissait sur la jambe de « Chaka » Rodríguez et terminait au fond des filets avant que le gardien Universitaire n’ait pu faire quoi que ce soit.

 

La soirée semblait soudainement se compliquer pour les pupilles de Ricardo Ferretti mais, tout juste deux minutes plus tard, Jesús Dueñas décochait un tir que le gardien local Alfonso Blanco repoussait initialement. Rafael de Souza avait bien suivi et passait à Aquino, dont le tir puissant terminait au fond des filets locaux et permettait aux Félins d’égaliser après 21 minutes de jeu.

À la demi-heure de jeu, Guzmán faisait parler de lui pour la première fois en déviant superbement en corner un coup de pied arrêté de Cardona qui prenait tout droit le chemin de son but. Au cours de la minute de jeu suivante, Jorge Hernández voyait son tir passer au-dessus de la transversale des Tigres.

Aquino tentait une nouvelle fois sa chance à la 36e minute, mais sa frappe, consécutive à une petite passe de Dueñas, passait à droite du but adverse.

Deux minutes plus tard, Guzmán réussissait une autre de ses superbes parades, lorsque José Ulloa recevait le ballon sur l’aile gauche et frappait puissamment. Mais le portier d’origine argentine déviait le tir d’une jambe.

À peine une minute et 15 secondes plus tard, Franco Jara tentait lui aussi sa chance, mais butait sur un Guzmán décidément inspiré qui le privait du ballon sur un splendide plongeon.

 

SECONDE PÉRIODE

Les Tigres revenaient des vestiaires plus inspirés qu’en première mi-temps, notamment en termes de récupération et de possession de balle, ainsi que de déploiement offensif. Ils se généraient plusieurs occasions, tout comme le faisaient leurs adversaires dont la « bête noire » continuait à être Guzmán.

Luis Quiñones commençait à apparaître de plus en plus sur l’aile droite : à la 51e minute il s’échappait seul, pénétrait dans la surface de réparation adverse et se préparait à centrer. Mais la défense locale lui subtilisait le ballon et le déviait en corner.

À la 54e minute de jeu, c’est Guido Pizarro qui tentait l’action individuelle dans l’axe et tirait, mais qui voyait son ballon passer au-dessus de la barre transversale locale.

Et, deux minutes plus tard, Guzmán surgissait une nouvelle fois pour sauver les siens, cette fois en jaillissant bras et jambes en croix dans sa propre surface afin d’éviter un nouveau but de Pachuca.

Les Félins développaient leur jeu habituel, à base de toucher de balle et de circulation, et, à l’heure de jeu, Enner Valencia centrait à l’intention de Gignac juste avant que le ballon ne sorte du terrain. Mais la défense locale s’interposait.

Deux minutes plus tard, Valencia pénétrait dans la surface de Pachuca par le secteur droit et frappait, mais voyait son ballon passer juste à gauche du but gardé par Blanco.

Les pupilles de Ricardo Ferretti bénéficiaient d’une nouvelle occasion, lorsque Valencia s’échappait sur l’aile gauche, pénétrait dans la surface et passait en retrait à Gignac, dont le tir manquant de puissance était facilement capté par le gardien local.

À ce moment du match, les Tigres se montraient particulièrement insistants : à la 77e minute Valencia, encore lui, filait de nouveau sur l’aile gauche, mais son centre était dévié en corner par les défenseurs de Pachuca.

Un peu plus tard, à la 83e minute, « Chaka » Rodríguez expédiait un long ballon à destination de Gignac, qui le contrôlait dans la surface adverse. Mais le marquage des joueurs locaux ne lui permettait pas de conclure son action.

Et Guzmán brillait de nouveau alors que le temps de jeu réglementaire expirait : À la 88e minute, il anticipait une action adverse pour écarter tout danger ; puis, lors de la minute de jeu suivante, l’Argentin bloquait une nouvelle action adverse dans sa propre surface. Finalement, dans les toutes dernières secondes de jeu, c’est Hugo Ayala qui se jetait dans la surface de réparation Féline pour éviter un second but de l’équipe locale qui aurait sans doute été synonyme de victoire à domicile pour les Tuzos.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

PACHUCA : 13 Alfonso Blanco ; 2 Stiven Barreiro, 5 Víctor Guzmán, 6 Raúl López, 10 Edwin Cardona, 11 José Ulloa (7 Angelo Sagal à la 68e minute), 12 Emmanuel García, 14 Erick Aguirre, 16 Jorge Hernández, 23 Oscar Murillo et 29 Franco Jara (33 Ismael Sosa à la 42e)

Entraîneur :  Martín Palermo

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 4 Hugo Ayala, 5 Rafael de Souza 62, 10 André-Pierre Gignac, 13 Enner Valencia, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 26 Luis Quiñones (8 Lucas Zelarayán à la 80e minute), 28 Luis Rodríguez et 29 Jesús Dueñas.

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

 

BUTS INSCRITS

1-0 (18e minute) But contre son camp de Luis Rodríguez lorsque le ballon lui rebondit sur la jambe.

1-1 (21e) Javier Aquino arme un tir qui est dévié par un défenseur local et termine au fond des filets de Pachuca.

JOUEURS AVERTIS

PACHUCA : Emmanuel García (45e minute)

TIGRES : Aucun

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

ARBITRE : Eduardo Galván

Juge de touche nº1 : José Alfredo López

Juge de touche nº2 : Juan Carlos Salinas

Quatrième arbitre : César Arturo Ramos

 

Ce ne sera pas un jeu d’enfant. – Ricardo « Tuca » Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 6 mai 2019.- Ricardo « Tuca » Ferretti, entraîneur des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) a indiqué ce lundi matin que l’affrontement contre l’équipe de Pachuca en quarts de finale du Tournoi de Clôture 2019 de la Liga MX ne serait pas un jeu d’enfant, mais qu’il avait pleinement confiance en ses joueurs.

Il a aussi déclaré, qu’à son sens, les huit équipes qualifiées en phase de play-offs avaient toutes la même probabilité de l’emporter et de se couronner :

« En ce qui nous concerne, impossible de penser que les choses vont être simples, on sait quel type de rival est Pachuca, ils ont de grands joueurs, c’est un terrain difficile, mais j’ai confiance en mes joueurs », a confirmé Ferretti.

« Je crois qu’indépendamment des pronostics et des pourcentages de chance de victoire assignés à chaque match, toutes les séries sont équilibrées ; les équipes ont fait ce qu’il fallait pour être là et je crois que tout le monde bénéficie des mêmes possibilités », a ajouté Ferretti au cours de sa conférence de presse hebdomadaire.

Une amélioration ressentie…

« On s’est améliorés à ce niveau-là, sur le fait de se montrer plus réguliers. C’est ce que j’avais demandé à mes joueurs et on s’est améliorés nettement à ce niveau-là. Maintenant, j’espère que c’est ce que mon équipe fera lors de ces deux matches, parce que jouer le mieux possible le plus longtemps possible est quelque chose de très important pour nous ».

Jouer mercredi et samedi…

« À ce niveau de la compétition, c’est un bon jour. Je crois qu’aussi bien eux que nous avons joué samedi dernier, alors jouer samedi ou dimanche cette semaine, c’est la même chose. L’horaire aussi est bien et, en plus, on retrouve l’horaire auquel on a l’habitude de jouer ».

Constance en phase finale…

« Je ne peux pas dire que ce soit une chose négative, ça fait 10 tournois semestriels qu’on se qualifie. Cette présence en phase finale est une chose importante, on sait ce qu’on y a vécu, mais je ne crois pas que ce soit non plus un facteur déterminant dans la résolution de la série ».

Pachuca n’a pas perdu sur son terrain…

« Ce n’est qu’une statistique, nous aussi, on a marqué pas mal de points à l’extérieur. On a terminé en deuxième place à ce niveau-là ce semestre. Ce n’est pas un terrain facile, mais je ne crois pas que le fait qu’on ait participé à toutes les phases finales et qu’eux arrivent sur une bonne série soient des facteurs déterminants. Je crois qu’il y a d’autres facteurs dont on devra tenir compte ».

De quoi faut-il se méfier face à Pachuca ?

« De tout. Je serais incapable de te mentionner une chose en particulier, je crois qu’ils ont d’excellentes individualités, qu’ils s’entendent bien collectivement, qu’ils jouent depuis longtemps ensemble, on peut citer le « Burrito » Hernández, qui est là depuis longtemps, Víctor (Guzmán), Eric (Aguirre), plusieurs joueurs. Pachuca est une équipe que beaucoup de gens de l’extérieur observent du fait de son football collectif et des individualités dont elle dispose.

« Leur entraîneur est très capable, c’est quelqu’un qui aime le football offensif et très agressif, et ce sont des circonstances auxquelles on doit rester attentifs ».

La pression est une chose normale…

« La pression est une chose normale, à nous de savoir la gérer, on ne peut pas la laisser nous paralyser. La pression est la même pour tout le monde, comme dans la vie de n’importe quel être humain. Le bon match qu’on a joué ce week-end réduit un peu la déception qu’on a ressentie en finale de la CONCACAF et maintenant, en play-offs de la Liga MX, on doit suivre le même chemin.

« Faire les choses bien pour être tous satisfaits et rendre un peu à notre public tout ce qu’il nous donne constamment. La moindre des choses c’est de tout donner pour atteindre l’objectif final ».

Un total de 26 points au général, trop peu… 

« Je crois que le fait que certaines équipes qui auraient dû être là n’y soient pas a permis à d’autres de faire parler d’elles. Il y a des équipes qui n’atteignent pas les points requis. Dire que 26 points était correct, c’est toujours le cas, même si c’est compliqué : il y a huit ans, on était au bord de la rétrogradation, aujourd’hui on se retrouve en première place du classement en termes de pourcentage de victoires, qui était la première de nos obligations. Mais, naturellement, on pense aussi aux meilleurs, à León et à ses 41 points, et je les félicite ».

Important que tout le monde se sente bien…

« C’est important que tout le monde se sente bien et que tout le monde soit disponible pour choisir les 11 meilleurs et les sept autres qui vont attendre de saisir leur chance. Je crois que, pour André-Pierre, cette blessure c’est du passé. Il a eu deux ou trois matches pour retrouver une meilleure forme physique et je crois qu’il n’y aura aucun problème si je fais appel à lui ».

Les Tigres concluent leur saison régulière sur une victoire

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Samedi 4 mai 2019.- Les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) sont fin prêts à affronter la phase finale du Tournoi de Clôture 2019 après leur victoire 2-1 à domicile contre les Chivas de Guadalajara, laquelle leur permet de terminer en seconde place du classement général avec un total de 37 points.

L’artisan de ce triomphe Universitaire est sans aucun doute Lucas Zelarayán, auteur d’un des deux buts et déterminant sur l’autre. Mais l’histoire retiendra probablement le nom d’André-Pierre Gignac, qui a marqué ce soir son 102e but sous les couleurs or et bleu, se rapprochant ainsi du record détenu par Tomás Boy, qui dirigeait d’ailleurs les Chivas samedi soir au Stade Universitaire de San Nicolás.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Tigres alignaient au coup d’envoi une équipe remaniée à 50% afin de laisser au repos une partie de l’effectif titulaire en prévision du début des play-offs, dans quelques jours. De ce fait, ils éprouvaient en début de match quelques difficultés à s’organiser offensivement.

Déterminés à profiter de cette situation, les joueurs des Chivas misaient sur la possession de balle et sur des attaques aussi rapides que possible.

À la 4e minute de jeu, Isaac Brizuela tentait d’ailleurs sa chance sur un tir, mais le gardien Félin Nahuel Guzmán déviait en corner. Plus tard, à la 12e minute, Guzmán intervenait une nouvelle fois sur une action de Guadalajara qui semblait prometteuse mais ne donnait aucun résultat.

Soutenus toujours aussi inconditionnellement par leurs Incomparables supporters malgré leur défaite en finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF il y a quelques jours, les Tigres ripostaient à la 18e minute, sur une frappe puissante du Chilien Eduardo Vargas que le gardien adverse détournait en corner.

Lors de l’action suivante, Francisco Meza parvenait à reprendre le ballon de la tête, mais celui-ci terminait dans les gants du gardien de Guadalajara Miguel Jiménez.

Les pupilles de Ricardo Ferretti, contraint d’assister au match depuis les tribunes pour cause de suspension, semblaient capables de se montrer de plus en plus dangereux pour le gardien adverse.

À la 31e minute de jeu, Carlos Salcedo privaient les Chivas du ballon en se jetant les deux pieds devant pour dégager le ballon et faciliter la tâche de Guzmán.

Mais Guadalajara bénéficiait aussi de belles phases offensives et, à la 36e minute de jeu, Walter Sandoval tentait de lober Guzmán. Cependant l’Argentin ne se laissait pas piéger et évitait que les Tigres n’encaissent leur premier but de la soirée.

Une minute plus tard, dans la surface de réparation des Tigres, Gignac intervenait pour tirer son épingle de la mêlée qui s’était formée consécutivement à un corner et dégager son camp.

Et, tout juste 50 secondes plus tard, Lucas Zelarayán surgissait sur l’aile gauche et centrait dans la surface de Guadalajara où Gignac marquait de la tête le premier but des Tigres, sous les acclamations de leur public ravi.

Un peu plus tard, à la 43e minute, le Français se montrait une nouvelle fois dangereux sur une tentative de tir lointain, mais Jiménez parvenait à dévier en corner.

SECONDE PÉRIODE

Dès le début de la deuxième mi-temps, Ricardo Ferretti envoyait Guido Pizarro au repos et le remplaçait par Jesús Dueñas, chargé de maintenir le contrôle du milieu de terrain acquis lors de la première période.

Lors de la 47e minute de jeu, Gignac cherchait à profiter d’un long ballon pour pénétrer dans la surface rivale, mais le gardien de Guadalajara intervenait et récupérait le ballon.

Les Chivas tentaient de répliquer à la 51e minute. Toutefois, le tir d’Alan Pulido passait au-dessus de la barre transversale de Guzmán. Sur l’action suivante, Gignac expédiait lui aussi son tir au-dessus du but adverse.

Vargas avait le second but des Tigres au bout du pied à la 62e minute, lorsqu’il récupérait un ballon dans la surface rivale et tentait une action individuelle. Mais la défense intervenait opportunément.

Deux minutes plus tard, Javier López décochait un tir puissant qui passait à droite des cages de Guzmán et, quelques secondes après, Vargas cédait sa place sur le terrain à Luis Quiñones.

Gignac se montrait une nouvelle fois dangereux à la 66e minute, sur un tir à mi-distance que le gardien adverse éprouvait certaines difficultés à stopper.

Plus tard, Francisco Venegas tentait un centre qui semblait initialement raté, mais finissait par mettre quasiment en échec l’équipe adverse lorsque le ballon heurtait le poteau de Jiménez.

C’est à ce moment de la rencontre que Guadalajara commençait à se montrer le plus menaçant et insistant face au but gardé par Guzmán. Le gardien d’origine argentine devait d’ailleurs s’employer à fond aux 72e et 74e minute.

Mais les Tigres n’étaient pas eux non plus déterminés à en rester là en termes offensifs. À la 76e minute, Quiñones progressait dans l’axe et passait à l’intention de Zelarayán, qui se retournait et marquait le deuxième but des Félins d’un tir croisé.

 

Ayant déjà en tête les play-offs, Ferretti procédait alors à son troisième changement de la soirée et remplaçait Salcedo par Rafael de Souza afin de redonner une certaine fraîcheur à la récupération locale. Cependant, quelques minutes plus tard, à la 79e, Ernesto Vega décochait un tir puissant à mi-distance et réduisait le score pour Guadalajara.

Deux minutes après, les Tigres paraissaient sur le point d’inscrire leur troisième but de la soirée : Quiñones cédait à l’intention de Zelarayán, qui se défaisait d’un défenseur et passait à Jürgen Damm démarqué mais rapidement contré par la défense adverse.

Lors de la 83e minute de jeu, c’est Guadalajara qui avait une excellente possibilité d’égaliser, lorsque López pénétrait profondément dans la surface des Universitaires et croisait son tir devant la sortie de Guzmán. Mais le ballon filait à droite des buts Félins.

Durant la minute de jeu suivante, Gignac répliquait en filant sur l’aile droite avant de centrer. Mais Jiménez déviait en corner.

Les Chivas avaient une dernière occasion à la 92e minute de la rencontre, mais Guzmán sauvait son but et préservait la victoire des siens en contrant, les bras en croix, une nouvelle frappe de López.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 2 Israel Jiménez, 3 Carlos Salcedo (5 Rafael de Souza à la 79e minute), 6 Jorge Torres Nilo, 8 Lucas Zelarayán, 9 Eduardo Vargas (26 Luis Quiñones à la 65e), 10 André-Pierre Gignac, 15 Francisco Venegas, 19 Guido Pizarro (29 Jesús Dueñas à la 46e), 21 Francisco Meza et 25 Jürgen Damm

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

CHIVAS : 34 Miguel Jiménez ; 2 José Carlos Van Rankin, 4 Jair Pereira, 9 Alan Pulido, 10 Javier López, 11 Isaac Brizuela, 13 Walter Sandoval (7 Ernesto Vega à la 71e minute), 16 Miguel Ponce (27 Carlos Villanueva à la 57e), 20 Jesús Molina, 21 Hiram Mier et 25 Michael Pérez (6 Dieter Villalpando à la 65e)

Entraîneur : Tomás Boy

BUTS INSCRITS

1-0 (38e minute) Lucas Zelarayán centre sur l’aile gauche et André-Pierre Gignac reprend de la tête pour marquer le premier but des Tigres.

2-0 (76e) Luis Quiñones progresse dans l’axe et passe à Lucas Zelarayán, qui se retourne avant de marque le second but local sur un tir croisé.

2-1 (79e) Sur un tir à mi-distance rasant le poteau gauche signé Ernesto Vega, Nahuel Guzmán doit s’avouer battu et les Chivas réduisent la marque.

JOUEURS AVERTIS

TIGRES : Francisco Venegas (62e minute)

CHIVAS : Alan Pulido (42e)

JOUEURS EXPULSÉS

Aucun

ARBITRE : Jorge Antonio Pérez

Juge de touche nº1 : Enrique Bustos

Juge de touche nº2 : José de Jesús Baños

Quatrième arbitre : Guillermo Pacheco

Les Tigresses frappent les première en demi-finale

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Jeudi 2 mai 2019.- L’équipe féminine des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) a frappé la première dans cette série de demi-finale de la Liga MX Féminine en dominant son homologue de l’América sur le score de 2-0, dans l’attente du match retour, qui aura lieu dimanche sur la pelouse du Stade Aztèque, dans la capitale mexicaine.

C’est Katty Martínez, buteuse lors de chacune des mi-temps, qui a donné aux Félines un avantage qui pourrait leur permettre d’accéder à la finale de ce Tournoi de Clôture 2019 de la Liga MX.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Tigresses affirmaient leurs intentions de prendre l’avantage dès le coup d’envoi. Elles se montraient d’ailleurs si pressantes offensivement que, dès la 2e minute, une joueuse adverse écopait d’un carton jaune.

À la 5e minute de jeu, Lizbeth Ovalle s’échappait sur l’aile gauche et cherchait une coéquipière susceptible de conclure l’action, mais la défense de l’América intervenait opportunément et écartait le danger.

La formation de Mexico répliquait à la 7e minute de jeu, sur un tir d’Estefanía Fuentes qui terminait dans les gants d’Ofelia Solís, la gardienne de but des Tigres.

Les Félines conservaient le ballon et se montraient les plus offensives : à la 14e minute, Blanca Solís menaçait le but adverse en reprenant la ballon dans la surface de réparation de Mexico, mais le tir de l’Universitaire manquait de force et la défense rivale récupérait.

Les Universitaires insistaient lors de la minute de jeu suivante, où Katy Martínez se retournait avant de tirer, mais voyait sa frappe passer au-dessus de la barre transversale d’Aurora Santiago, gardienne de but de l’América.

 

Plus tard, à la 24e minute, Liliana Mercado parvenait à se défaire de la gardienne de Mexico dans sa surface, mais le ballon lui échappait et était récupéré par la défense rivale.

Maîtresses de la balle et omniprésentes dans la surface de Mexico, le but des Félines semblait n’être qu’une question de temps.

Il interviendrait finalement quelques minutes plus tard, à la 34e minute, par l’entremise d’Ovalle, qui s’échappait sur l’aile gauche et entraînait quatre rivales dans sa course avant de centrer à l’intention de Katty Martínez, qui concluait en marquant ce premier but local tant attendu par le public.

Menant 1-0, les Tigresses pouvaient se permettre de contrôler le match avec un peu plus de tranquillité tout en cherchant un deuxième but qui renforcerait encore leur confiance.

Autour de la 40e minute de jeu, les pupilles de Ramón Villa Zevallos étaient sur le point de marquer leur second but de la rencontre : profitant d’une erreur défensive, Martínez partait seule en direction de la surface adverse, mais son tir trop croisé sortait du terrain sans avoir inquiété outre mesure Santiago.

Deux minutes plus tard, Belén Cruz la jouait individuelle sur l’aile droite et se défaisait de deux adversaires, mais son tir du pied gauche passait à droite des buts de l’América. C’était la dernière action notable de cette première mi-temps.

 

SECONDE PÉRIODE

Les deux équipes reprenaient le jeu de manière très similaire à ce qu’avait été la première période, avec des Tigresses insistantes en attaques et une équipe de l’América résistant tant bien que mal à ces attaques adverses.

Les Félines optaient pour l’aile gauche, où Ovalle tentait une action individuelle avant de passer à Mercado, laquelle cédait à son tour en retrait à Martínez. Mais le tir de la buteuse Féline du jour passait au-dessus de la transversale de Santiago.

À la 53e minute, Mercado surgissait sur l’aile droite et décochait un tir centré que la gardienne de l’América déviait d’une seule main, écartant une fois de plus le danger.

Mais la domination Féline dans ce match était indéniable et se confirmait à l’heure de jeu, lorsque Mercado s’échappait dans l’axe, et ouvrait à droite à l’intention de Martínez qui dominait une fois de plus la gardienne de l’América pour donner aux siennes deux buts d’avance.

Blanca Solís avait le troisième but des Universitaires au bout du pied à la 82e minute, quand elle recevait le ballon dans la surface adverse, contrôlait et reprenait. Mais son tir survolait le but rival. Deux minutes plus tard, une reprise de la tête de Cruz passait à droite du but adverse.

Une nouvelle occasion de 3-0 s’offrait aux Tigresses à la 87e minute. Mais c’est Santiago qui tirait son épingle de la mêlée qui s’était formée dans sa propre surface et qui récupérait le ballon.

Et, alors que l’on disputait les arrêts de jeu, Blanca Solís s’échappait une dernière fois sur l’aile droite et entrait dans la surface de l’América, mais Santiago parvenait à capter sa frappe croisée.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES : 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado, 10 Katty Martínez (8 Cristina Jaramillo à la 72e minute), 13 Karen Luna, 14 Jaqueline Ovalle, 15 Cristina Ferral, 18 Belén Cruz, 19 Blanca Solís (16 Sonia Vázquez à la 92e) et 22 Selene Cortes (9 Evelyn González à la 82e)

Entraîneur : Ramón Villa Zevallos

AMÉRICA : 1 Aurora Santiago ; 3 Marylin Díaz, 5 Ximena Ríos, 7 Dayana Cazares, 8 Esmeralda Verdugo, 9 Lucero Cuevas, 10 Daniela Espinoza (28 Vannya García à la 58e minute), 11 Dorian Hernández (4 Ana Lozada à la 46e), 12 Estefanía Fuentes, 13 Samantha Arellano et 14 Mónica Rodríguez

Entraîneur Leonardo Cuéllar

BUTS INSCRITS

1-0 (34e minute) Lizbeth Ovalle entraîne quatre joueuses adverses dans sa course et centre à destination de Katty Martínez, qui reprend et marque le premier but des Tigres.

2-0 (60e) Liliana Mercado s’échappe dans l’axe, et ouvre à l’intention de Katty Martínez, qui marque le second but des siennes d’un tir croisé.

JOUEUSES AVERTIES

TIGRES : Nancy Antonio (19e minute)

AMÉRICA : Esmeralda Verdugo (2e), Samantha Arellano et Dayana Cazares (73e)

 

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

 

ARBITRE : Karen Hernández

Juge de touche nº1 : Karen Díaz

Juge de touche nº2 : Damaris Jiménez

Quatrième arbitre : Priscila Pérez

 

Tout est prêt. – Ricardo « Tuca » Ferretti

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE). – Tout est prêt, a indiqué ce mardi Ricardo « Tuca » Ferretti, entraineur des Tigres, à propos de l’affrontement de ses pupilles contre l’autre équipe de Monterrey, les Rayados, pour le compte du match retour de la finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF :

« On se sent bien, sereins et préparés pour le match de demain. Tout est prêt », a indiqué le stratège des Universitaires au cours de la conférence de presse où il a répondu aux questions des divers médias qui couvriront la finale continentale disputée ce mercredi soir 1er mai.

Une différence minimale, mais que les Tigres aimeraient avoir à leur avantage…

« Je crois que j’aurais aimé que cet avantage, ce soit nous qui l’ayons. J’aimerais avoir gagné et ça n’a pas été le cas, et maintenant on est obligés de gagner ce match-là. La situation n’est pas la même. Eux ont l’avantage de pouvoir se contenter d’un match nul, nous, on est obligés à gagner et c’est ce qu’on va chercher à faire ».

Un message aux supporters…

« On n’a pas de message particulier à transmettre, eux nous ont transmis dimanche [lors d’une séance publique d’entraînement de l’équipe], un message de soutien total et ils espèrent que, demain, on fera tout ce qui est en notre pouvoir pour atteindre le but auquel on prétend tous. Le soutien nous motive, nous pousse vers l’avant, nous donne cette envie de redoubler les efforts et de faire tout ce qu’on a à accomplir demain ».

Gignac va bien…

« Oui, il est en parfaites conditions, il a joué contre Puebla, il s’est beaucoup amélioré physiquement et il est en état de jouer en tant que titulaire ».

Les Rayados favoris…

« Le fait qu’ils se sentent favoris n’est absolument pas un problème pour nous, il faut simplement qu’on parte à la conquête d’un triomphe, et c’est quelque chose qu’on a déjà réussi à faire. Je ne crois pas qu’il y ait le moindre problème, ils sont favoris. Demain, j’attends de mes joueurs qu’ils mettent les points sur les i le ballon au pied ».

Une motivation maximale…

« La motivation du groupe n’a rien à voir avec le résultat. Demain, on ne pourra pas jouer avec le match nul en ligne de mire. Notre motivation est maximale, ce qu’on va chercher à obtenir, on en a déjà parlé et c’est clair pour tout le monde. Il faudra qu’on soit capables de contrer ce que l’équipe adverse proposera, on sait que ça ne va pas être chose facile, mais on a la possibilité d’accéder au triomphe ».

Penser à ne pas encaisser de but…

« J’espère ne pas être dans cette situation demain. On a en tête de ne pas prendre de but et d’en marquer au moins un, pour accéder aux prolongations. Monterrey a gagné deux ou trois choses ici, une Coupe. Les deux équipes ont plus de triomphes que ceux qu’ils ont obtenu seulement en Liga MX ».

Le fait de jouer face à son public…

« Le soutien est systématiquement une chose qui pèse, c’est pour cela qu’on fait ce qu’on fait. Sans le public, ce ne serait pas drôle. Mais, en fin de compte, il s’agit de 11 joueurs contre 11. Rien de tout le reste ne pèse vraiment ».

L’état de la pelouse…

« C’est un facteur, j’espère que ce ne sera pas le cas demain, l’état du terrain a fait l’objet de critiques de tout le monde, mais j’espère que ce ne sera pas un critère qui empêchera les deux équipes de pratiquer un football de qualité »

Ce sont les deux meilleures équipes de la région qui s’affrontent demain ?

« En ce moment, oui, ce sont celles qui parviennent à la finale, celles qui ont fait ce qu’il fallait pour être là, celles qui ont éliminé les autres et se retrouvent en finale. En ce qui concerne le futur, qui sait ».

Les Tigresses prennent place en demi-finale

SAN NICOLÁS DE LOS GARZA (MEXIQUE), Lundi 29 avril 2019.- L’équipe féminine des Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) s’est encore rapprochée un peu plus près du titre de championne du Mexique en disposant 2-0 (score global 4-1) de l’équipe de Puebla à l’issue du match retour des quarts de finale du Tournoi de Clôture 2019 de la Liga MX Féminine.

C’est un but de Greta Espinoza pour les Universitaires, puis un autre de Diana Anguiano contre son camp, tous deux marqués en seconde période, qui auront permis aux Félines d’accéder à la demi-finale de la compétition, où elles retrouveront l’América, formation contre laquelle elles ont perdu leur titre de championnes la saison dernière.

PREMIÈRE MI-TEMPS

Dès la première minute de jeu, les Félines envahissaient la surface de réparation adverse, mais la défense de Puebla parvenait à écarter le danger.

Un peu plus tard, à la 8e minute de jeu, Katty Martínez recevait un ballon dans l’axe alors qu’elle se trouvait dans la surface rivale et reprenait, mais la gardienne de Puebla bloquait le tir en se couchant sur sa gauche.

Les Tigresses dominaient en termes de possession et de récupération, et se montraient aussi plus percutantes que leurs rivales du soir en attaque, mais, alors que l’on jouait depuis 20 minutes, Mariela Jiménez s’échappait dans l’axe. Malgré le marquage, elle atteignait la surface Universitaire, où la gardienne Féline Ofelia Solís la dépossédait finalement du ballon.

Lors de la minute de jeu suivante, Monterrey ripostait sur une tête de Nancy Antonio qui reprenait un corner des siennes dans la surface de Puebla, mais voyait son ballon s’écraser sur la barre transversale de Morales.

À la 27e minute, les Félines avaient le premier but de la partie au bout du pied, lorsque Selene Cortés récupérait le ballon et passait en retrait à destination de Martínez, laquelle cédait à son tour à Blanca Solís, qui pénétrait dans la surface adverse malgré la couverture d’une arrière rivale. Morales intervenait finalement et les choses en restaient là.

Les Tigresses continuaient à assurer la possession du ballon et, à la 43e minute, obligeaient de nouveau Morale à intervenir en plongeant sur sa droite pour éviter le premier but des Félines, à quelques secondes du repos.

SECONDE PÉRIODE

Au retour des vestiaires, la dynamique de la rencontre restait la même : Les Tigresses se montraient de plus en plus insistantes en termes de présence dans la surface de réparation de Puebla, tandis que les joueuses venues du centre du pays se défendaient vigoureusement et attendaient patiemment l’occasion de partir en contre.

Mariela Jiménez mettait une nouvelle fois la défense Universitaire en échec en filant sur l’aile droite avant d’expédier un centre croisé qu’Ofelia Solís déviait de peu en corner. Les Félines avaient échappé au pire.

Les Tigresses réagissaient à la 61e minute : Lizbeth Ovalle contrôlait un long ballon dans la surface rivale et tirait, mais trop mollement pour inquiéter Morales.

Jiménez portait encore le danger devant les cages de Monterrey à la 64e minute de jeu : grâce à sa pointe de vitesse, elle se défaisait une fois de plus du marquage local, mais heurtait la gardienne des Tigresses et laissait filer une belle occasion.

Et tout juste 45 secondes après cette action dangereuse, Liliana Mercado était privée du ballon au tout dernier moment par l’arrière de Puebla Guillermina Martínez. Ce n’était toutefois que partie remise : lors de l’action suivante, Greta Espinoza tentait sa chance sur un ballon qui paraissait pourtant perdu et marquait du pied droit et sur un tir qui rasait le montant droit de Morales. Les Tigresses menaient 1-0 (3-1 au tableau d’affichage global).

Plus tard, à la 80e minute de jeu, Blanca Solís essayait à son tour de surprendre la gardienne de Puebla sur un tir élevé que celle-ci déviait de justesse en corner. Sur ledit coup de pied de coin, la joueuse en bleu et blanc Diana Anguiano cherchait à dégager le ballon, mais finissait par le dévier au fond de ses propres filets, donnant la victoire finale aux Tigresses sur le score de 2-0, soit 4-1 au terme des 180 minutes de jeu de ce quart de finale.

COMPOSITION DES ÉQUIPES

TIGRES : 20 Ofelia Solís ; 4 Greta Espinoza, 6 Nancy Antonio, 7 Liliana Mercado, 10 Katty Martínez, 13 Karen Luna (17 Natalia Villarreal à la 86e minute), 14 Jaqueline Ovalle, 15 Cristina Ferral, 18 Belén Cruz (8 Carolina Jaramillo à la 73e), 19 Blanca Solís (9 Evelyn González à la 86e) et 22 Selene Cortés

Entraîneur : Ramón Villa Zevallos

PUEBLA : 12 Karla Morales ; 3 Guillermina Martínez (11 Emily González à la 78e minute), 5 María Sainz (9 Karla Saavedra à la 67e), 6 Jessica Tenorio, 10 Miriam Castro, 15 Diana Anguiano, 17 Mariela Jiménez, 18 María López, 20 Mirelle Arciniega (8 María Flores à la 86e), 22 Damaris Godinez et 24 Ivonne Najar

Entraîneur : Jorge Gómez

BUTS INSCRITS

1-0 (66e minute) Sur une tête de Blanca Solís dans la surface de réparation de Puebla, Greta Espinoza tente sa chance malgré l’angle fermé et marque sur un tir rasant le poteau droit de Karla Morales.

2-0 (81e) Sur un corner dans la surface rivale de Lizbeth Ovalle, Diana Anguiano dévie le ballon au fond de ses propres filets.

JOUEUSES AVERTIES

Aucune

JOUEUSES EXPULSÉES

Aucune

ARBITRE : Luis García

Juge de touche nº1 : Yudilia Briones

Juge de touche nº2 : Gerardo Hernández

Quatrième arbitre : Diana Pérez

Les Tigres ramènent un match nul de Puebla

PUEBLA (MEXIQUE), Vendredi 27 avril 2019.- À l’issue d’un match fait d’incessantes allées et venues, les Tigres de l’UANL (Université Autonome du Nuevo León) ont obtenu le match nul sur la pelouse du Stade Cuauhtémoc de Puebla, un résultat qui pourrait leur permettre de conserver la deuxième place finale du classement général de la Liga MX.

Les Félins prenaient l’avantage après quelques minutes de jeu, grâce à un but contre son camp de Vladimir Loroña. Près d’une heure de jeu plus tard, Gustavo Alustiza permettait à Puebla d’égaliser, un nul final qui permet aux Universitaires de totaliser 34 points au classement général du Tournoi de Clôture 2019, dont la phase régulière est sur le point de s’achever.

 

PREMIÈRE MI-TEMPS

Les Tigres prenaient d’assaut la pelouse de leurs adversaires du soir bien décidés à attaquer et à s’imposer. Et dès la 3e minute, ils ouvraient le score sur un centre venu de la droite de Jürgen Damm que Vladimir Loroña expédiait au fond de ses propres filets.

 

Les Félins ne se contentaient cependant pas de cet avantage partiel, d’autant qu’en ce début de match, ils dominaient leurs adversaires en termes de récupération de balle et de déploiement offensif sur les ailes, où Damm et Javier Aquino faisaient passer un mauvais moment à l’équipe adverse.

De fait, à la 9e minute, Aquino s’ouvrait l’espace suffisant pour expédier un tir qui heurtait le poteau gauche du but de Nicolás Vikonis. André-Pierre Gignac avait bien suivi, mais voyait sa reprise passer inexplicablement au-dessus de la barre transversale de Puebla.

La pluie faisait alors son apparition au-dessus de Puebla et semblait quelque peu inhiber les velléités offensives et les envies de buts des pupilles de Ricardo « Tuca » Ferretti.

L’équipe locale en profitait et allait de l’avant, notamment à la 18e minute de jeu, par l’entremise de Francisco Acuña, joueur issu du centre de formation des Tigres, qui se ménageait l’espace suffisant sur l’aile droite pour décocher une frappe que Carlos Salcedo déviait à quelques mètres à peine des cages de Nahuel Guzmán.

Plus tard, c’est Guido Pizarro qui se retrouvait en bonne position pour tirer à mi-distance. Mais sa frappe passait juste au-dessus de la transversale de Puebla.

Damm continuait à tenter par tous les moyens possibles de déborder sur le côté droit, où l’accompagnait Luis Rodríguez, et il parvenait par deux reprises à faire arriver le ballon dans la surface de Vikonis. Mais celui-ci veillait au grain et mettait fin aux tentatives de Monterrey d’accroître son avance au tableau d’affichage.

Un peu plus tard, à la demi-heure de jeu, Guzmán intervenait de manière spectaculaire pour éviter l’égalisation de Puebla : malgré une erreur de Jesús Dueñas qui laissait Gustavo Alustiza en excellente position, le gardien argentin des Félins parvenait à dévier en corner.

 

SECONDE PÉRIODE

Les Universitaires continuaient à aller de l’avant au retour des vestiaires, obligeant leurs rivaux à se jeter eux aussi à l’attaque s’ils voulaient tenter de refaire leur retard à domicile.

À la 48e minute, Gignac tentait l’action individuelle, pénétrait dans la surface de réparation de Puebla et semblait se diriger droit vers le but, mais il était finalement bloqué par un défenseur local.

Un peu plus tard, à la 56e minute de jeu, Lucas Zelarayán, entré au retour du repos à la place d’Eduardo Vargas, avait la possibilité de marquer le deuxième but des Tigres, quand il arrivait seul pour reprendre un centre de Javier Aquino. Mais il manquait inexplicablement son tir.

 

Et les erreurs des Tigres allaient leur coûter cher à l’heure de jeu : à la 61e minute, Alustiza surgissait dans la surface de Guzmán et ne manquait pas, lui, l’occasion de ramener Puebla à hauteur de Monterrey, pour la plus grande joie des supporters locaux.

C’est le moment que choisissait « Tuca » Ferretti pour procéder à son deuxième changement de la soirée : Jorge Torres Nilo cédait alors sa place à Rafael de Souza « Carioca », chargé de renforcer la défense latérale gauche des Tigres, mise sous la responsabilité de Dueñas.

À la 67e minute, Guzmán, s’avérait une nouvelle fois providentiel pour son équipe, en s’étirant au maximum pour dévier un tir de Lucas Cavallini en conclusion d’une action qui aurait pu permettre à l’équipe locale de faire basculer le score à son avantage.

À la 75e minute, Damm s’échappait sur l’aile droite, et expédiait un long centre à destination de Gignac, mais le ballon était un peu long et le Français arrivait trop tard pour pouvoir l’exploiter.

Ferretti réalisait alors sa dernière permutation autorisée et Damm sortait au profit d’Enner Valencia, sans doute dans le but de redonner un peu de fraicheur à l’offensive des Universitaires.

Alors que l’on jouait la 80e minute de la rencontre. Guzmán refaisait parler de lui en parvenant à dévier d’extrême justesse un nouveau tir d’Alustiza qui semblait prendre le chemin de ses filets.

Valencia avait lui aussi une occasion à la 84e minute, sur un ballon long qu’il semblait capable de conquérir, mais le gardien de but local le devançait et écartait une nouvelle fois le danger.

Deux minutes plus tard, ce sont les Tigres qui avaient une excellente occasion de reprendre l’avantage, sur une échappée de Dueñas, qui cédait pour Gignac. Mais la défense de Puebla s’interposait. À peine 45 secondes plus tard, le Français s’échappait sur l’aile droite et centrait à l’intention de Valencia, mais la défense locale contrait une nouvelle fois.

Gignac se montrait de nouveau menaçant à la 87e minute, sur un tir qui passait à gauche du but gardé par Vikonis.

À la 96e minute de jeu effectif, Salcedo tentait sa chance sur un tir à mi-distance que le gardien local déviait de justesse en corner. Et sur l’action suivante, le même Salcedo bénéficiait encore d’une belle occasion. Mais Vikonis renvoyait une nouvelle fois en coup de pied de coin.

Lors de la minute de jeu suivante, les Tigres se sauvaient in extremis d’une nouvelle occasion d’Alustiza, dont le tir heurtait le montant du but d’un Guzmán qui était pourtant battu sur cette action.

Et dans les toutes dernières secondes de ces longs arrêts de jeu, Gignac, puis le joueur de Puebla Néstor Vidrio, bénéficiaient chacun d’une occasion qui ne donnait aucun résultat.

 

COMPOSITION DES ÉQUIPES

PUEBLA : 34 Nicolás Vikonis ; 2 Bryan Angulo, 5 Daniel Arreola, 7 Pablo González, 8 Francisco Acuña (11 Christián Tabó à la 46e minute), 9 Lucas Cavallini, 22 Omar Fernández (20 Pablo Gómez à la 78e), 30 Jesús Zavala, 32 Gustavo Alustiza, 33 Néstor Vidrio et 300 Vladimir Loroña

Entraîneur : José Sánchez

TIGRES : 1 Nahuel Guzmán ; 3 Carlos Salcedo, 6 Jorge Torres Nilo (5 Rafael de Souza à la 62e minute), 9 Eduardo Vargas (8 Lucas Zelarayán à la 46e), 10 André-Pierre Gignac, 19 Guido Pizarro, 20 Javier Aquino, 21 Francisco Meza, 25 Jürgen Damm (13 Enner Valencia à la 78e), 28 Luis Rodríguez et 29 Jesús Dueñas

Entraîneur : Ricardo « Tuca » Ferretti

 

BUTS INSCRITS

0-1 (3e minute) Sur un centre Jürgen Damm, Vladimir Loroña intervient et dévie au fond de ses propres filets.

1-1 (61e) Gustavo Alustiza tire dans la surface de réparation des Tigres et permet à Puebla d’égaliser.

 

JOUEURS AVERTIS

PUEBLA : Vladimir Loroña (9e minute) et Pablo Gómez (94e)

TIGRES : Carlos Salcedo (73e minute), Jesús Dueñas (89e) et Rafael de Souza (94e)

JOUEURS EXPULSÉS

PUEBLA : José Sánchez (Entraîneur, 94e minute)

TIGRES : Ricardo Ferretti (Entraîneur, 94e)

 

ARBITRE : Francisco Chacón

Juge de touche nº1 : Alejandro Ayala

Juge de touche nº2 : Karen Janett Díaz

Quatrième arbitre : Edgar Morales